News NBA

Marcus Morris et Nerlens Noel virent leur agent Rich Paul : c’est plus facile de négocier pour le King que pour des role players

Marcus Morris Celtics

Refuser un contrat douillet chez les Clippers pour aller jouer les remplaçants pendant un an à New York, c’est la vie que Marcus Morris a décidé de mener.

Source image : Youtube

C’était un des rôles players les plus demandés sur cette Free Agency, il finira finalement aux Knicks pour un an et quinze millions de dollars. Pas exactement le destin qu’on prédisait à Marcus Morris au début de l’été et visiblement lui non plus n’est pas satisfait : Rich Paul n’est officiellement plus son agent qui a aussi perdu Nerlens Noel dans la liste de ses clients cet été.

Ce n’est pas tous les jours qu’on peut commenter le licenciement de Rich Paul, l’agent de LeBron James, Anthony Davis, Ben Simmons, Draymond Green, etc… Il faut croire qu’il est plus facile de négocier des salaires max que des contrats pour des rôles players dans l’agence Klutch Sports et c’est peu de le dire. Revenons en à Marcus Morris. Joueur primordial dans la rotation des Celtics depuis plusieurs saisons, Momo se retrouvait free agent cet été. Son âge (29 ans), sa forme du moment (14 points, 6 rebonds en 28 minutes, 37,5% derrière l’arc), sa capacité à switcher défensivement sur plusieurs postes, autant d’atouts pour négocier un joli contrat avec plein de zéros pour une équipe qui vise la gagne, et pourtant… Stefan Bondy du New York Daily News a fait le point sur l’été agité de Morris et on en apprend de belles.

« Selon certaines sources, Marcus Morris aurait rejeté une offre de 41 millions de dollars en provenance des Clippers avant de se tourner vers les Spurs puis vers les Knicks. Après avoir été repoussé par Morris, les Clippers ont utilisé leur marge financière pour acquérir Moe Harkless et son contrat de 11,5 millions via un trade. […] La décision de Morris de revenir sur sa parole est intervenue après que les Spurs aient libéré du cap en transférant Davis Bertans. San Antonio a alors décidé de signer l’ailier-fort Trey Lyles, qui est un autre client de Rich Paul. »

Marcus Morris avait donc la possibilité de jouer aux Clippers aux côtés de Kawhi Leonard et Paul George et il a finalement atterri aux Knicks avec un rôle incertain ? On est sur le cul. Très clairement on pouvait imaginer son rôle dans le squad californien, en premier relais avec Lou Williams et Montrezl Harrell en sortie de banc. Au lieu de ça, il secondera Julius Randle ou Bobby Portis, enfin dur à dire vu le nombre d’intérieurs à Big Apple. On ne connaît malheureusement pas le nombre d’années correspondant au deal à 41 millions mais vu que les Clips ont ensuite gobé le contrat de Moe Harkless, on peut s’attendre à ce qu’il s’agissait d’un deal sur trois ou quatre ans. Sur quatre ans, l’offre était à peu près égale à celle des Spurs mais le joueur ne pouvait pas tester le marché avant un bail, on oublie alors l’idée de braquer la banque. Si l’offre est sur trois ans, c’est déjà moins compréhensible. 41 millions sur trois ans, on est sur du 13,3 patates de moyenne et ce n’est pas beaucoup moins que l’offre des Knicks. 1,7 millions de dollars pour passer de bonne rotation chez un contender à joueur de banc des Knicks. Vraiment ?

Toujours est-il que le joueur n’a pas été satisfait de la gestion de son dossier par Rich Paul et l’a donc libéré de ses obligations. Marcus Morris reste malgré tout chez Klutch Sports mais il sera suivi par un autre agent. On remarque par ailleurs que le grand pote de LeBron a encore réussi à placer ses billes malgré tout puisque le remplaçant de Morris chez les Spurs, Trey Lyles, est également un de ses poulains. Très bon pour négocier des gros contrats à ses stars (Ben Simmons aura bientôt son max aussi), l’agent le plus célèbre du circuit montre certaines limites quand il s’agit de placer des joueurs moins côtés. Certains diront sans doute que Paul a réussi à monter un contrat à 82 millions pour Tristan Thompson mais aurait-il vraiment réussi sans le soutien dans l’ombre du King ? On en doute. En tout cas, il n’a pas non plus su conserver Nerlens Noel qui n’a certainement toujours pas digéré ce mauvais choix de carrière en refusant un contrat de 70 millions de dollars à Dallas en 2017 pour se retrouver à galérer au minimum vétéran du côté d’Oklahoma City.

Marcus Morris dit bye bye à Rich Paul, incapable de lui trouver un deal à la hauteur malgré des qualités certaines. Pas de panique, Momo sera de nouveau libre dans un an et le show pourra reprendre de plus belle. On refuse un nouveau contender pour aller aux Suns, en huitième option ?

Source texte : New York Daily News

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top