Raptors

Le sang a coulé mais Fred VanVleet était bien là pour voir Toronto gagner : symbole du fighting spirit des Raptors !

Que celui qui avait parié sur une telle situation après le Game 4 lève la main. Personne ? C’est on ne peut plus logique tant la surprise est grande pour tout le monde, les Dinos ont fait le break avec Golden State. Forcément, la rage de vaincre montrée par les Raptors ressemble fortement à un trait de champion. À l’image de Fred VanVleet, sorti estropié cette nuit puis présent sur le banc pour la fin du match.

Le sacrifice de soi est l’une des conditions principales au succès, c’est ce que nous a montré Toronto cette nuit en allant chercher une victoire ultra importante à l’Oracle Arena. Toutes les conditions étaient réunies pour que les Canadiens repartent avec la win : des gladiateurs déguisés en joueurs de basket, Ibaka qui met un trois points et Jeremy Lin qui joue un Kawhi Leonard stratosphérique. Mais un gladiateur, ça peut se blesser et ce fut le cas de Fred VanVleet qui a été le sacrifice de la soirée. Sur un rebond disputé entre Chauve Livingston et Air Congo, celui qui a un blase de coureur cycliste de la Rabobank s’est mangé un méchant coup de coude qui semble involontaire de la part du Dub. Une faute du gros Serge est sifflée sur le meneur mais les regards se tournent vers FVV, allongé sur le sol et qui saigne de l’arcade. Résultat : une dent retrouvée sur le parquet et sept points de suture. Mais c’est là qu’on constate à quel point le petit bonhomme incarne le fighting spirit des Raptors. Le back-up de Kyle Lowry était de retour sur son banc en fin de match pour célébrer la victoire canadienne avec ses coéquipiers. Blessure ou pas, pour rien au monde le jeune papa ne louperait le champagne et les blinis de tarama.

Plus sérieusement, quels Playoffs de la part de Fred VanVleet ! Le voilà le véritable facteur X chez les Dinos, lui qui avait très mal commencé sa postseason. Hier soir, il nous a gratifié de 8 points, 4 rebonds et 6 passes. Plutôt complet pour un joueur au physique de cuisto. On le sait, l’accouchement récent de sa femme a été synonyme de déclic pour lui qui ne rentrait aucun tir avant cela. Purée, elle dure longtemps du coup la grossesse de madame Chris Paul. Depuis, Fredo est l’une des raisons du succès canadien, mais ce n’est pas terminé et il serait dommage de perdre ses balls à un match de la bague. À l’issue de la rencontre, le meneur s’est même permis une petite blague sur les réseaux sociaux :

« Si c’est ça être Canadien, je ne suis pas sûr d’en avoir envie. Je ne joue pas au hockey, j’ai du respect pour ces gars-là et ce qu’ils font, mais perdre une dent, ce n’est vraiment pas amusant. »

View this post on Instagram

Need my shit fixed asap😂

A post shared by Fred VanVleet (@fredvanvleet) on

Cette nuit il s’avère que les seuls warriors sur le parquet de l’Oracle jouaient en rouge. Sacrifié por el pueblo, Fred VanVleet pourra se vanter d’être un grand artisan du succès des Dinos, si les Raptors arrivent à terminer bien sûr.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top