Heat

Victoire tranquille du Heat face aux Pacers : Goran Dragic et Duncan Robinson ont écrit un poème avec une balle orange

Après un Game 1 maîtrisé par le Heat, les Pacers se devaient de réagir pour revenir vite à hauteur dans cette série. Ils n’ont pas réagi, et ils ne sont pas donc pas revenus vite dans cette série. 109 à 100, 2-0 pour les Floridiens avec un duo Dragic-Robinson impérial et un match encore bien géré. Attention, on a déjà un œil sur le placard à balais.

Indiana a eu sa chance, mais Indiana n’a pas su faire le boulot. Ce n’est pas plus compliqué que ça. En début de match, les Pacers vont d’abord laisser passer l’orage pour revenir petit à petit et calmer les ardeurs floridiennes en fin de premier quart. 24-22, Indiana est devant et commence à  montrer les qualités de son collectif. Miami peine à suivre le rythme tant les Pêcheurs défendent bien, mais ces derniers galèrent dans la finition. Il n’en faut pas plus à Jimmy Butler. 7 points dans les deux dernières minutes du deuxième quart pour Buckets et Miami reprend l’avantage dans un match qui s’annonçait pourtant compliqué. La chance des Pacers vient de passer. Le Heat enchaîne en deuxième mi-temps et prend un avantage d’une dizaine de points qu’il gardera jusqu’à la fin, et Indiana peut s’en mordre les doigts. Mais cette victoire de Miami porte surtout la signature de deux hommes : Duncan Robinson et Goran Dragic.

9 points en 1 minute 15. Voilà comment Duncan Robinson a commencé son match. De quoi annoncer la couleur d’une soirée de rêve pour le meilleur joueur de l’histoire des Spurs qui serait parti vivre sur une île pendant quelques années. Un bras et un poignet tellement smooth qu’il ne va rater qu’un seul de ses huit shoots du match, tous depuis le parking bien sûr. Sept ogives nucléaires sur la tête de pauvres Pacers impuissants devant l’efficacité de Klay Robinson et un petit record de franchise en Playoffs égalé, merci bonsoir. Le tout à grands coups de catch & shoot puisqu’il ne va faire que ça de la soirée. « J’ai un centimètre pour shooter ? Très bien, merci », un cauchemar à défendre. La ligne de stats ? Bougez pas, elle arrive : 24 points en 25 minutes, à 7/8 au tir, parce que finalement, pourquoi mettre le ballon autre part que dans le panier ? Et comme il n’est pas tout seul, Goran Dragic a pris le relais lorsque l’attaque de Miami en avait besoin. 20 points et 6 passes à 9/18 au tir dont 2/4 depuis la buvette, c’est propre, mais ça ne montre pas toute la maîtrise du tempo en attaque de ce bougre. Le rythme de jeu de cette série de Playoffs lui convient à merveille… puisque c’est lui qui l’imprime. Et en bon meneur gestionnaire, il est en train de la mener du bout de sa baguette magique. Pour l’instant, Indiana n’a pas la solution pour contrer le spacing du Heat et en fait les frais. 2-0, il va falloir s’ajuster très vite pour éviter le ras de marée.

Miami prend le large dans cette série et les Pacers n’ont pas l’air d’avoir les solutions pour contrer l’aisance collective des hommes d’Erik Spoelstra. Une maîtrise très rassurante côté Heat qui laisse déjà entrevoir la porte des demi-finales de conf. Si les Pêcheurs veulent réagir, c’est maintenant ou jamais.

Box score Miami 20.08.20

Box score Pacers 20.08.20

2 Commentaires

2 Comments

  1. Bafwanadoo

    21 août 2020 à 6 h 07 min at 6 h 07 min

    Je ne savais pas que Duncan était le meilleur joueur des… Spurs! Indiana n’a pas « sur » faire le boulot?

  2. Teo_Salu

    21 août 2020 à 8 h 24 min at 8 h 24 min

    C’est le premier match de Miami que je regarde, et alors là attention à la meute de chiens enragés !
    Ils ont impressionnants, il y a une énergie de malade et beaucoup de talent : ça pourrait être le vrai poil à gratter de la conf’ est.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top