NCAA

Yves Pons reste un an de plus à Tennessee : il a encore quelques paniers NCAA à fracasser avant de viser ceux de la Grande Ligue

Yves Pons dunk

Les pauvres universitaires vont encore devoir se coltiner Pons le fou l’année prochaine…

Source image : Youtube

Alors qu’à Orlando les arceaux souffrent à cause du gros Zion, Yves Pons a décidé de leur donner du répit avant de se mêler à la destruction des cercles rouges de NBA. En NCAA depuis trois ans du côté de Tennessee, l’athlète tout droit venu de Port-au-Prince s’offre une quatrième pige.

Cette année, plusieurs Frenchies avaient fait le choix de se présenter à la Draft. Parmi eux, AirPons, le défenseur de l’année de la Southeastern Conference aka SEC ou Conférence Sud-Est mais rien à voir avec le midi en France. Le 25 avril dernier, le petit Yves avait annoncé qu’il voulait faire partie de la cuvée 2020. Mais comme Joël Ayayi, le Français de 21 ans a décidé de se désister pour réaliser une quatrième et dernière année dans le Tennessee. Sur une bonne lancée avec les Volunteers, il a poncé les parquets de NCAA cette saison en passant d’une moyenne de 2,2 points et 1,8 rebond en deuxième année à des stats plus sympathiques de 10,8 points, 5,4 rebonds et 2,4 contres en tant que junior (48,9% au tir, 34,9% à 3-points). De belles promesses pour l’avenir alors qu’il était vu seulement comme un monstre physique sans plus. Il faudra donc attendre encore un an pour savoir si Pons aura sa place dans la Grande Ligue.

Sur l’exercice 2019-20, Yves est devenu le premier joueur de Tennessee à être élu meilleur défenseur SEC et le troisième joueur de l’histoire de l’université dans l’équipe SEC All-Defensive. Le dunkeur fou avait fait partie des dix meilleurs espoirs internationaux des Championnats du Monde FIBA U17 de 2016 à Saragosse. Avec son 1m98, il compense son déficit de taille sur les postes d’ailier par son explosivité. Un profil athlétique et défensif qui peut intéresser la NBA dans le futur, même s’il était annoncé à la 74è place de la cuvée 2020 par The Athletic.

Les Français du millésime 2020 tombent comme des mouches mais ce n’est que partie remise puisqu’ils seront sans doute là l’année prochaine pour se présenter à une entrée dans la Ligue. Un jeu étoffé pour plus de chances de s’installer chez les grands, le projet est intéressant. Bientôt Pons défendra sur LeBron, promis.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top