Wizards

Wizards – Hawks, débrief du Game 3 : Washington reprend la main grâce à un Paul Pierce légendaire

Pour ce Game 3 entre Atlanta et Washington, les Wizards se présentaient comme prévu sans John Wall. De retour à la maison, l’objectif pour les hommes de la capitale était d’enfoncer le clou dans cette série alors que du côté des Hawks, l’heure était enfin venue de prouver que la première place obtenue cette saison à l’Est n’était en rien usurpée. C’est parti pour le débrief d’un match … fou.

Première surprise, si Ramon Sessions remplace logiquement « Jean-Mur » dans le cinq des Sorciers, c’est Pero Antic qui occupe le poste 4 chez les Hawks, se substituant à un Paul Millsap apparemment affaibli. Le début de match est poussif et seul DeMarre Carroll trouve la cible de près pour les Faucons. Les joueurs de Randy Wittman rentrent mieux dans le match et prennent rapidement un premier avantage grâce à Paul Pierce à 3 points et surtout à un Nene des grands soirs avec 8 points (ses premiers tirs rentrés de la série) au premier quart-temps. Première frayeur néanmoins pour les Wiz’ puisque Pierce se fait mal à l’épaule sur une mauvaise réception et est obligé de laisser prématurément sa place à Otto Porter. Le moment choisi par Kyle Korver pour réveiller le nid endormi des Faucons en envoyant deux bombas du parking pour faire recoller les siens à 5 points (12-17). Les coaches ouvrent alors leur banc pour la première fois et c’est Otto Porter qui permet à Wash’ de virer en tête à la fin du round n°1 (28-18), bien aidé par un Paul Pierce de retour et scorant dans tous les sens malgré une vitesse d’exécution digne de Doc Gynéco. Pour les Hawks en revanche, l’adresse est aux abonnées absentes…

On repart ensuite sur les mêmes bases puisque Bradley Beal intercepte d’entrée pour aller donner 12 points d’avance aux siens. Ce début de période est affreusement laid de part et d’autre et on assiste à un festival de tirs forcés, donnant droit à une belle bouillie de basket. Jeff Teague répond aux big-men des Wizards et le meneur des Hawks va se faire remarquer en envoyant valser Bradley Beal dans le décor. Teague s’en sort avec une « flagrante 1 » et peut s’estimer chanceux sur le coup… Un fait de jeu qui a le don de réveiller Bradley Beal et ses coéquipiers puisque ces derniers vont prendre jusqu’à 18 points d’avance avant la pause (49-31 puis 54-36) grâce à un bon passage de Marcin Gortat dessous et de Porter dans l’aile. En attendant, toujours pas de news de Paul Millsap, sur le terrain sans vraiment y être… La mi-temps est atteinte sur le score de 56-43 pour Washington et tout reste à faire pour des Hawks pas encore rentrés dans leur match.

Nene, Bradley Beal et Paul Pierce se chargent de calmer les timides ardeurs sudistes dès la reprise. Jusqu’à l’acte II de la confrontation Beal/Teague puisque c’est cette fois-ci l’arrière des Wizards qui s’en va stopper de manière virile une contre-attaque de son vis-à-vis du soir. Sauf que « Jeff Tige » n’apprécie pas et le fait savoir à Brad… Technique pour les deux joueurs, un Verizon Center à l’unisson pour cracher son venin sur le meneur d’Atlanta et un match qui sent la poudre à défaut d’être bien sexy à regarder. Drew Gooden se permet même de redonner de nouveau 18 points d’avance à Wash’ (86-65) avant de voir un festival de airballs dans une fin de troisième quart-temps de hourra-basket, sans aucun système et complètement hachée. Pire qu’un steack. Fin du quart-temps 85-66 Wizards et l’impression que le match est déjà terminé…

D’autant plus que dès l’entame de la dernière reprise, Al Horford rejoint les vestiaires, victime semble-t-il d’un mauvais coup voire d’une mauvaise diarrhée. Avec un Millsap fébrile et un Horford absent, à presque – 20 au Jumbotron, Mike Budenholzer se met donc à troller salement en alignant un cinq digne d’une finale NBA : Dennis Schroder à la mène, Shelvin Mack à l’arrière, Kent Bazemore dans l’aile, Mike Scott et Mike Muscala dessous. Même Julius Jenkins est de la partie… Sauf que ce cinq va coller un terrible 17-0 à des Wizards en mode dilettante qui voient donc leurs adversaires revenir leur coller au train (91-94).

Jusqu’à une fin de match complètement psychédélique. C’est tout d’abord Mike Muscala qui va nous sortir un triple couillu pour ramener les deux équipes à égalité pour la première fois depuis le jump-ball initial. 101 partout, balle Wizards. On le sait tous à ce moment-là, Paul Pierce va prendre les choses en main. C’est écrit, « that’s why they brought him here » comme le principal intéressé le dirait si bien.

Et comme le bonhomme n’est pas du genre à se dégonfler, c’est donc lui qui va hériter de la gonfle, exécuter un step-back à deux à l’heure, shooter au dessus de trois paires de bras… pour inscrire le panier de la gagne au buzzer et faire grandir encore plus sa légende… « The Truth » est à terre mais le ballon est dans le cercle et la planche s’est illuminée pour sonner le glas de cette rencontre, partie pour être un calvaire pour nos yeux mais finalement achevée en apothéose « grâce » au relâchement des Wizards et surtout grâce au génie de Paul Pierce. Une fois de plus.

Score final 103-101, et l’occasion dès lundi pour les Wizrads de faire le break avant de retourner dans la bouillante Philips Arena. Pour Atlanta (ou plutôt l’avatar de l’équipe entrevue durant toute la saison régulière), l’heure est déjà à la panique et au must win… De son banc, John Wall a dû apprécier le spectacle…

boxscores Wizards Hawks

Le calendrier de la série

Game 1 : 104 – 98 pour Washington

Game 2 : 106 – 90 pour Atlanta

Game 3 : 103 – 101 pour Washington

Game 4 : nuit du 11 au 12 mai @ Washington, 1h

*Game 5 : 13 mai @ Atlanta, à déterminer

*Game 6 : 15 mai @ Washington, à déterminer

*Game 7 : 18 mai @ Atlanta, à déterminer

* si nécessaire

source image : @ballislife

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top