Lakers

Les Lakers se rattrapent face aux Timberwolves : on dit merci qui, merci Tyson Chandler !

Tyson Chandler
SOURCE IMAGE : YOUTUBE

C’est un match entre deux équipes qui rament en ce début de saison qui se déroulait cette nuit au Staples Center. Les Lakers continuent de se chercher depuis l’arrivée de LeBron cet été, et les Timberwolves continuent de se chercher avant le départ de Jimmy Butler cet hiver. Los Angeles avait une revanche à prendre à la maison, et c’est chose faite. Les Angelinos ont pu compter sur leur nouvelle recrue Tyson Chandler pour s’offrir une revanche tendue face à Minnesota (114-110).

Encore une fois, c’était une rencontre à suspens qui se déroulait sous les collines d’Hollywood. Pour l’occasion, c’était les Timberwolves, en plein roadtrip cauchemar avec 4 défaites en autant de matchs, qui étaient en ville, eux qui s’étaient inclinés face aux Clippers il y a deux jours. Cette fois, Jimmy B et sa meute devaient en découdre avec des Lakers s’étant fait déchirer par les Raptors lundi soir. Un match important donc pour les deux écuries, toutes deux en quête d’un match déclic en ce début de saison. Finalement, ce sont les Lakers qui ont validé une victoire à la maison dans une partie serrée du début à la fin. Alors qu’il n’y avait qu’un différentiel de deux points entre les deux teams après trois reprises, c’est dans le quatrième quart que la troupe de LBJ a su faire la différence malgré un Derrick Rose en feu. Car oui, ce mercredi encore et une semaine après ses émouvants 50 points, c’est Dédé qui finit meilleur marqueur de son équipe, le meneur ayant profité de l’absence de Jeff Teague pour inscrire la ribambelle de 31 points en shootant à 7/9 derrière l’arc. Le MVP 2011 a même failli donner la victoire à son équipe après avoir enchaîné deux missiles coup sur coup, ratant le troisième et dernier en fin de match à 112-110 alors qu’il était ouvert, forçant les loups à faire une ultime faute sur Josh Hart qui convertira les deux lancers de la sécurité. Si le cinq majeur de Tom Thibodeau était chaud à trois points (3/5 pour Gibson, 5/8 pour Butler) et les Wolves ont globalement été en feu à distance, les Lakers ont tout de même réussi à s’imposer dans un registre différent de celui qu’ils mettent habituellement en avant.

En effet, s’il convient de noter les jolis perfs statistiques de LeBron (24 pts, 10 rebonds, 9 assists), Ingram (20 pts, 5 reb, 6 ast) et de Kuzma (21 pts à 4/7 from deep), il n’en demeure pas moins que les Purple & Gold se sont encore fait peur. Enchaînant les possessions mal gérées, les tirs casses croûtes et les décisions moyennes, le Cyborg et ses jeunes ont failli perdre une nouvelle fois alors qu’ils menaient de 7 points à une minute trente du gong final. Et même si le boxscore ne le reflète pas, un des véritables artisans de ce succès des californiens, c’est bien le nouvel arrivant, Tyson Chandler. Le vétéran, tout droit arrivé de Phoenix il y a quelques jours, disputait son premier match avec sa nouvelle escouade et on peut dire que le back-up de Javale McGee a fait du sacré taf. Si Tyson termine la rencontre avec seulement 2 petits points, il faut noter l’effort proposé par le pivot, très solide défensivement au poste il aura réussi à mettre KAT en difficulté et aura surtout pesé au rebond. Chandler finit la partie en compilant 9 prises, mais il est surtout l’auteur d’une séquence de hustle magnifique dans la fin du money-time. Le barbu ayant enchaîné deux grosses claques au rebond offensif afin de permettre à ses coéquipiers, alors à +1 après les deux bombes de D-Rose, de récupérer la gonfle avec 13 secondes en jeu et d’aller se présenter sur la ligne de réparation pour sécuriser la victoire. L’arrivée d’un véritable pilier-vétéran dans la raquette fait un bien fou au collectif de L.A (merci Magic), le big man amenant d’entrée sa défense, sa présence au rebond et ses écrans solides. Le King a lui même tenu à souligner l’apport de son nouveau camarade après la rencontre, estimant que toutes ses minutes ont eu un « impact » sur le match. C’est donc une des rares fois cette saison où les Lakers peuvent se targuer d’avoir dominé le quatrième quart au scoring, même si les hommes de Luke Walton ont encore une fois préféré suer jusqu’au bout.

Ce sont donc des Lakers renforcés qui ont pris une revanche face aux Wolves, vainqueurs de la première confrontation. Le prochain match entre les deux équipes se déroulera le 6 janvier, au Staples Center une nouvelle fois, avec ou sans Jimmy Butler. On se retrouve pour la belle ?

2 Commentaires

2 Comments

  1. LA_Lakers

    8 novembre 2018 à 19 h 54 min at 19 h 54 min

    Même pas un mot sur Josh Hart ? C’est pour moi LE joueur qui a permis aux Lakers de faire des runs. Hyper important dans l’énergie, l’adresse extérieur et la défense. Et justement c’est un casse tête pour savoir si il doit être titulaire ou si il doit sortir du banc pour dynamiter la défense adverse. Ma préférence va pour Kuzma sur le banc et Lebron en 4. Plus de liberté pour Ingram, Hart pour toujours avoir un mec qui fout un truc sur le terrain et derrière KCP fait un bon back up.

    Walton nous fait des rotations très chelou pour l’instant. il remet trop tard certains joueurs et donne moins de temps de jeu a Ball qu’à rondo. Je trouve ça vraiment inutile vu son contrat d’un an. Ce mec est la voix et le deuxième cerveau des Lakers ok. Il faut gagner des matchs ok. Mais Ball-Rondo la seule différence que je vois vraiment entre les deux c’est l’expérience. Pour le reste soit ils sont au même niveau soit Lonzo est au dessus ( physiquement surtout ). Normalement ce type c’est LE projet de LA. Je comprend vraiment pas, hier il joue pas du quatrième quart alors qu’il fait un bon match même sans marquer.

    Bref mon pavé est fini. ^^

    • golgoth113

      10 novembre 2018 à 7 h 41 min at 7 h 41 min

      C’est clair, on ne comprend rien aux rotations de Walton: Il doit apprendre à gérer un collectif atypique.
      Ceci dit, concernant Ball et Rondo, je crois que le coach veut les mettre en concurrence pour obtenir un sursaut de #2 et profiter du fait d’avoir deux booster à répartir sur les 48 minutes.
      Enfin, il ne faut pas perdre de vue que coach Walton est entré dans l’œil du cyclone, quoiqu’en dise Magic, et que l’arrivée du GOAT à LA a placé la barre très haut: dans cette équation, Rondo connaît mieux la musique même s’il n’est pas le projet de LA.

      A suivre.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top