Heat

Preview Pacers – Heat : Aaron Holiday doit rendre son poster à Derrick Jones Jr. et c’est presque l’affiche de la soirée

Coucou Aaron.

Source image : YouTube

Si on dit « presque affiche » dans le titre, c’est parce qu’il y a aussi la Slovénie contre la Serbie ce soir à 1h30 à Dallas. Il y a débat. On ne sait pas encore laquelle de ces sucreries nous tente le plus. Le Pacers – Heat de 1h a quand même du potentiel, surtout après le bijou du match aller le 27 décembre à Miami.

On vous replonge dans cette première manche entre le Heat et son vieux rival de Playoffs nouvelle génération. Des maillots splendides, deux groupes focus comme en mai 2013, deux collectifs très très chouettes à voir attaquer, Derrick Jones Jr. en alley-oop par-dessus l’un des frères Vacances, neuf points d’écart max entre les deux équipes, un finish hors du temps… en bref c’était un délice dont on n’a pas assez parlé. Pas besoin d’une énorme star cette nuit-là à l’AmericanAirlines Arena pour rendre cette soirée merveilleuse. C’était beau de voir le basketball dans son expression la plus pure : le collectif. Tout ne reposait pas sur les épaules d’un mec ou d’un duo mais sur la concentration et l’effort de tout le monde. Voyez par vous-même : six joueurs du Heat à 10 points ou plus, sept chez les Pacers. Pas le temps de tous les nommer mais sachez qu’il y avait parmi eux deux Holiday, un Slovène, évidemment pas de Dion et un seul T.J. sur trois.

Mais surtout ce finish… ce finish what the f**k qui nous a fait suer de grosses gouttes de sueur froide qui glissent jusqu’à la chute des reins. Les Pacers étaient si proches d’être la deuxième équipe en jaune à gâcher la soirée de Jimmy Butler et ses potes. 112-111 pour Indiana à 30 secondes de la fin et peut-être la dernière chance pour Miami : tir manqué de J. Buckets, rebond offensif gratté par ce même Jimmy dans le corner devant le banc de Nate McMillan, à un orteil d’une sortie de balle. Deux passes plus tard, Kendrick Nunn drive depuis le corner opposé, rate son lay-up compliqué, Butler qui est revenu de sa pause tente un tip-in, finalement capté en deux temps par Bam Adebayo qui ressort pour Goran Dragic. Dix secondes au chrono, un drive, une patte gauche, une jolie courbe, +1 pour le Heat… et énorme soupir de soulagement collectif dans les gradins. Après le temps-mort qui suit, Aaron Holiday foire un tir main gauche, bien défendu par le mec qui l’avait traumatisé plus tôt dans la soirée, ce filou de Derrick Jones Jr., encore lui. Victoire du Heat, la 14è à la maison. Les Floridiens en sont désormais à 17.

Mais cette nuit, les Pacers sont à la maiz. Ils seront peut-être privés, entre autres, de Malcolm Brogdon, Domantas Sabonis (tous les deux questionable), et encore de Victor Oladipo. Mais ils ont une revanche à prendre face au Heat après cette première manche encore fraîche dans les esprits. Rendez-vous à 1h pour démarrer ensemble cette soirée NBA devant du beau basket.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top