Knicks

Steve Mills sera bientôt de nouveau collègue avec David Fizdale… à Pôle Emploi : le ménage continue à New York

Steve Mills

Le bateau coule à New York, on jette les poids par-dessus bord.

Source image : Youtube

A chaque jour sa rumeur chez les Knicks, ce qui donne beaucoup plus de gros titres que de victoires même si les coéquipiers de Marcus Morris ont remporté le duel des lanternes rouge cette nuit à San Francisco. Cette fois, c’est Steve Mills qui pourrait être poussé dans le ravin si l’on en croit les bruits de couloir du côté de la Grosse Pomme

Malgré le succès obtenu en Californie pour ce nouveau Mercredi Panzani (le réveil était compliqué pour les fans des Dubs ce matin), le début de saison des pensionnaires du Madison Square Garden est catastrophique. Alors après s’être (enfin) débarrassée de David Fizdale, la franchise de New York continue son grand ménage. Il faut dire qu’avec une Free Agency aussi pétée et un premier quart de saison une nouvelle fois galère, des têtes doivent sauter. Le coach a donc été prié d’aller réciter ses datas ailleurs et selon plusieurs membres des Knicks c’est le président, Steve Mills, qui devrait le suivre à la fin de la saison comme nous l’indique Ian Bagley de SNY. Le propriétaire lui aurait déjà mis la pression et les rumeurs annonçant l’intérêt de New York pour l’architecte des Raptors, Masai Ujiri, ne font que renforcer le sentiment d’insécurité du patron du front office à Big Apple. Cependant, Mills devrait bénéficier d’un sursis et une amélioration des résultats ou des bonnes décisions avant la trade deadline pourraient encore faire changer d’avis James Dolan. Traduction : « si Ujiri nous met un stop, peut-être qu’on ne trouvera pas mieux et qu’on va te garder un peu ». Vous l’aurez compris, on essaie de sauver le bateau du naufrage mais on se demande si c’est encore possible.

On peut revenir sur les choix de Steve Mills depuis sa nomination pour se demander si ces derniers sont si mauvais que cela. Spoiler : pour la plupart, oui. Ainsi, son duo avec Scott Perry aux commandes depuis 2017 a déjà été impliqué dans de nombreuses décisions qui ont ouvert le débat. La première concerne évidemment l’échange de Kristaps Porzingis, Tim Hardaway Jr., Courtney Lee et Trey Burke contre Dennis Smith Jr., DeAndre Jordan et Wes Matthews. Même si le Letton avait réclamé son départ, il n’était peut-être pas obligatoire d’agir dans l’urgence et de ne pas creuser plus la piste Anthony Davis par exemple. Autre moment marquant de ces deux dernières années, la Free Agency 2019. Quand il y a autant de hype et que les rumeurs parlent de Big Three, se retrouver avec Julius Randle et Marcus Morris comme recrues principales fait un peu cheap. Un bon gros échec bien lamentable que James Dolan n’a toujours pas dû pardonner à son préz qui devrait bientôt laisser sa place à quelqu’un d’autre. Car les Knicks restent les Knicks et avec le profil de l’équipe, le poste pourrait intéresser du monde. En effet, New York aura une belle marge salariale, des jeunes stars à développer et des tours de draft à la pelle (dont celui de l’an prochain qui part sur un top pick vu le début de la saison). De quoi faire de bonnes choses pour enfin se mettre un peu à la hauteur des fans de la ville.

On l’aura compris, ça sent le grand ménage chez les Knicks. Le prochain à quitter le navire sera vraisemblablement Steve Mills, surtout s’il décide de se venger en récupérant un nouveau poste 4 avant la trade deadline pour faire couler le bateau encore plus profond. Mais pour ça, il faudrait déjà que ce soit possible.

Source texte : SNY

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top