Sixers

Joel Embiid vs Karl-Anthony Towns : ça se termine sur Insta, le niveau d’irrespect atteint la barre des 500

Joel Embiid

De l’art, du grand art.

Source image : Instagram

Comme certains l’ont peut-être compris, il y a par ici une certaine appréciation pour tout ce qui est de l’art du trashtalking. Et cette nuit ? Après le fight entre Joel Embiid et Karl-Anthony Towns, on a atteint un niveau assez incroyable entre les deux intérieurs, sur les réseaux sociaux.

Au moment où ces lignes sont écrites, il y a de bonnes chances pour que, de Minnesota à Philadelphie, les hauts placés des Wolves et des Sixers veuillent confisquer les téléphones de leurs stars. On en est là, on en est arrivés à ce point-là, tant KAT et Embiid sont montés dans leurs tours cette nuit. Depuis quelques temps déjà, on savait que l’animosité était réelle entre les deux hommes. Le monstre de Philly avait donné le ton il y a deux ans, en décembre 2017, lorsque son équipe s’était imposée à Minneapolis avec une bonne petite perf du pivot, face à un autre poids lourd à son poste. Un match ponctué par le post Instagram suivant, brûlant déjà Towns (ou le chat « KAT » comme nombreux le savent) dans son estime.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Euro stepping our way through Minnesota and we ended up raising the cat last night #TheProcess

Une publication partagée par Joel « The Process » Embiid (@joelembiid) le

On a eurosteppé Minnesota et on en a profité pour dresser le chat hier soir #TheProcess

Cela chauffait déjà bien comme il faut, et c’était il y a donc deux ans. En réponse à ce premier post, KAT avait alors répondu que la légende de ce post était aussi moche que la qualité de la photo, ce à quoi Embiid avait répondu que la qualité de cette photo était meilleure que sa défense. Boom. Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, enfin pensait-on. Cette nuit, retrouvailles à Philadelphie avec deux phénomènes qui veulent montrer qui est le patron, et la baston prend place. Bim, bam, boom, Joel et Charles-Antoine s’envoient des mandales, expulsion du match et pas de n’importe quelle manière. En se dirigeant vers le vestiaire, Embiid a même droit à un petit coucou des parents de Towns, qui ne veulent pas voir ce genre de goujat maltraiter leur fiston. On est, dès lors, dans une autre stratosphère en terme de haine envers l’un et l’autre.

Mais si vous pensiez qu’on allait s’arrêter là ? Vous avez tout faux ! En sortie de match, donc longtemps après le buzzer final, c’est l’heure de prendre son smartphone, activer le mode kérosène et foutre le feu complet à la planète basket. Le premier à dégainer se nomme évidemment Joel, une première danse qui va séduire l’ami Towns. Deux posts qui se suivent coup pour coup, on vous laisse apprécier ces merveilles.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

I aIN’t nO BiTcH RaiSeD ARoUnD LiOnS 🧢🧢🧢🧢🧢🧢 🤡🤡🤡🤡🤡🤡 #BitchTalk

Une publication partagée par Karl-Anthony Towns (@karltowns) le

Belle victoire collective !! J’ai été élevé parmi les lions et un chaton s’en est pris à moi ce soir lol Jimmy Butler ça m’a manqué de faire partie des remplaçants… Même sa mère a fait des doigts d’honneur envers moi. C’est ce qu’on appelle du VRAI PLACEMENT IMMOBILIER #SoiréeBaston #JeSuisPasUneSalope

jE sUiS pAs UnE sAlOpE éLeVéE pArMiS LeS LiOnS #ParoleDeSalope

Pour ceux qui se posent la question, en terme de référence, le third stringers d’Embiid (qu’on a traduit par remplaçants) est un évident clin d’oeil au fameux entraînement chez les Wolves durant lequel Jimmy Butler avait écrasé les titulaires avant d’être transféré à Philadelphie. Frustré dans le Minnesota, Butler avait raconté suite à cet incident qu’il avait joué avec les… third stringers, une belle métaphore réutilisée ici par Embiid, sans parler de celle de l’immobilier que tout le monde connaît en rapport avec Andre Drummond. En réponse, Towns a donc pris son phone et utilisé la merveilleuse méthode Bob l’éponge, à base de majuscules et de minuscules. Avec quelques émojis de clown et la photo légendaire de Joel qui craque après le shoot de Kawhi Leonard lors des derniers Playoffs, l’affaire est jouée. Mais c’était… mal connaître le pivot des Sixers, qui a en fait décidé de défoncer les barrières du respect à coup de pompes. Joel a, en effet, répondu au post de KAT sur son propre compte Instagram, sauf que la réponse a apparemment été supprimée, donc Embiid ne s’est pas gêné et a partagé sa prose sur tous les réseaux. Attention, ça pique.

