Jazz

Preview Jazz – Rockets, Game 3 : les soldats de l’Utah vont devoir commencer à se battre, ça devient urgent

Rudy Gobert

Rudy Gobert est l’un des seuls joueurs à surnager côté Utah.

Source image : NBA League Pass

Menés 2-0 après les deux premières manches dans le Texas, le Jazz espère que le retour à domicile va leur permettre de relancer la série face aux Rockets. Après deux blowouts de suite, le temps presse pour les Mormons.

+32 puis +20. Si on continue au même rythme, ça fera +8 pour Houston ce soir. Mais le Jazz va avoir besoin d’un autre dénouement pour continuer à y croire dans ces Playoffs. Donovan Mitchell parle d’un meilleur état d’esprit, et on ne peut qu’abonder dans ce sens. Dans les stats, on voit rapidement ce qui cloche pour Utah : les shoots ne rentrent pas. 39% d’adresse globale dans la série, 23% du parking et 15 turnovers de moyenne sur les deux premiers matchs. C’est finalement aussi simple que ça. Les hommes de Quin Snyder doivent trouver des solutions, prendre soin du ballon, et déjà l’écart devrait se resserrer. Pour envisager la victoire, il faudra encore régler un autre problème touffu : James Harden. Le maître du step-back tourne à 30,5 points, 10,5 rebonds et 10 passes de moyenne, et malgré une adresse médiocre, il est en train de guider ses Rockets à un premier tour facile. Et comme à ses côtés, le supporting cast délivre également à plein régime, les hommes de Quin Snyder sont débordés. Eric Gordon est à 16,5 points, P.J. Tucker à 13,5 points et Chris Paul à 15,5 points. Clint Capela mène toujours la vie dure à Rudy Gobert, avec un double-double solide de 12,5 points et 11 rebonds. Toutes les pièces de la fusée sont opérationnelles.

Et on en revient à un point récurent dans cette série, comme dans celle de l’an passé : le staff des Mormons ne parvient pas à trouver un plan défensif efficace face à Houston. Tenter d’imiter les Bucks de la saison régulière en privant constamment Harden de sa main gauche ? Échec. Les ajustements du Game 2 ? On les cherche encore. Alors maintenant que le Jazz est dos au mur, qu’est-ce qu’on fait ? On accepte que le Beardman colle 70 pions si tous les autres finissent à 5 ? On envoie constamment une prise à deux sur le gaucher pour forcer les autres à prendre le relais ? Il va falloir essayer des choses en défense, sans oublier d’être meilleur de l’autre côté du terrain, si le Jazz ne veut pas voir sa saison se terminer sur une bulle bien trop rapide. Autre point à surveiller : les lancers-francs. Après avoir limité Houston à douze tirs sur la ligne lors du Game 1, la défense du Jazz a concédé trente lancers à ses adversaires lors du Game 2. C’est beaucoup trop, surtout que la courbe des tirs de réparation des Mormons a suivi la courbe inverse. De 27 dans le premier match, on est passé à 18 dans le second. Même l’adresse était en berne : après un 23/27, les coéquipiers de Rudy Gobert ont laissé échapper des points faciles en réalisant un 12/18 lors du second match ! Face à un adversaire tel que Houston, on ne peut pas se permettre de perdre autant de munitions.

Houston va vouloir en finir rapidement, et prendre un avantage quasi-définitif de 3-0, dès ce soir (4h30) à la Vivint Smart Home Arena. Côté Jazz, des solutions vont devoir venir, et vite. Vite ! Avant qu’il soit trop tard et que les Rockets soient catégorisés comme la bête noire de l’Utah pour les années à venir.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top