Magic

La malédiction d’Aaron Gordon : nouveau scandale au Slam Dunk Contest, le Magic va devoir apprendre à vivre avec son 9

aaron gordon 16 février 2020

9 is the new 10.

Source image : NBA League Pass

Depuis 2016, tout le monde se rejoignait déjà pour dire que Aaron Gordon était le plus beau perdant de l’histoire du Slam Dunk Contest. Mais après ce qui s’est passé à Chicago en février dernier, certains crient au scandale pour l’ailier du Magic qui devrait déjà avoir deux trophées dans son salon.

Tout d’abord, il est primordial de rappeler que les concours du All-Star Weekend n’ont pas de valeur sportive significative. Le but est d’assurer le show tout au long de la soirée du samedi avec en point d’orgue le Slam Dunk Contest censé ramener les meilleurs voltigeurs du circuit pour se disputer le titre de plus gros entertainer de l’année en NBA. Rien de plus, rien de moins. On est donc loin d’une question de vie ou de mort comme cela semble être le cas si l’on écoute certains fans, même s’il s’agit d’une vraie compétition avec son palmarès, ses légendes et ses polémiques. Un rappel qui paraissait vital avant d’aborder la suite, pour éviter de vous donner envie de booker un aller-retour pour Miami afin de rendre une petite visite à Dwyane Wade dès que ce méchant virus nous aura laissés tranquilles. C’est bon, à ce stade vous devez vous sentir apaisés, prêts à écouter la terrible histoire du vilain petit canard du concours de dunk sans être à deux doigts de commettre l’irréparable pour aller venger celui qui murmurait à l’oreille des drones. Soit dit-en passant, ça en fait au moins un qui doit apprécier le confinement pour dégainer son ami volant préféré afin de capter ses plus belles images d’Orlando en mode ville fantôme, mais on s’égare un peu du sujet.

Et une égalité, c’est pas possible ?

Commençons par le début, direction Toronto pour le Slam Dunk Contest 2016 au Air Canada Centre comme on l’appelait encore à l’époque. Comme d’habitude, toutes les stars de la Ligue sont réunies en courtside avec leur caméscope, kaléidoscope et autre télescope pour venir admirer l’envol de ces poètes qui manient le rider comme personne. Après plusieurs éditions décevantes, on a tous une petite appréhension avant ce nouveau show de plus en plus surcoté. Mais deux protagonistes vont vite nous réconcilier en nous sortant arguably l’un des meilleurs concours de l’histoire lorsqu’on en avait le plus besoin. Le premier tour est géré sans trop de problème par Zach LaVine et Aaron Gordon qui se débarrassent facilement d’Andre Drummond et Will Barton pour se retrouver en finale. Les tomars se succèdent alors sans que les juges ne parviennent à départager les deux candidats, qui doivent faire appel à leur imagination pour continuer d’innover à chaque nouvelle tentative. Les 50 s’enchaînent sans qu’il n’y ait rien à redire, jusqu’à ce que le corps arbitral ne se dise qu’il faille en finir pour laisser rentrer les gens chez eux et que les oiseaux aillent se reposer dans leur nid. Les deux candidats ont déjà récolté trois notes maximales chacun rien qu’en finale, grâce notamment à un under both legs de l’OVNI de Floride lors de sa deuxième création dans son duel face au tenant du titre. Probablement l’un des meilleurs dunks de l’histoire depuis le premier concours remporté par Larry Nance en 1984. Ça commence à faire beaucoup de all-time pour un seul homme et en une seule soirée mais l’arrière de Minneapolis a également de la dynamite dans les mollets et connait la recette pour séduire le public et les juges mieux que personne. Sur une deuxième prolongation archi serrée, la sentence tombe. 47 points pour Gordonito, 50 pour Zachounet, merci pour ce moment d’anthologie messieurs. Si ça ne tenait qu’à nous, deux trophées auraient été distribués au Canada ce 13 février 2016.

Le double champion en titre étant rassasié, le quatrième choix de la Draft 2014 décide de remettre ça à New Orleans l’année suivante. Mais le délais entre les deux concours est trop short et il a déjà grillé tous ses jokers lors de la précédente finale. L’idée du drone n’est pas bonne et Aaron sort sèchement dès le premier tour en 2017. Pas grave, ne dit-on pas jamais deux sans trois ? Après deux années off à bosser de nouvelles combinaisons dans l’intimité de la salle d’entraînement du Magic, Gordon annonce qu’il se présente au concours de Chicago, chez Zach LaVine, pour un re-match épique en 2020. Malheureusement, vexé de ne pas être convié au All-Star Game, ce dernier se désiste et l’on se console en se disant que personne ne pourra priver le chouchou de Stuff de son premier sacre à Chi-Town. C’est écrit, Aaron Gordon doit remporter le concours avant une magnifique belle prévue dans quelques années pour savoir qui des deux héros de Toronto est bien le meilleur dunkeur du monde. Minute papillon, Derrick Jones Jr. est aussi de la partie et compte bien s’offrir un beau cadeau d’anniversaire en repartant du United Center avec un trophée sous le bras. Malgré un bon premier tour, Dwight Howard et Pat Connaughton doivent suivre la finale sur le banc entre les deux fusées humaines. Et nous voilà donc repartis pour un duel de légende.

La rivalité floridienne

L’histoire semble se répéter, les 50 se succèdent et personne dans le jury ne veut prendre la responsabilité d’éteindre la lumière dans la salle. Sauf que contrairement à 2016, Aaron Gordon a l’expérience pour lui. Lorsque DJJ tente un saut en longueur depuis la ligne des lancers-francs en mordant d’une quarantaine de centimètres, le score s’arrête à 48 et Flying Gordon n’a plus qu’à enfoncer le clou avec une créa dont il a le secret. Que quelqu’un ramène Tacko Fall sur le terrain, 226 centimètres de smile et de bonne humeur c’est mieux que n’importe quel engin volant à télécommande. La leçon semble avoir été retenue. En plus, le géant sénégalais joue le jeu à fond et se positionne tête légèrement inclinée à l’entrée du demi cercle de non-charge. Ça frotte légèrement au niveau du crâne mais le premier essai est le bon et l’on se dit que la partie est terminée. Le jury se concerte et les notes tombent… 47, Aaron Gordon est de nouveau battu après deux dunks bonus en finale. Gros moment de flottement au sein du jury qui se tourne tout de suite vers D-Wade qui ne parvient pas à dissimuler son sourire. Il se dit que pour faire gagner le joueur de Miami, la légende du Heat aurait rompu le pacte des juges en retirant un point de sa note au dernier moment. Apparemment, la rivalité floridienne ne fait pas de pause, même au All-Star Weekend. Quelques minutes plus tard, le coéquipier d’Evan Fournier annonce qu’il ne se représentera plus au concours et qu’il devrait avoir deux trophées à son actif tandis que les joueurs secouent la tête sur les réseaux sociaux. Qu’on le veuille ou non, c’était la dernière fois que l’on voyait les skills du vol-planeur dans une configuration de concours.

Juste ou pas, le concours de dunk fait appel à la subjectivité du jury par définition. Néanmoins, on met au défi quiconque de trouver un meilleur Poulidor que Aaron Gordon depuis l’existence du Slam Dunk Contest. Peu importe le mot, on aurait aimé le revoir l’année prochaine ou dans trois ans mais les juges en ont décidé autrement. Il faudra vivre avec ce 9 toute la vie désormais.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top