Joel Embiid

Cette attitude de mec dur, ça va pas le faire… Tu sais très bien qui tu es… Tu sais très bien qui tu as toujours été >>> UNE MAUVIETTE (DITES LE FORT POUR CEUX QUI N’ENTEND PAS AU FOND). Je t’ai botté le cul et je t’en supplie qualifie-toi en Playoffs avant de parler. C’est un fait avéré que JE TE POSSÈDE @KarlTowns

Imaginez quelqu’un qui parle après une défaite de 20 points. C’est dur à voir hein lol. Vas-y, utilise une photo de moi tenant à coeur après une défaite au SECOND TOUR DES PLAYOFFS. Oh, attends, oui c’est ça tu ne sais pas ce que c’est puisque tu n’y es jamais allé, tu ne sais pas à quoi ça ressemble. Le mec a enfin gagné 3 matchs et il se met à parler, alors que je sais que tu parles pas. T’as été une mauviette toute ta vie. C’est pour ça que t’as été traité ainsi par tu sais qui. Je ne vais pas tout déballer sur toi mais je sais des choses sur toi. Ne te méprends pas, JE TE POSSÈDE.

Tu sais qui ? Coucou Jimmy Butler, dont on attend la réaction prochainement. La NBA se porte merveilleusement bien, on a notre premier moment #MercrediPanzani de la saison, et on pouvait difficilement demander mieux. Ah si, dernière chose : 20 mars 2020, Wolves versus Sixers dans le Minnesota. Préparez déjà le popcorn.

7 Commentaires

7 Comments

  1. killerdescore

    31 octobre 2019 à 11 h 12 min at 11 h 12 min

    On est en primaire ou quoi ,j’ai pas l’impression de voir des professionnels de la baballe ,mais plutôt des gamins de primaires qui coute un peu trop cher et se prennent pour des gros durs
    Et Embiid parle trop ,on a bien vu l’an dernier avec sa super team ,il a rien fait à part chialler

  2. Aim-bide

    31 octobre 2019 à 15 h 17 min at 15 h 17 min

    Qu’il continue de faire le malin. Ça va encore finir en larmes après avoir fait l’avion et montré ses muscles un peu trop tôt.
    Le mec est fier d’être allé jusqu’au deuxième tour des playoffs alors qu’il avait une équipe pour gagner le titre mais qu’il n’a pas été à la hauteur…
    Et venir mettre Butler dans la discussion après avoir eu besoin de Simmons pour le défendre sur le parquet. Minable. Mais t’inquiète Jojo, t’es le roi lion, tu possèdes la terre entière.

  3. Damon Fantasy

    31 octobre 2019 à 16 h 41 min at 16 h 41 min

    Cette nouvelle génération est quand même (dans sa globalité) une belle armée de trous du cul, vous ne pensez pas ?
    Il y a, dans cette ligue, des seigneurs qui gagnent des titres et ne la ramènent pas autant ou alors : avec la manière et un langage un peu plus soutenu … qu’ils prennent un peu exemple !… de toute façon les défaites les y aideront ! 🙂

  4. David Coulon

    31 octobre 2019 à 17 h 01 min at 17 h 01 min

    Bataille de gentils minets… Niveau trashtalking, on est dans une version télé réalité où l’essentiel est de se mettre en scène et d’utiliser de jolis mots fleuris pour faire bien sur Instagram…
    Je trouve cet échange assez pitoyable et je suis très surpris que vous vous emballiez pour si peu. Je préfère mille fois le trashtalking de Larry Bird ou du Sheed qui allie les actes aux paroles. Ce trashtalking-là fait partie intégrante du sport et permet d’écrire les légendes. Le trashtalking de la nuit dernière est pour moi la traduction parfaite de la mise en scène des réseaux sociaux, plus proche des Anges de la télé-réalité que de Larry Legend…

  5. AimeBide

    31 octobre 2019 à 18 h 58 min at 18 h 58 min

    J’ai aimé le trashtalking de Embiid jusqu’à aujourd’hui… dé-gueu-lasse.

    • LeVerbe

      4 novembre 2019 à 9 h 17 min at 9 h 17 min

      de même ! sur le terrain, ça passe mais sur les réseaux, ça fait collégien. En plus il fait le malin alors qu’il a passé le plus clair de son temps à l’infirmerie le garçon.

  6. PIGBENIS

    1 novembre 2019 à 3 h 19 min at 3 h 19 min

    Vous vous excitez réellement sur ces carabistouilles de collégiens TT ? C’est assez minable pour dire vrai

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top