Bulls

Libérez Denzel Valentine : bon mois de décembre récompensé par une semaine de banc sans motif, merci les Bulls et merci Jimbo

Denzel Valentine

Pas content le Denzel…

Source image : YouTube

Après un mois de décembre correct, Denzel Valentine est retourné tout droit d’où il sortait, c’est-à-dire le fin fond du banc des Bulls. Le coach Jim Boylen a eu la décence de le prévenir puis l’a benché pendant une semaine sans trop dire pourquoi. Voilà, enjoy la NBA Valentin.

Vous avez peut-être aperçu ses performances entre deux highlights, ou vous avez été averti de son retour dans la rotation des Taureaux par un fan des Bulls très courageux. On parle d’un certain Denzel Valentine, un joueur en qui Chicago croyait pas mal quand il est tombé en 14è choix de la Draft 2016. Il avait raté tout l’exercice 2018-19 à cause d’une cheville mal strappée mais depuis, en tout cas en décembre, ça allait pas trop mal. Il faisait ce qu’on lui demandait : du scoring, quelques shoots du parking, six matchs sur sept à 10 points ou plus durant la première partie du mois, un gros tir du parking dans l’upset des Clippers à la maiz, agrémenté d’un petit mouvement d’épaule chaloupé, un bilan mensuel collectif pas si crade (7-7)… on pouvait penser que 2020 allait bien démarrer pour lui.

Mais ce serait mal connaître Jim Boylen. Il y a environ une semaine, le coach lui a expliqué très calmement que ce n’était pas la peine d’enfiler ses pompes avant les matchs, apparemment sans lui offrir la moindre justification. Bim. Comme ça, d’un coup. Neuf minutes de jeu depuis le nouvel an, des extraits de miettes depuis une semaine… on comprend qu’il en ait un peu marre d’être derrière Ryan Arcidiacono et Chandler Hutchison (revenu de blessure) sans savoir pourquoi. Joe Cowley du Chicago Sun-Times nous rapporte le petit coup de gueule qu’a poussé Valentine en marge du dernier match à Detroit, remporté par les Bulls sans lui :

« Je ne suis définitivement pas content de ça (la situation, ndlr.). Je suis un compétiteur. J’ai envie de jouer, d’être productif, d’aider l’équipe à gagner. Mais c’est hors de mon contrôle, alors je ne vais pas laisser ça me rendre malheureux tous les jours. »

Ce n’est pas une demande de transfert non plus hein mais ça ressemble à un appel à l’aide d’un mec au fond du trou. Pas facile tous les jours la vie d’un joueur NBA. Jim Boylen veut faire les choses à sa sauce et il n’y a pas de Denzel Valentine dans la recette, ni dans les plans d’avenir des Bulls d’ailleurs, toujours selon le Chicago Sun-Times. Ne soyez pas surpris si vous voyez les Bulls se jeter sur la moindre offre un tant soit peu avantageuse pour Denzel avant la trade deadline du 6 février.

Sources texte : Chicago Sun Times, NBA.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top