Knicks

Enes Kanter a rencontré le GM des Knicks pour exprimer sa frustration : « Je kiffe New York, mais j’en ai marre de perdre »

Visiblement, ça a fini en baston c’te affaire…

Source image : YouTube

Il y a quelques jours, après avoir une nouvelle fois chauffé le banc, Enes Kanter n’avait pas hésité à montrer son mécontentement par rapport à son rôle actuel chez les Knicks. Depuis, il a rencontré le manager général de la franchise Scott Perry et il en a profité pour exprimer sa frustration en tête-à-tête. 

Les temps sont durs pour Enes Kanter. Non seulement il évolue au sein d’une équipe qui a fait de la lose une véritable tradition locale, mais en plus il voit son rôle diminuer sensiblement en ce moment. Pour un joueur talentueux qui est en pleine force de l’âge, c’est forcément une situation à la con. Même s’il représente une véritable passoire en défense, Kanter reste un attaquant productif qui tourne encore cette année à 14,4 points et 10,6 rebonds par match en seulement 26,4 minutes. Des mecs qui sont en double-double de moyenne en moins de 30 minutes, il n’y en a pas des masses en NBA puisque seuls Hassan Whiteside et Jusuf Nurkic sont dans le même cas. La différence avec le pivot de Miami et celui de Portland, c’est que ces derniers évoluent dans des équipes compétitives basées sur un collectif solide, tout le contraire de New York. Les Knicks ont quand même perdu 13 de leurs 14 dernières rencontres et restent sur une magnifique série de huit défaites consécutives. Pire, ils possèdent le troisième plus mauvais bilan de la ligue (9-29), juste devant les Cavaliers et les Suns. Bref, ça commence à faire beaucoup pour le Turc et il l’a donc fait savoir à Scott Perry, sans pour autant demander un transfert. Mardi, après une énième défaite contre Denver où il a terminé avec 17 points et 12 rebonds en 20 petites minutes, le pivot est revenu sur cet entretien devant les micros d’ESPN.

« Je n’ai pas demandé à être transféré. Je n’ai pas dit, ‘Scott, transfère-moi’. Parce que j’aime vraiment être ici. Et je ne lui dirai probablement jamais en face, ‘Scott, je veux être transféré’. Parce que j’aime vraiment être ici. Mais encore une fois, en fin de compte, nous sommes tous des compétiteurs, des joueurs de basket. J’aime tellement être ici, mais je veux gagner. Je veux que cette équipe aille en Playoffs un jour. C’est mon sang. Je joue pour gagner à chaque fois. »

« Gagner », voici le genre de mot qui ne rentre plus vraiment dans le vocabulaire des Knicks. Ce n’est un secret pour personne, la franchise new-yorkaise est tournée vers le futur avec le développement des jeunes comme objectif ainsi que la prochaine free agency, qui sera composée de plusieurs gros poissons. Actuellement dans sa dernière année de contrat avec un salaire de 18,6 millions de dollars, Enes Kanter ne semble pas vraiment faire partie du projet, et ce malgré son amour certain pour New York. L’avenir du joueur dans la Grosse Pomme est donc plus que jamais incertain. Un transfert avant la trade deadline de février paraît cependant difficile étant donné la situation contractuelle du pivot et la volonté des Knicks de libérer de la masse salariale. En effet, New York veut posséder le plus de marge possible l’été prochain afin de pouvoir attirer un agent libre de renom. Et cela passe par l’expiration du contrat de Kanter, qui va donc débloquer plus de 18 millions de dollars. Pour qu’un transfert se fasse, il faudrait que les Knicks récupèrent en échange l’équivalent en terme de salaire mais avec des contrats expirant également en 2019. Peu probable comme scénario. Il y a aussi la possibilité de trouver un accord sur un buyout mais cela n’est pas d’actualité. Pour le moment en tout cas.

On devrait donc voir Enes Kanter aux Knicks jusqu’à la fin de la saison, et sa situation personnelle ne devrait pas s’améliorer au vu des motivations actuelles de la franchise new-yorkaise. Courage gros…

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top