L'analyse du Docteur Q

Isaiah Thomas – sa hanche droite, un problème qui dure : l’analyse du Docteur Q

Isaiah Thomas

Au tour d’IT de se faire examiner par notre doc.

Source image : YouTube

Stars, highlights et stats nous font rêver au quotidien en NBA. Mais si tous ces athlètes performent chaque soir sur les parquets, c’est aussi parce que leurs corps si exceptionnels sont surveillés, massés et examinés en permanence. Ainsi, le Dr. Q, étudiant en médecine le jour et supporter NBA la nuit, a installé son cabinet chez TrashTalk pour décrypter et analyser tous les bobos de nos stars de la balle orange. Entorse, déchirure, fracture, luxation… la visite médicale nous permettra de comprendre toutes les blessures de la Grande Ligue. Aujourd’hui, c’est Isaiah Thomas qui passe sur la table du doc, pour examiner sa hanche droite.

  • Professeur-étudiant en troisième année de médecine, le Dr. Q est un grand passionné du corps humain, qui a lui-même pu tester de nombreuses blessures en étant victime de ce qu’on appelle la malchance sportive. Fasciné par l’anatomie et déterminé à exceller en tant que futur médecin du sport, il a déjà participé à des démonstrations en milieu hospitalier à l’âge de 10 ans et a observé en bloc opératoire à partir de ses 13 ans. Le Dr. Q partagera ainsi son savoir et ses recherches sur TrashTalk, pour en connaître toujours plus sur les blessures du monde du basket.

La nouvelle est sortie cette semaine, Isaiah s’est fait opérer de la hanche en mai. Embêté depuis quelques saisons, il n’a jamais réussi à retrouver le niveau de sa campagne 2016-17 (76 matches, 29 points, 6 passes en 34 minutes). Il a subi une intervention peu commune, qui montre bien à quel point le problème est profond et complexe. Avant de savoir s’il saura à nouveau briller dans une nouvelle équipe, et alors qu’il déclare aller enfin mieux, analysons en détail et depuis le début les problèmes de hanche de Thomas.

Avant de faire l’historique de la hanche de Thomas, quelques bases anatomiques pour mieux comprendre l’organisation de la hanche. C’est une articulation complexe et on pourrait passer des heures à la décrire mais on va simplifier au maximum avec trois éléments importants. Au niveau osseux, la tête du fémur se loge dans la cavité de l’os coxal (l’os du bassin) qu’on appelle cavité glénoïde. La tête du fémur, sphérique, va bouger dans la cavité, sphérique également, pour permettre les différents mouvements. La tête du fémur et la cavité glénoïdale sont recouvertes de cartilage, ce qui permet de les préserver de l’usure. Le labrum quant à lui est un fibrocartilage, il permet de compléter la cavité de l’os du bassin pour y maintenir la tête du fémur. On peut le comparer aux ménisques : il a un rôle d’amortisseur et de stabilisation de l’articulation.

Pour trouver le début du problème, il faut remonter à la saison 2016-17. Le 5 décembre, Isaiah se blesse contre les Rockets. Il rate quatre matchs pour une “tension à l’aine”. Le 15 mars, il se blesse à nouveau lors d’un contact sur un écran de Karl-Anthony Towns et manque deux rencontres, toujours pour un problème à l’aine. La blessure d’IT s’aggrave sur un contact avec Kevin Love le 19 mai lors des Playoffs. Le verdict tombe : Isaiah souffre d’un conflit fémoro-acétabulaire avec une déchirure du labrum. Il quittera la série et on ne le reverra pas avant le 2 janvier 2018. Il joue alors 32 matchs avant de terminer sa saison le 22 mars, direction le bloc opératoire.

Un conflit fémoro-acétabulaire ? On explique. Il s’agit d’une malformation : soit la tête du fémur n’est plus sphérique comme elle devrait l’être, soit il y a une excroissance osseuse au niveau de l’os du bassin qui vient buter sur le fémur lors des mouvements. Ces malformations causent de gros dégâts au labrum et à terme au cartilage, ce qui entraîne une arthrose précoce. Il y a des prédispositions, génétiques notamment, mais des études ont prouvé que les sports de pivot (basket, hockey, tennis…) favorisent ce problème.

