Old-School

Flashback version Agent Zéro : retour sur ce jour où Gilbert Arenas a planté 41 pions sur les… Wizards de MJ

Gilbert Arenas, l’Agent Zéro, le scoreur fou, le mec qui célébrait les shoots de la victoire avant qu’ils ne rentrent mais qui amenait aussi des flingues dans le vestiaire. C’était ça Gilbert, un gars vraiment pas comme les autres, un véritable personnage. Et niveau purement basket, c’était un sacré scoreur, même avant son arrivée à Washington, où il a réalisé ses meilleures campagnes en carrière. Retour sur une rencontre de mars 2003, quand Arenas évoluait encore à Golden State.

On a tendance à l’oublier, mais Gilbert Arenas n’a pas attendu ses années Wizards pour se faire un nom dans la Grande Ligue. Oui, il a connu son prime dans la capitale américaine avec trois très grosses saisons au scoring entre 2004 et 2007, ainsi que trois participations au All-Star Game. Oui, ses plus grands exploits et highlights ont été réalisés avec un maillot de Washington sur le dos. Mais c’est du côté de la Bay Area qu’il a véritablement commencé à faire du bruit en NBA. Sélectionné par les Warriors avec le 31è choix de la Draft 2001, Arenas a passé ses deux premières saisons professionnelles à Oakland, aux côtés notamment d’Antawn Jamison et Jason Richardson. Ça gagnait pas énormément de matchs à l’époque mais ça jouait vite et ça plantait pas mal de points. Comme vous pouvez l’imaginer, Gilbert était plutôt à l’aise dans un tel environnement. Au cours de sa saison rookie, il est monté en puissance au fil des mois avec de plus en plus de minutes et de plus en plus de points au compteur. Il a ensuite enchaîné lors de sa campagne sophomore, avec notamment un début d’année 2003 bien sale où il a accumulé les perfs au scoring à seulement 21 piges. Tout cela nous amène à cette rencontre entre les Warriors et les Wizards justement, le 23 mars. Une rencontre à part pour Mr. Arenas.

Déjà, il y avait Michael Jordan en face. Même s’il était en pré-retraite, ça reste Mike, et le public d’Oakland était venu pour apprécier une dernière fois MJ. Ambiance un peu particulière donc. Mais surtout, c’est dans cette rencontre que l’Agent Zéro va réaliser la meilleure performance de sa jeune carrière au scoring. On peut dire qu’il a bien choisi son jour le bonhomme. 41 points, 15/23 au tir, 4/8 du parking, 7/9 aux lancers francs, le tout avec 6 rebonds et 5 passes (8 turnovers aussi mais chut) en 40 minutes. Wow. Dès les premiers instants, Gilbert avait la main chaude. 7/7 dans le premier quart-temps pour 17 points, pas mal comme début de match. Sous son impulsion, les Warriors ont pris l’avantage face à la bande à Jojo. Arenas a ensuite baissé un peu le pied et Washington a pris le contrôle de la rencontre, mais l’Agent Zéro a remis un coup d’accélérateur dans le troisième quart en compagnie d’Antawn Jamison pour permettre à Golden State de recoller au score. Et dans l’ultime période, c’est encore Gilbert – bien aidé par Bob Sura et Jamison – qui a donné le lead aux Warriors en plantant deux tirs primés et un shoot juste à l’intérieur de la ligne à 3-points. Score final, 113-107 pour Golden State, avec un Arenas en mode career-high et un Antawn Jamison également exceptionnel (37 points).

Premier match à 40 points en carrière pour l’Agent Zéro, et une performance marquante dans une belle saison sophomore où Arenas terminera avec des moyennes de 18,3 points, 4,7 rebonds, 6,3 passes décisives et 1,5 interception. Une saison tellement séduisante que Gilbert sera nommé Most Improved Player à la fin de la campagne 2002-03. C’est rare de voir des joueurs de deuxième année être récompensés par le trophée de MIP (seulement deux depuis 2000, Gilbert et Monta Ellis, un autre Warrior), mais la progression individuelle d’Arenas ainsi que la progression collective de Golden State cette année-là (17 victoires de plus par rapport à 2001-02) ont permis au scoreur fou de repartir avec le trophée, avant de quitter la Baie pour Washington. À l’été 2003, Gilbert Arenas a effectivement décidé de rejoindre l’équipe qu’il a maltraitée quelques mois plus tôt, afin d’entamer un nouveau chapitre de sa carrière. Il a signé un contrat de six ans et 60 millions de dollars avec les Wizards en tant qu’agent libre restrictif. Malgré ce statut, les Warriors n’ont pas pu s’aligner sur cette offre car ils ne possédaient pas assez de place dans leur salary cap, eux qui étaient au-dessus du cap. Avoir une marge salariale suffisante pour s’aligner était une condition nécessaire à l’époque pour des joueurs non sélectionnés au premier tour de la Draft comme Arenas, qui était considéré comme un agent libre « Early Bird ». Les Warriors ne pouvaient utiliser que la Early Bird Exception à 4,9 millions de dollars, ce qui était insuffisant. Suite à cet épisode, le règlement a changé dans le CBA 2005 avec la mise en place de la Gilbert Arenas Provision, destinée à aider les franchises à garder leurs agents libres restrictifs qui n’ont pas été draftés au premier tour et qui sont dans la ligue depuis un ou deux ans seulement.

Ce 23 mars 2003, les Wizards ont eu un aperçu de ce que Gilbert Arenas pouvait faire sur un terrain de basket. Alors forcément, quand ils ont pu saisir l’opportunité pour le recruter, ils n’ont pas hésité très longtemps. On connaît la suite de l’histoire, pour le meilleur et pour le pire. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top