Mavericks

Michael Kidd-Gilchrist rejoint les Mavericks en prévision des Playoffs : ça va envoyer de la brique au Texas

Michael Kidd-Gilchrist

Cet homme va jouer dans l’équipe qui a marqué pour l’instant le plus de 3-points cette saison et qui est la deuxième au nombre de tentatives. Voilà.

Source image : YouTube/Carolina Sports Link

Certains le croyaient à la retraite ou bien blessé, sauf que Michael Kidd-Gilchrist n’a encore que 26 ans et semble débarrassé de ses problèmes physiques. Alors peut-être qu’il n’a tout simplement plus la cote en NBA… Et bien figurez vous que si puisque les Mavericks ont pris le pari osé de le signer pour remplacer Ryan Broekhoff dans leur rotation jusqu’à la fin de la saison.

Il y avait de quoi être surpris suite à l’annonce de la nouvelle par Adrian Wojnarowski et Tim MacMahon sur ESPN. Installée à la septième place de sa Conférence, l’équipe de Rick Carlisle fait partie des bonnes surprises cette saison sous l’impulsion notamment de son génie slovène Luka Doncic. Du côté de MKG, la couleur n’est pas tout à fait la même. Bouté hors de la rotation depuis un petit moment à Charlotte, l’ailier n’a disputé que douze matchs cette saison pour des moyennes de 4 points et 2,9 rebonds à 34% au shoot dont 29,4% à 3-points. On peut même aller plus loin en prenant ses chiffres en carrière et voir que celle-ci ressemble depuis le début à un mauvais délire. 433 matchs, 8,6 points, 5,5 rebonds à 47,5% au shoot et 28% de la buvette. Et le pire dans tout ça ? C’est que ce type est un numéro 2 de Draft en 2012 derrière Anthony Davis mais devant Bradley Beal, Damian Lillard ou bien Andre Drummond pour ne citer qu’eux (normalement vos yeux pleurent du sang en voyant cette dernière phrase). Encore une jolie intuition de Michael Jordan et sa franchise à l’époque. Mais la nouvelle est d’autant plus surprenante que Michael Kidd-Gilchrist vient remplacer Ryan Broekhoff qui ne se plaignait pas de son temps de jeu et collait à peu près bien au style offensif de Dallas grâce à son tir extérieur. L’Australien n’avait certes disputé que 59 matchs en deux saisons mais rentrait quand même 40% des bombes qu’il larguait derrière l’arc.

Mais alors pourquoi Mark Cuban et son front office ont décidé d’engager ce pro du BTP sachant qu’il n’y a aucune rénovation de l’American Airlines Center de prévue ? Sur le parquet, l’ancien de Kentucky va devoir cravacher puisqu’il ne s’inscrit pas vraiment dans le mood de l’équipe offensivement. Si on regarde le roster d’hier soir, lors de la défaite contre le Jazz, tous les mecs ayant posé leurs sneakers dans le rectangle savent shooter et n’hésitent pas à dégainer de loin. Le seul qui n’est pas dans ce délire est le petit Willie Cauley-Stein et ce dernier n’a passé que cinq minutes sur le playground. Ce qui a donné une nouvelle grosse performance offensive avec 119 points inscrits de la part des Mavericks. Mais le problème s’est situé défensivement avec pas moins de 123 points encaissés, et c’est peut-être sur ce domaine que Mike pourra apporter sa brique à l’édifice. Parce que quoiqu’on en dise, Michael Kidd-Gilchrist n’est pas la moitié d’un athlète et peut se farcir physiquement les meilleurs extérieurs de la NBA. Et quand les choses sérieuses commenceront à l’Ouest, c’est LeBron James, Paul George, Kawhi Leonard et James Harden qui t’attendront sur des séries au meilleur des sept. Et hormis Dorian Finney-Smith, Rick Carlisle n’a pas un profil défensif capable de s’opposer à eux. Luka Doncic a les mensurations physiques mais n’est pas connu pour être un monstre en défense et cela le cramerait plus qu’autre chose pour organiser l’offense de l’autre côté.

Dallas se prépare donc à affronter du lourd en Playoffs et sait très bien que le seul talent offensif ne suffira pas. Pour faire office de soldat prêt à se sacrifier défensivement, MKG est un candidat tout désigné. Et mine de rien, après Marvin Williams aux Bucks, ça fait le deuxième joueur des Hornets coupé par His Airness alors que le contrat était une nouvelle fois conséquent (13 millions de dollars pour cette année) et qui file vers une équipe qui prolongera sa saison au printemps. À quand le même traitement pour Nicolas Batum ?

Source texte : ESPN / Tim MacMahon et Adrian Wojnarowski

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top