La première opération de Thomas : un débridement de la hanche fin mars 2018. Ce type d’opération est malheureusement très fréquent chez les sportifs de haut niveau. Il peut concerner toutes les articulations, le but étant de nettoyer une articulation abimée. Dans le cas de Thomas, le chirurgien est allé retirer sous arthroscopie tous les débris inflammatoires liés à sa blessure (débris de cartilage, parties abimées du labrum). Cela permet ainsi d’améliorer la cicatrisation et d’éviter les calcifications ou autres qui pourraient venir gêner les mouvements. Malheureusement, cette opération n’a pas pour but de guérir la blessure, mais de limiter les symptômes engendrés par une pathologie chronique.

Il ne jouera que 12 matchs lors de la saison 2018-19, pour des stats bien loin de ses standards (8 points et 2 passes en 15 minutes). Il tente un retour en 2019-20, où il joue 40 des 50 matchs des Wizards, pour 12 points et 4 passes en 23 minutes. Cependant, la magie n’est plus là et la douleur devient insupportable, à tel point qu’il a besoin d’aide rien que pour mettre ses chaussettes. S’il veut avoir une chance de retrouver les parquets, IT n’a plus le choix, il doit régler ce problème de hanche.

Le resurfaçage de hanche, la solution pour IT ? Cette procédure est pratiquée chez les personnes jeunes souffrant du même type de pathologie qu’Isaiah. C’est une prothèse partielle en métal (pas la même que pour Géraldine 74 ans, arrière à l’EHPAD des Lilas). Elle est en deux parties : un « chapeau » vissé sur la tête du fémur et une « coque » fixé dans la cavité de l’os du bassin. Elle permet de remplacer le cartilage abimé en empêchant les os de frotter l’un contre l’autre et permet donc de les préserver d’une érosion trop précoce. Thomas s’est fait opérer en mai et même s’il déclarait, il y a quelques jours, avoir retrouvé la forme et être prêt à revenir au meilleur niveau, il ne faut pas espérer le voir jouer avant plusieurs mois (environ 12 mois de récupération).

Schéma de la prothèse du resurfaçage de hanche

Deux autres joueurs NBA ont subi cette opération et leur histoire n’a rien de rassurant. Tiago Splitter subit cette opération pour sa hanche droite en février 2016 et ne joue que les huit derniers matchs de la saison 2016-17, après 13 mois d’une éprouvante rééducation. Au cours de l’été 2017, une mauvaise nouvelle pousse Tiago à prendre sa retraite : il souffre du même problème à gauche et refuse de revivre une nouvelle année de sacrifices. Gerald Henderson se fait lui opérer au cours de l’été 2017, sa rééducation se passe bien. Cependant, tout se corse lorsqu’il revient sur le terrain pour un pick-up game en septembre 2018 : victime d’une déchirure du tendon d’Achille, il jette l’éponge et prend sa retraite également.

Même si on veut garder espoir sur le cas Isaiah, le problème est complexe. Il peut y avoir des complications : il ne faut pas oublier que sa hanche a souffert plus de trois ans avant cette intervention et qu’IT a développé une arthrose précoce. De plus, le risque de voir le problème se répéter à gauche est loin d’être négligeable. Le chemin vers les parquets et son niveau d’antan est très (trop ?) long et semé d’embûches. Il faudra énormément de force et de courage, mais aussi une bonne part de chance, pour revoir Isaiah au plus haut niveau. Le lutin a un cœur immense, on le sait, et ne manque pas de combativité, mais cela sera-t-il suffisant ?

1 Comment

1 Comment

  1. VinceR

    11 octobre 2020 à 21 h 02 min at 21 h 02 min

    La cavité glénoïde que l’on doit dire et non glénoïdale. Biz

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top