Blazers

Fin de calendrier bien light pour les Blazers : pour déclencher le sprint, c’est maintenant ou jamais

3%, comme le nombre de défaites de Portland jusqu’au 15 avril ?

Source image : YouTube

Relégués au douzième rang à l’Ouest en l’absence de Damian Lillard, les Blazers n’ont pas encore jeté l’éponge pour se qualifier en Playoffs. Non seulement le boss est tout proche d’un retour mais le calendrier s’y met aussi et propose un programme allégé pour les troupes de Terry Stotts. C’est maintenant qu’on va voir de quel bois on se chauffe dans l’Oregon. La course au Top 8 s’annonce folle !

On avait repéré depuis longtemps ce segment bien light pour terminer la saison régulière à la cool du côté de Portland. Ce qu’on avait moins anticipé, c’est qu’ils seraient à quatre places du huitième au moment de prendre le dernier virage, et pas du bon côté. Revenus tout proche des Grizzlies avant le All-Star break, le scandale arbitral à Salt Lake City combiné à un back-to-back de la lose à New Orleans et… Memphis avaient bien ralenti la progression des Blazers. La blessure de Dame n’a rien arrangé et Portland reste sur six défaites lors de ses sept dernières sorties. Avec un sans-faute sur cette période, ils seraient déjà huitièmes. Au lieu de ça, les Oursons s’accrochent, San Antonio est même repassé devant alors que les Kings et les Pelicans sont dans une bonne dynamique et devancent les derniers finalistes de Conférence au classement. En d’autres termes, Rip City a grillé un sacré joker et a désormais besoin de gagner de toute urgence sans pouvoir beaucoup en lâcher en route lors de ses 21 derniers matchs de la saison. Mais on va redonner le sourire aux fans des Pionniers car le calendrier qui attend Christian-Jacques McCollum et ses potes est un cadeau du ciel qui doit leur permettre de terminer par un gros run et avec une place dans le Top 8.

En effet, rien n’est encore joué à l’Ouest où cinq équipes se disputent pour une seule petite place. Les Blazers ont 0,5 match de retard sur les Spurs, les Pelicans et les Kings alors que Memphis a un matelas de 3,5 matchs d’avance sur Portland. Autant dire que tout peut encore se produire, d’autant que la descendance de Bill Walton va encore croiser Ja Morant et toute sa clique à deux reprises, à chaque fois au Moda Center. En faisant un perfect, la différence deviendra anecdotique et on peut dire que Portland a encore son destin entre les mains. Il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Surtout que le retour du meilleur rappeur de la Ligue devrait aussi faire du bien et enclencher une nouvelle série de victoires. Car il va tout de même falloir se mettre à gagner quelques matchs s’ils ne veulent pas stopper leur saison de manière un peu brutale et surtout très cheum le 15 avril prochain. Et avec une majorité de rencontres à domicile (12) et une pelletée de déplacements prenables à commencer par celui à Orlando cette nuit mais aussi à Phoenix, Minneapolis, Charlotte, Detroit et San Francisco, cela pourrait vite nous donner un bilan à 75% de victoires dans ce dernier quart de la saison. De toute façon, il faudra au moins ça pour espérer retarder les vacances. Un rapide calcul qui permet de constater qu’avec 16 wins sur 21 matchs, les Pionniers équilibreraient leur bilan et auraient de bonnes chances d’obtenir le privilège d’aller se faire botter les fesses par des Lakers en mission au premier tour des Playoffs. Il ne faut pas se mentir, les Mavericks et le Thunder sont intouchables et LeBron n’a pas l’air chaud pour laisser ses poursuivants revenir.

Mais même pour un sweep, ces efforts valent le coup. Rien que pour confirmer la surprise créée la saison dernière en faisant au moins partie des équipes qualifiées pour la postseason. Ça resterait quand même bien loin des promesses données en début d’année, mais ce n’est rien comparé à la tristesse que provoquerait une absence en Playoffs. La blessure de Damian Lillard tombe mal mais si le meneur veut faire sa carrière à Rip City et tenter de gagner une bague ses coéquipiers vont devoir se montrer un peu plus dignes de leur All-Star. C.J. McCollum et Hassan Whiteside assument bien leur statut de vétéran en l’absence du All-Star mais les apports de Trevor Ariza et Carmelo Anthony sont parfois trop irréguliers tout comme Gary Trent Jr. et Anfernee Simmons même si ces derniers ont l’excuse de la jeunesse. Enfin, toujours pas de nouvelle précise concernant le retour de Jusuf Nurkic qui pourrait finalement passer une saison blanche. Un retour hors de rythme n’aurait de toute façon aucun sens alors que Portland a déjà gaspillé trop de cartouches cette année. Il va falloir se débrouiller sans le Bosnian Beast cette fois-ci.

Une fois de plus, le huitième spot va coûter cher à l’Ouest et les prétendants sont nombreux pour venir déloger les Grizzlies. Malgré les absents, Portland pourra au moins compter sur un calendrier favorables. A eux d’en profiter pour rattraper leur retard.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top