Raptors

Serge Ibaka a donné des cours d’espagnol aux Warriors : le voilà le facteur X de ce Game 4

Serge Ibaka

« Chef Curry ? Connais pas. »

Source image : Youtube

Cette nuit, les Raptors ont mis un sacré coup sur la tête de Golden State, en allant s’imposer une nouvelle fois à l’Oracle Arena (105-92). Les Dinos ne sont plus qu’à une victoire du sacre final, et paraissent bien supérieurs à des Warriors en manque de solutions. Un grand Espagnol a encore grandement contribué à cette supériorité canadienne. Non non Marc, on ne parle pas de toi.

On avait quitté Serge Ibaka lors du Game 3 avec l’impression que l’intérieur pouvait nous réserver encore de belles surprises, tant il avait sorti une seconde mi-temps très propre. Vous savez, le Ibaka bien trop solide en défense, celui qui a décidé de ne rien laisser passer. C’était ce joueur-là qu’on avait lors de la deuxième partie du troisième match, durant lequel il a accumulé six blocks dans la musette des Warriors. Le bougre a récidivé dans le Game 4, mais en mieux. Un genre d’évolution Pokémon, toujours très chaud en défense, mais cette fois-ci également très chaud offensivement vous voyez ? Cette nuit, Serge Ibaka finit en sortie de banc à 20 points, 9 sur 12 aux tirs, quatre rebonds et deux blocks, en mettant DeMarcus dans sa poche et avec une adresse insolente au meilleur des moments. Du grand art. On a vu du Ibaka qui bâche dans sa moitié de terrain pour ensuite aller scorer à trois-points derrière vous voyez ? L’ancien du Thunder a particulièrement fait mal aux Dubs au début du deuxième quart-temps, quand Kawhi Leonard était sur le banc, ainsi que dans le troisième où les Raptors ont détruit Golden State… Ils avaient sans doute encore en mémoire le retour des vestiaires cata lors du Game 2, et se sont dit que cette fois-ci, c’était eux qui allaient faire la totale. Un troisième quart temps représentatif du match de Serge Ibaka hier soir : méchamment efficace.

Cette perf’ est encore plus impressionnante de la part de l’Espagnol quand on connaît sa place dans le roster des Dinos. Il tourne cette saison à 15 points de moyenne, 8,1 rebonds et 1,4 block, tout ça en revoyant complètement en cours d’année son rôle au sein de l’effectif. Quand le grand Serge a été mis sur le banc suite à l’arrivée de Marc Gasol, pas le temps de bouder, il a décidé qu’il allait faire le taff au bon moment. Ses Playoffs n’avaient pas rassuré grand monde, parfois bon, parfois clairement en dessous, mais on dirait bien qu’il a décidé de mettre un petit coup d’accélérateur pile quand il le fallait. Cette nuit il a proposé une copie digne de ses meilleures années, avec une vraie adresse, des espaces trouvés, de la mobilité et évidemment de la défense. Etre le parfait lieutenant de Kawhi (qui sort d’ailleurs lui aussi une espèce de prestation…), au meilleur des moments, c’était ça la mission de Sergio dans le Game 4. Que ce soit en sortie de banc ou pas, rien à cirer. Avec seulement 22 minutes de temps de jeu ? Aucun problème. L’Espagnol a embrassé sa mission du facteur X à la perfection. Le genre de type qui en plus d’apporter une bonne dose de points (car oui du coup, c’est le second meilleur marqueur des Raptors cette nuit), amène une grosse énergie et met tout en place pour que les champions en titre ne dépassent pas la barre des 100 pions. Mission accomplie. Les Dinos remportent une seconde victoire consécutive à l’Oracle Arena, peuvent remercier un duo Kawhi-Ibaka qu’on n’attendait pas forcément, et rentrer dans le Grand Nord pour finir le travail et s’asseoir sur la planète NBA. Rien que ça.

Quand on voit le match de cette nuit, pas besoin de réfléchir longtemps au facteur X côté Raptors. On a eu du Serge Ibaka des grands soirs, celui qui te sort la perf’ parfaite juste quand il faut. Le grand Serge n’est désormais plus qu’à une victoire de remporter une bague, qui sera clairement méritée.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top