News NBA

Certaines franchises NBA utilisent des tests de QI pour évaluer les candidats à la Draft : on espère que LaMelo Ball n’a pas hérité de celui de son père

LaVar Ball

Coman sa je suit baite ?

Source image : YouTube

Les Warriors se retrouveront dans quelques semaines à la Lottery, une grande première depuis 2012. Et dans cette période si particulière, pas facile d’avoir le nez creux. Le front office de GS aurait donc pris le parti d’innover et de faire passer aux prospects des questionnaires de… quotient intellectuel.  

Avec la pandémie de Coronavirus, la Draft connaît aussi quelques chamboulements. Sans classements fixés, la Lottery ne peut toujours pas se dérouler, et il faudra attendre le mois de septembre pour voir débarquer LaMelo Ball ou Killian Hayes au Barclays Center et dans leurs plus beaux costumes. Et le processus de sélection est lui aussi perturbé. Pas de séances d’entraînements privées, ni de réunions individuelles en face à face. Drafter devient un choix… encore plus cornélien. Les Warriors ont donc décidé de faire passer aux prospects des tests de QI. Trouvez l’intrus ! Quel chiffre est manquant ? Une méthode qu’ils ont dû oublier d’utiliser pour faire signer Javale McGee en 2016 et une technique loin de s’avérer dénuée de sens puisque plusieurs équipes l’ont aussi utilisée, d’après les informations de Jonathan Wasserman de Bleacher Report.

« J’ai entendu dire que certaines équipes donnent aux prospects quelque chose ressemblant à des ‘tests de QI ‘ durant des interviews sur Zoom. Des exercices chronométrés avec des formes, des chiffres, de la mémoire et de la correspondance. J’ai cru comprendre que les Warriors, les Wolves, les Hornets, les Raptors et les Celtics l’ont utilisé. »

Du côté de Golden State, on prépare la Draft 2020 depuis novembre dernier. Habituée à sélectionner en fin de premier tour, la saison a cette fois-ci vite tourné à un beau tanking des familles pour la franchise californienne. Dans l’état actuel des choses, les finalistes en titre possèdent le pire bilan de la ligue. Et si la dynastie était juste sur pause, d’après Stephen Curry, le board de GS se rendra à la Draft avec un Top 5 minimum. Anthony Edwards ? Jonathan Wiseman ? Transférer ce choix pour obtenir une star ? Les options sont diverses. Si cette méthode de questionnaires ne sera pas l’élément numéro un dans la sélection, il peut en tout cas permettre à certains de gagner ou de perdre des places. Dommage d’ailleurs que ces questionnaires n’étaient pas utilisés pour les précédentes, un test de QI et Nick Young aurait été sélectionné à la première place de la Draft en 2007. Ou pas.

Pas besoin de test pour Kyrie Irving, flashé à 300 selon ses propres dires, mais concernant les jeunes prospects NBA l’utilisation de ces questionnaires pourrait être une indication de plus pour certaines franchises. Et on ne dirait pas non pour connaître les résultats de certains, on commence à être en manque de vannes avec ces conneries.

Source texte : Twitter – Jonathan Wasserman

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top