Warriors

Stephen Curry et Klay Thompson combinent 22 briques du parking contre les Suns : voici les Plouf Brothers !

Stephen Curry Klay Thompson Splash Brothers

Le port du casque était obligatoire à l’Oracle Arena cette nuit.

Source image : Twitter

A un mois du début des Playoffs, la mauvaise passe de Golden State se prolonge avec une quatrième défaite en six matchs. Contre les cancres de la Ligue, les Warriors sont rentrés aux vestiaires la tête basse avec la sale impression d’avoir été humiliés à domicile (115-111). La gueule de bois aurait sans doute été moins violente si les Splash Brothers n’avaient pas choisi le même soir pour se trouer au shoot.

Depuis leur premier titre en 2015 et même un peu avant, les Dubs ont réinventé le basket avec un jeu largement porté sur le tir longue distance et ne nécessitant pas obligatoirement de pivot dans la peinture. Conséquence de cette domination quasiment sans partage depuis cinq saisons, les autres franchises ont pris exemple sur l’équipe de la baie de San Francisco et le small-ball s’est peu à peu répandu avec des big men qui s’étirent de plus en plus derrière l’arc et des tentatives de tir primé qui ne cessent d’augmenter. Ainsi, James Harden se rapproche tranquillement des 1000 essais du parking rien que cette saison tandis que chaque équipe bat des records d’arrosage derrière la ligne. Les principaux initiateurs de ce mouvement ne sont autres que Stephen Curry et Klay Thompson, rebaptisés les Splash Brothers en référence aux averses de ficelle qui s’abattent sur leurs adversaires depuis déjà de nombreuses années grâce aux systèmes de Steve Kerr et à une adresse exceptionnelle. A eux deux, ils détiennent les trois meilleures performances individuelles all-time dans la catégorie avec des matchs à 14, 13 et 12 trois-points rentrés. Ils ont aussi sept des neuf meilleures marques de l’histoire sur une saison avec un record all-time de 402 triples pour Stephen Curry en 2015-16 et leur âge promet encore de nombreux chiffres du même genre dans les années à venir. Pourtant, il arrive que la machine s’enraye au même moment chez les deux snipers, donnant alors lieu à un festival de briques comme rarement vu dans l’histoire de la Ligue.

Hier soir, les favoris pour le titre n’ont pas seulement perdu contre le pénultième bilan de toute la NBA. Stephen Curry et Klay Thompson ont donné la nausée à près de 20 000 fans californiens qui sont sortis de l’Oracle Arena complètement désorientés après avoir entendu des parpaings venir s’écraser contre le cercle toute la soirée. Ce qui s’est passé hier est une anomalie pour les deux compères mais les statistiques n’oublient rien et ce bug dans la matrice restera à jamais gravé dans les mémoires. Le 10 mars 2019, ce jour où deux des meilleures gâchettes de la Ligue l’histoire ont oublié leur adresse à la maison pour envoyer un magnifique 8/30 de loin en combiné. James Harden détient toujours le record pour une personne avec 16 échecs en 17 tentatives mais l’entraide dont ont fait preuve les Splash Brothers la nuit dernière dans leur entreprise de démolition est aussi inédite que marquante. En effet, seul le MVP unanime avait déjà manqué plus de threes (12 fails mais cinq ficelles face au Magic il y a dix jours). Les deux hommes ont donc attendu le même jour pour se trouer ce qui pénalise forcément Golden State qui doit se demander ce qu’il se serait passé avec deux ou trois rebonds favorables ou quelques tirs en moins pour les deux poignets grippés. En effet, en perdant de quatre petits points contre Phoenix les coéquipiers de Kevin Durant voient les Nuggets se rapprocher à 1,5 match au classement de la Conférence Ouest alors que les Raptors et les Bucks s’éloignent en tête de la Ligue pour verrouiller l’avantage du terrain jusqu’aux Finales NBA.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, nous sommes pourtant loin des pires soirées vécues par une franchise du parking. Avec 33 échecs combinés (10/43), les Warriors n’apparaissent même pas parmi les 30 plus gros cauchemars collectifs de l’histoire de la NBA dont 21 appartiennent aux seuls Rockets. Sous Mike D’Antoni, James Harden, Eric Gordon et consort ont carte blanche en attaque et cela peut parfois donner des moments surréalistes comme ces 47 briquasses enregistrées un peu plus tôt dans l’année. Que l’on aime ou pas, c’est l’époque qui veut ça et la tendance ne semble pas aller vers une accalmie pour l’instant. Même les meilleurs ont des soirs sans et pour peu que cela tombe en même temps, les maçons de la ville ont assez de briques pour reconstruire trois nouveaux condominiums dans le quartier de la salle. Dommage pour ceux d’Oakland, les Dubs vont déménager de l’autre côté du Bay Bridge l’été prochain. Ceux de Houston, par contre, ont déjà prévu de poser leur mardi. Avec le dernier Rockets – Warriors de la saison prévu au Toyota Center il pourrait pleuvoir du marbre de luxe toute la nuit dans le ciel texan. La franchise serait donc bien inspirée de distribuer des casques de chantier à tous les spectateurs pour éviter les accidents.

Hier soir, les Splash Brothers ont fait plouf sur toutes leurs tentatives ou presque. Heureusement, la NBA offre la possibilité aux joueurs de se racheter très vite avec des matchs tous les deux jours environ. On attend donc la vraie finale du Three Point Contest du côté de Houston dès demain.

Source texte : ESPN et StatMuse

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top