Old-School

Le jour où Michael Ruffin a vécu son pire cauchemar de basketteur : Gilbert Arenas lui en veut toujours

Michael Ruffin, Ruffin Mich… bordel mais c’est qui ce mec ? Vous avez sûrement déjà vu des images du joueur mais vous ne connaissez peut-être pas son nom. Alors on se pose, on prépare sa tisane, et on lit ces lignes. On va tout vous expliquer. Parce qu’il est un acteur majeur de l’un des plus beaux buzzer beaters all-time. Malgré lui.

Pour comprendre qui est Michael Ruffin, il faut revenir au 30 mars 2007. Les Raptors de Chris Bosh se déplacent dans la capitale pour affronter les gars sûrs de Gilbert Arenas. La première des deux équipes joue les premières places de la Conférence Est lorsque l’autre fait tout pour conforter sa place en Playoffs et gratter le plus de places possible. Un match sympa s’annonce et il s’avère qu’il est plutôt serré. 106-107, balle à Washington, on cherche l’Agent 0 pour qu’il aille donner trois points d’avance à son équipe sur la ligne des lancers. Toronto n’a plus de temps-mort, ils doivent remonter le terrain avec 3,8 secondes à jouer. Anthony Parker décide de tenter une passe de quarterback mais elle ne sera que tentée parce que la passe est dégueulasse. Ce chic type de Ruffin récupère la passe qui était destinée à Chris Bosh de la main droite sans toutefois la capter, il semble presque faire un amorti de la poitrine. Il finit par prendre le contrôle de la balle orange. Dans un cas pareil, tout le monde la garde serrée contre son corps ou va se mettre dans un coin pour laisser couler le chrono. Mais ça, c’est parce que vous êtes des petits joueurs. Michael lui, il lance la balle en l’air de joie avec encore trois secondes sur l’horloge… Sauf qu’elle retombe dans les mains d’un Raptor. Morris Peterson prend un shoot improbable en déséquilibre. Filoche. Overtime. Match gagné pour les Canadiens. Le récit est sympa, les images sont encore meilleures.

Le mieux ? C’est que dans ce match Mich’ joue 25 minutes en prenant la place d’un coéquipier blessé. Le temps pour lui de produire : 0 point, 5 rebonds, 1 steal, 1 perte de balle passe décisive à l’adversaire et 4 fautes. Un joueur précieux donc pour D.C., qui nous a offert une Gérard avant l’heure. Sérieux, il n’y a absolument rien qui va dans cette action. Un Shaqtin’ improbable, il manque plus que les lancers de Gilbert ne soient pas dedans pour avoir la pire action de l’histoire de la Ligue. C’est bon, vous vous souvenez du joueur ? Toujours pas ? Bon ok, c’est normal. C’est tout simplement parce que le pivot qui a joué entre 1999 et 2002 puis 2003 et 2009 dans la Grande Ligue n’a jamais joué plus de 25 matchs titulaires en une saison. Il n’aura jamais inscrit plus de 3 points de moyenne par match non plus. En 2000-01, avec 19,5 minutes de jeu en sortie de banc dans l’équipe qui l’a drafté, Chicago, il prendra 5,8 rebonds de moyenne. On sait se rendre précieux par ici… Vous l’aurez compris, on ne se souviendra pas de son passage en NBA par son sens du clutch. Mais quelle action il a pu nous offrir !

Ainsi, nous souhaitons un très bon anniversaire à celui qui est aujourd’hui dans le coaching staff des Pels. Alvin Gentry parle de lui comme un des collaborateurs les plus brillants qu’il a pu rencontrer dans sa carrière, surtout concernant les systèmes défensifs dans le money-time.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top