Wizards

Bradley Beal sait qu’il est le leader des Wizards et pose les objectifs : « On doit faire les Playoffs », faut pas s’enflammer non plus billou

On lui dit qu’il n’est pas encore au Heat ?

Source image : Facebook live Wizards

Pas de John Wall pour au moins une grosse partie de la saison, on s’attend donc à ce que Bradley Beal prenne le leadership côté Wizards comme la saison dernière, malgré toutes les rumeurs qui l’entourent. Mais l’arrière a l’air déter : il veut emmener Washington en Playoffs. Et bah bon courage Bradley.

On ne va pas se mentir, ça sent pas la grosse saison côté Wizards. John Wall out pendant de longs mois, et probablement pas à son top dès son retour de blessure puisqu’on parle d’une rupture du tendon d’Achille, un Bradley Beal dans les rumeurs de trade, avec un roster assez léger autour d’eux, le tout entraîné par Scott Brooks… Il y a de quoi être assez dubitatif, et peu de personnes misent sur une bonne saison des Sorciers. Il faut dire que dans des dispositions plus ou moins similaires la saison dernière, avec tout de même un Wall qui a pu jouer une trentaine de matchs, Washington avait loupé les Playoffs, et pas de peu. Onzième de la Conférence Est avec 32 victoires, pas de quoi être fier. Allez, si on veut être optimistes, on peut se dire que cet échec cuisant va au moins en réveiller certains, et que les mecs vont se ramener le couteau entre les dents cette saison. Et c’est globalement le message qui a été envoyé lors du Media Day lundi, et c’est évidemment Bradley Beal qui s’est chargé de sonner la révolte :

« Je sais que beaucoup de gens doutent de nous. […] Mais je suis là pour prouver aux gens qu’ils ont tort. Nous avons une équipe qui a faim. J’ai faim. […] Mes attentes sont les mêmes que chaque année. On doit faire les Playoffs, et on doit faire du bruit pendant les Playoffs. »

Ambitieux l’ami Bradley. En tout cas, si les Wizards veulent ne serait-ce que rêver du top 8, il va bien falloir que l’ancien numéro 3 de la Draft 2012 soit dans la lignée de sa saison dernière, où il a été le seul à vraiment surnager du côté de la Maison Blanche. Une production monstrueuse à plus de 25 points, 5 rebonds et 5 passes de moyenne, on peut bien parler d’une meilleure saison en carrière. Et en l’absence de Jean Mur, il s’est transformé en véritable leader. Un leader vaincu, certes, mais un leader quand même, et il a l’air de se sentir parfaitement dans ce rôle :

« Je pense que je suis un leader naturel. J’ai l’impression qu’on ne peut pas forcer quelqu’un à être un leader. »

Alors on ne sait pas combien de temps il lui reste dans la capitale, mais Bradley Beal semble bien avoir l’intention de se donner à fond sous le maillot des Wizards. En espérant que, cette fois, ça ne soit pas le seul aspect positif de la saison de Washington.

S’il y a bien un seul motif d’espoir à Washington, c’est Bradley Beal. Rumeurs de trade ou non, le garçon a l’air toujours aussi ambitieux, et on sait que de son côté, il donnera le max pour tenir ses engagements. Maintenant, faut voir si les gars qui l’entourent sont dans le même esprit que lui…

Source Texte : Media Day Wizards / Twitter @FredKatz

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top