Heat

Dwyane Wade, titulaire ou remplaçant pour sa dernière danse ? Flash veut juste se faire plaisir

Dwyane Wade
Source image : YouTube

Pour son tout dernier Media Day en carrière, Dwyane Wade a senti l’émotion monter mais a su la gérer pour rester pro devant le micro. Enthousiaste, Flash a régalé les journalistes et posé les bases d’un chouette dernier tour de stade.

Loin du bordel façon Kobe, mais tout aussi loin du silence façon Duncan, la retraite de Wade va s’approcher doucement mais sûrement cette année, au fil des jours qui passeront. Un peu plus tôt ce mois-ci, l’arrière du Heat avait officiellement annoncé son retour dans son équipe de coeur, profitant de l’instant pour également indiqué que cette campagne serait sa dernière en carrière. Il faut dire qu’au bout de 16 ans à coup de pénétrations et de and-one, tu commences à galérer le matin rien que pour sortir de ton lit. Sauf que Dwyane, pourtant très proche de raccrocher les pompes cet été, ne voit pas cette saison comme un immense tour de piste avec standing ovations dans tous les sens. Dire au revoir à cette Ligue et à son public, alors qu’il était apparemment 90% certain de ne plus revenir, c’est désormais son souhait le plus cher. Alors forcément, d’autres questions ont été prises en compte, car au-delà du symbole et des émotions qui navigueront dans les travées de l’American Airlines Arena, il y aura des rotations à mettre en place chez Erik Spoelstra et compagnie. Le coach du Heat n’a pas encore dessiné son cinq majeur, et en bon compétiteur qu’il est Wade a tenu à rappeler qu’il se battrait pour être titulaire cette saison. En route, vieux père.

“C’est maintenant que ça devient réel. J’essaye de profiter de chaque instant, les premières dernières fois, ou les dernières premières fois, ou quoi que ce soit du même genre. […] Je ne sais absolument pas ce que j’attends de cette saison. On va pouvoir s’ajuster au fur et à mesure que l’année avancera. Mais c’est aussi la beauté de tout ça, c’est que je ne sais pas et on ne sait pas ce que cela va donner.

Bien sûr (que j’aimerais être titulaire), c’est comme si vous demandiez si vous voulez un petit-déjeuner au réveil. C’est évident, mais je me rends au camp d’entraînement pour jouer et me donner. Je ne m’y rends pas en étant inquiet d’être ou de ne pas être titulaire. […] Je vais continuer à être embarrassé par cette histoire de dernière danse. Je ne voulais pas un tour de stade pour finir. Je crois que les gens qui me connaissent savent que je ne voulais vraiment pas de ça. Donc je vois plutôt cette saison comme la possibilité de dire au revoir, plus qu’autre chose. »

Il est vrai qu’en prenant compte de la situation du Heat niveau infirmerie, une vraie question se pose sur la franchise et son quintet de départ chaque soir. Goran Dragic, c’est verrouillé. Hassan Whiteside, également. Josh Richardson, c’est plutôt bien parti. Et James Johnson, sauf galère physique prolongée, de même. Reste le poste d’arrière, qui est ouvert à plusieurs têtes et intègre celle de Wade. Le vétéran est à la bataille avec quelques soldats aux dents longues, comme Tyler Johnson, Wayne Ellington et Rodney McGruder, trois hommes déjà dépassés par un certain Dion Waiters. Mais le problème, c’est que Dion est encore et toujours blessé, ce qui ouvre cette question de titulaire par substitution. Est-ce que tu confies les clés de la baraque au shooting d’Ellington ? Est-ce que tu envoies McGruder dans la fosse ? Et quid des progrès de Tyler Johnson ? Doit-on mettre davantage en avant la retraite de Wade ? Tant d’interrogations qui doivent filer des migraines à Spoelstra, mais qui ne dureront pas longtemps. Normalement, une fois le camp du Heat terminé, le coach de Miami se rappellera que Dwyane est parfait en sortie de banc et qu’un Ellington fera le boulot à distance. En punch chez les remplaçants, Wade pourra à la fois cartonner, aider, contribuer, tout en profitant de chaque instant, précieux avant son départ.

Et si Dwyane Wade était à nouveau titulaire au Heat, et en NBA tout simplement ? Pas la plus funky des perspectives, mais on ne parle pas de n’importe qui ici : le boss de Miami en mode tour de stade, ça mérite son mois de novembre dans le cinq majeur. Allez, juste un mois.

Source : Heat Twitter Page

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top