Bucks

Le best-of des Bucks 2018-19 : on l’avait dit, « faites attention au Grec », et bah il a tout défoncé

En attendant la reprise des hostilités, TrashTalk paye une nouvelle fois son mois d’août et vous offre chaque jour le best-of 2018-19 de l’une des trente franchises NBA. Histoire de se mettre bien avant la reprise, histoire de ne pas oublier que le basket est le plus beau sport du monde, juste devant la pétanque du dimanche, celle qui se pratique une boule dans la main gauche et un verre de rosé dans la droite. Allez, highlights, les vacances c’est pour les autres.

C’est parti, vingt-et-unième best-of de cette série spéciale N-1, synonyme d’un début de saison qui se rapproche inexorablement. Ça c’était pour la bonne nouvelle, mais passons tout de suite aux choses sérieuses.

Les Bucks étaient la belle histoire de l’Est la saison passée. Avec la progression fulgurante de Giannis Antetokounmpo, le talent de tous les mecs autour de lui et l’arrivée du coach Mike Budenholzer, qui a su diriger tout ça à la perfection, Milwaukee a changé de dimension. Résultat ? Le meilleur bilan de l’année avec 60 victoires pour seulement 22 défaites et un début de Playoffs qui ont fait trembler toute la NBA. Seulement un match perdu sur les deux séries contre Detroit et Boston. Bon, ensuite, les choses ont déraillé pour Giannis et sa bande face à celle à Kawhi Leonard, qui avait visiblement envie de manger du daim en Finales de Conf’. Mais ça reste quand même une campagne très réussie pour les Bucks.

Et même sans parler de championnat, si vous voulez mater de beaux highlights venant d’un mec monstrueux, vous avez cliqué au bon endroit. Parce que contrairement aux équipes où y’a pas forcément grand-chose à se mettre sous la dent, là c’est plutôt ceux qui jouent avec Giannis qui doivent se battre pour être dans le best-of. Le Freak est grand (très grand même, 2m11 le garçon), il est rapide, il est de plus en plus puissant au fil des années et donc forcément il prend énormément de place. Entre gros, gros, gros posters qui mériteraient presque un arrêt de carrière aux victimes (coucou Jon Leuer), et des contres où tout le monde le sent arriver sauf celui qui tire, Giannis est très impressionnant sur un terrain de basket. Muni d’un dribble plus que correct pour un bonhomme de sa taille, il est capable de monter la balle et de transpercer n’importe quelle défense. Et on ne parle pas de sa finition près du cercle. Mais il est aussi bien entouré. Entre Eric Bledsoe, capable aussi bien de bondir sur l’arceau comme mettre des 3 points bien clutch, Khris Middleton, lieutenant en chef du parking et Brook Lopez reconverti en shooteur fou, les Bucks étaient vraiment armés jusqu’aux dents et ce quart d’heure d’highlights le prouve bien.

Malgré la désillusion subie aux portes des Finales, les Bucks ont quand même marqué de leur patte la saison 2018-19, avec notamment le Greek Freak qui a remporté son premier trophée de MVP. Maintenant, Milwaukee va viser beaucoup plus haut avec le titre NBA comme objectif. Et on le redit au passage, faites attention au Grec… très attention même.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top