Knicks

Carmelo Anthony n’exclut pas de revenir aux Knicks : parfait, il paraît qu’il y a de la place pour deux contrats max à New York

Carmelo Anthony

« Coucou, c’est moi ! Je peux revenir si vous devenez forts ? »

Source image : NBA League Pass

Loin des parquets depuis sa mise à l’écart à Houston, Carmelo Anthony vise toujours un retour en NBA. Et si jamais Kevin Durant débarque à New York, Melo ne serait pas contre un retour aux Knicks.

La fin de carrière de Carmelo Anthony est décidément pleine de surprise. Tradé à Oklahoma City contre Enes Kanter, Doug McDermott et un second tour de draft (qui a été utilisé pour Mitchell Robinson), Melo n’est resté qu’une saison au Thunder, pour des résultats plutôt décevant. Envoyé à Atlanta et immédiatement coupé, le troisième choix de la Draft 2003 pensait rebondir aux Rockets, aux côtés de James Harden et de son grand ami Chris Paul. Perdu, l’expérience ne dure que 10 matchs, durant lesquels l’ailier poste tout simplement les pires moyennes de sa carrière, avec 13,4 points et 5,4 rebonds de moyenne. Échangé aux Bulls, il ne posera pas les pieds à Chicago et finira par être coupé le 1er février. Depuis, on n’a plus trop entendu parler de l’ailier. Mais ça pourrait bien changer. Anthony espère bien retrouver les parquets à la rentrée, et pas seulement sous son alter ego à capuche ou bonnet. Mais alors qu’il est clairement sur le déclin, quel candidat au titre serait prêt à prendre le risque ? D’autant plus que Melo risque de ne pas se satisfaire d’un rôle de remplaçant, utilisé seulement sur une vingtaine de minutes par matchs.  Et bien selon Adam Zagoria de SNY.tv, la piste d’un retour aux Knicks pourrait être envisagée. Le journaliste, qui a croisé le décuple All-Star à l’événement Nike EYBL, rapporte ces propos :

 « J’ai demandé à Melo s’il voudrait revenir aux Knicks si KD [Kevin Durant] signe là-bas.

‘Je dois voir ce qu’il se passe’, a-t-il répondu avec un sourire. »

Et soudainement, c’est toute la Knicks Nation qui saute de joie. L’enfant du pays, celui qui a mené l’équipe vers les… demi-finales de conférence, une fois, pourrait revenir. Au diable Durant, au diable les Irving, Butler, Walker… c’est Carmelo Anthony ! Plus sérieusement, avec suffisamment de cap space pour offrir deux contrats max, le front office de New York aura d’autres chats à fouetter. Mais finalement, pourquoi ne pas évaluer l’option Melo. Si les Knicks récupèrent deux superstars, dont Kevin Durant, et deviennent ainsi de vrais candidats à un run en Playoffs, et s’il reste une place dans le roster, pourquoi pas Melo ? Ça fait beaucoup de « si », mais même en fin de carrière, s’il accepte un rôle de mentor, capable d’apporter du scoring en sortie de banc, le meilleur marqueur 2013 peut être une option. Sauf si Steve Mills considère que récupérer l’ancienne star de la ville freinerait le développement de Kevin Knox ou de Luke Kornet.

L’intérêt de Carmelo Anthony pour les Knicks est conditionné par la signature de Kevin Durant. Reste à savoir ce qu’il faudra à New York pour que l’intérêt soit réciproque. À bientôt 35 ans, Melo n’est plus que l’ombre du joueur qu’il était. La question sera de savoir s’il peut réellement apporter dans la NBA actuelle, au sein d’une franchise qui joue le titre.

Source texte : SNY.tv

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top