Heat

Le Miami Heat veut Jimmy Butler ASAP : l’été 2019 sera bouché par les gros salaires, c’est now or never

Salaires Miami Heat

Le Miami Heat gère la free agency 2019 avant tout le monde.

Source image : montage via CC0 Public Domain via www.publicdomainpictures.net

Il y a une semaine, Jimmy Butler lâchait une petite bombe en annonçant vouloir rejoindre le Heat de Miami. Depuis que le All-Star a montré ses envies de départ, plusieurs franchises se livrent une grosse bataille pour récupérer le joueur et c’est celle de Miami qui est la plus agressive sur le sujet. 

Où finira Jimmy Butler ? Cette question nous brûle toutes les lèvres depuis déjà une bonne semaine, et les éventuelles réponses sont nombreuses. La direction du Minnesota semble prête à monter un trade mais se montre pour l’instant très gourmande. En effet, les Wolves auraient tenté de négocier un échange avec les Sixers de Philadephie incluant Ben Simmons… l’espoir fait vivre. Si l’on en croit les propos de Marc Stein, reporter pour le New York Times, Miami veut absolument s’attacher les services de Jimmy Bucket avant 2019. Pourquoi ? Car lors de la prochaine free agency, les marges de manœuvres financières seront minces pour les dirigeants, donc autant récupérer un All-Star de suite. Si on regarde de plus près les contrats des joueurs du Heat de Miami, on peut déjà voir que Hassan Whiteside pèse beaucoup dans le compte en banque avec un contrat à 100 millions sur quatre ans. Rajoutez à cela les contrats de Dragic, James et Tyler Johnson, Olynyk, Richardson et Weighters, tous sont compris entre 10 et 20 millions pour la saison à venir. Pat Riley va déjà devoir sortir le chéquier, puisque la luxury tax pour la franchise est estimée à 25 millions de dollars.

En cas d’un accord trouvé entre le Heat et les Wolves, Jimmy Butler débarquerait donc en Floride avec une dernière année de contrat à 20 millions de dollars. La rumeur incluant Goran Dragic dans un trade à trois avec Phoenix est réelle, et aurait du sens sportivement et financièrement du côté de South Beach. Car, si une franchise a bien les plus beaux atouts à faire valoir et est en pole position sur le dossier, c’est bien celle de Tonton Pat. Conscient d’un été 2019 qui sera difficile à gérer, le propriétaire du Heat fait donc un gros caprice pour avoir Jimmy le plus vite possible. Dans sa dernière année de contrat, Butler sera quoiqu’il arrive libre de rejoindre l’équipe qu’il veut d’ici un an. La stratégie du Heat serait donc faire ce qu’on appelle désormais une Paul George dans le milieu. Le but est de récupérer un grand joueur un an avant la fin de son contrat, lui en foutre plein la vue et le convaincre de signer un nouveau contrat. Les Raptors de Toronto ont adopté la même tactique pour Kawhi Leonard, tactique à double tranchant car si le coup de poker peut être un joli coup gagnant, la franchise peut aussi se retrouver à moitié à poil un an plus tard. Dans le cas de Miami, ne pouvant se permettre de récupérer un All-Star avec l’effectif en l’état en 2019, il y a urgence de récupérer Jimmy Butler avant le début de la saison. Si celui-ci s’impose comme le nouveau leader, se voit offrir plein de jolis cadeaux et que l’exercice 2018-19 est prometteur, la franchise serait alors en position de prolonger le All-Star pour quatre voire cinq ans. Hop là magie, pensez juste à tenir l’assiette de Jimmy  éloignée de Dion Waitters.

Pat Riley est un visionnaire. Devant une free agency 2019 inatteignable pour le Heat, Jimmy Butler est LA priorité afin d’améliorer un effectif déjà très équilibré, et de cramer la politesse à toutes les franchises qui se voyaient le récupérer en 2019. Désolé à nos amis de New-York et de Los Angeles, mais à South Beach, c’est all-in.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top