Warriors

Le banc des Warriors n’est pas mort : la second unit de Golden State a step up, et c’est tout Houston qui a step down

Le slogan « Strength in numbers » est de nouveau d’actualité dans la Bay Area !

Source image : YouTube

Si la mixtape de Stephen Curry en deuxième mi-temps fait la une aujourd’hui suite à la victoire de Golden State sur le parquet des Rockets lors du Game 6, il y a un autre élément qui a joué un rôle essentiel dans le succès des Dubs, à savoir le banc, crucial notamment en première période.

Steve Kerr l’avait annoncé avant la sixième manche. La perte de Kevin Durant est terrible, mais certains gars vont avoir plus d’opportunités et il n’y a pas de raison que Golden State ne gagne pas un match de plus. Bingo, comme dirait le légendaire Ralph Lawler. Malgré l’absence de KD, les Warriors sont allés s’imposer sur le parquet des Rockets, en champion. Stephen Curry et Klay Thompson ont répondu présent, idem pour Andre Iguodala et Draymond Green. Mais pour battre une équipe comme Houston, au Toyota Center et sans Durant, il fallait que les role players assurent un minimum, il fallait que le banc réponde présent du mieux possible sous peine de devoir revenir à Oakland pour un Game 7 à quitte ou double. Depuis quelques années, le slogan « Strength in numbers » est associé aux Warriors pour caractériser la profondeur de l’effectif et le fait que plusieurs joueurs sont capables de step up selon les matchs. Mais cette saison en Playoffs, ce slogan a pris un coup de vieux étant donné le manque d’impact de la second unit, peu utilisée par Steve Kerr qui s’est plus que jamais reposé sur ses titulaires jusqu’ici. Sauf que là, il n’a pas eu le choix. La blessure de Durant a tout chamboulé et il a dû ouvrir son banc un peu plus. Résultat, ce dernier a apporté une vraie contribution et a ainsi été l’une des raisons qui expliquent la qualif des Warriors.

Sur le plan purement comptable, la second unit des Dubs a apporté au total 33 points, 13 rebonds, huit passes décisives et trois contres à 13/24 au tir et 7/8 aux lancers francs. Tiens, ça pourrait correspondre aux stats de Kevin Durant ça non ? Parmi les gars qui ont vraiment pesé, il y a évidemment Kevon Looney. Déjà très précieux dans le Game 5, il a remis le couvert avec 14 points et cinq rebonds au compteur en l’espace de 20 minutes, à 6/8 au shoot. L’intérieur de 23 piges fait vraiment le taf dans la raquette en ce moment et les Warriors n’en seraient sans doute pas là sans lui. Ensuite, on se doit de parler de Shaun Livingston, qui a lui marqué 11 unités en 14 minutes. Malgré les pépins physiques, malgré ses 33 ans, le meneur vétéran des Dubs a sorti son meilleur match des Playoffs 2019 au meilleur moment. Il s’est même permis de claquer un dunk, histoire de bien montrer à tout le monde qu’il était en jambes pour cette rencontre. Et derrière ce duo, il y a les jeunots Quinn Cook et Jordan Bell qui ont eu du temps de jeu, ce qui n’était pas arrivé lors des cinq premiers matchs de la série, même si les problèmes de fautes de Stephen Curry et Draymond Green ont aussi joué dans ce choix de Steve Kerr. Jonas Jerebko a également été plus utilisé, et Alfonzo McKinnie a obtenu quelques minutes. Ces gars-là possèdent des stats anecdotiques mais on a aimé l’énergie, le côté locked-in. L’ensemble de la second unit a donc non seulement réussi à compenser en partie l’absence de Kevin Durant, mais elle a surtout compensé les galères de Stephen Curry en première mi-temps. Avec trois fautes pour zéro point en première période, Curry a été transparent et sans l’apport du banc, les Warriors n’auraient jamais été à égalité à la pause. C’est en ce sens qu’on a voulu souligner la performance des remplaçants. Alors évidemment, heureusement qu’il y avait aussi Klay Thompson, Draymond et Iggy, qui ont assuré pendant que Steph était dans le dur, mais la second unit mérite clairement sa dose de compliments aujourd’hui.

Depuis ce matin, le slogan « Strength in numbers » est de nouveau d’actualité dans la Bay Area, pour le plus grand malheur des Rockets, désormais en vacances. Chapeau les gars pour avoir step up quand il le fallait. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top