Equipe de France

France – Iran : Batum ridicule, les Français pas loin non plus

On a quitté hier soir les Français sur une prestation encourageante malgré la grosse défaite face à une équipe d’Espagne largement supérieure. Si tout n’avait pas été parfait, l’envie était présente. C’est tout l’inverse aujourd’hui. Alors que les Bleus étaient largement favoris face à l’Iran, ils ont douté jusqu’au bout et ont frôlé la déconvenue en ne gagnant que de 5 points (81-76), après un premier quart temps affligeant et une fin de match sans aucune maitrise. Où sont les tauliers de cette équipe ?

J’ai de la colère et de la frustration. On a bien joué une mi-temps puis on a reculé. On ne peut pas accepter d’être dominés ainsi, de les laisser jouer, de reculer sous leur pression et de finir si loin, même si le score a peu d’importance au final. Il faut désormais voir ce match comme une opportunité d’apprendre de nos erreurs d’aujourd’hui. On dit depuis hier que ce match ne compte pas vraiment, dans le sens où ça reste un match de poules. J’espère qu’on les retrouvera plus tard dans la compétition. – Nicolas Batum.

Voilà ce que disait notre « leader » après le match contre l’Espagne. Des paroles pour motiver, qui peuvent toucher ses coéquipiers dans leur orgueil. Mais des mots qu’il faut assumer. On attendait donc des Bleus concentrés, concernés et un Nicolas Batum présent pour les guider, qui devait s’affirmer comme le boss étant donnés ses propos.

Sauf qu’on n’a rien vu de tout cela. De patron, il n’y en a pas eu, si ce n’est Joffrey Lauvergne, qui sans rien dire continue à faire son taf sur le parquet et est clairement le meilleur Français depuis le début du Mondial (12 points à 5/9, 5 rebonds). Thomas Heurtel a lui aussi répondu présent, malgré des pertes de balles encore trop nombreuses (4), mais il ne s’est pas caché lorsque le match se tendait, scorant 15 points et donnant 4 caviars. Boris Diaw aussi, après un début timide dans la lignée de son match face aux Espagnols, a assuré l’essentiel avec ses 12 points, 5 rebonds et 3 passes. Mais à l’instar de Lauvergne, il a souffert face au grand Hamed Haddadi qui s’est amusé une grande partie de la rencontre.

Tout le premier quart temps, le pivot iranien s’est baladé dans la raquette des Bleus. Malgré cela, Vincent Collet ne s’est pas pressé pour faire rentrer Rudy Gobert, seul joueur à pouvoir lui tenir tête. Mais quand le joueur du Jazz est arrivé sur le parquet, il a considérablement freiné son vis à vis. Même si Haddadi termine le match avec 22 points et 15 rebonds (dont 9 offensifs), son adresse (6/19) a chuté quand Gobert était là. Nikkhah (23 points à 7/15) et Kamrani (17 points à 7/12) nous ont aussi fait mal, la faute à une défense friable en début de match, à la rue lors du money time.

Heureusement, entre temps les shoots à 3 points (3/5 pour 13 points) d’Evan Fournier ont permis aux Français de venir à bout de la défense de zone iranienne qui les gênait. Mais ce n’est pas suffisant. Jamais les Bleus ne doivent douter ou trembler face à une équipe comme l’Iran. Et même en cas de difficulté, elle doit avoir les ressources pour s’en sortir bien mieux, car elle est censée pouvoir s’appuyer sur des joueurs expérimentés en NBA.

On en revient donc à Nicolas Batum et ses propos. Quand on l’ouvre, il faut assumer derrière. Quand on ne veut pas se faire bousculer par les Espagnols, on doit rentrer dans le lard des Iraniens. Quand on a une grande gueule, on doit suivre avec une grosse paire de c*******. Quand on veut être un leader, on doit prendre ses responsabilités et ne pas « choker. » Alors que les Français étaient dans le dur, ce n’est pas Batum qui a rameuté les troupes. Au contraire, on a rarement vu plus peureux. 2 tirs pris, 1 rebond, 2 passes. Et un refus de prendre le tir en fin de match alors que la France avait besoin d’un mec capable de la rassurer. Plus que les stats, c’est l’attitude qui pose problème.

Ce n’est plus possible. Il faut arrêter de se voiler la face. Oui, Nicolas Batum a du talent. Il faudrait maintenant qu’il ait le mental qui va avec. En attendant, il n’a pas les épaules pour être un patron dans cette équipe de France. Plus il parle, moins il en fait, et plus il s’enfonce dans le ridicule. Jusqu’à présent, il est passé au travers des gouttes, en partie parce qu’il était bien protégé par Tony Parker et Boris Diaw, et que lorsqu’il se trouait en tant que lieutenant, ce n’était pas aussi grave ou visible. Mais aujourd’hui, il doit assumer. Assumer ses paroles. Assumer son salaire NBA. Assumer son expérience. Les Bleus en ont besoin.

Alors oui, la France est en huitième de finale. Quel exploit ! Mais c’était la moindre des choses que de passer devant des terreurs comme l’Iran ou l’Égypte. La victoire contre la Serbie ne doit pas faire oublier les lacunes des Bleus. Et le grand danger qui les attend au prochain tour, face à la Grèce ou l’Argentine. Il faudrait montrer plus de fierté et mettre plus d’intensité dans ce match pour espérer se qualifier. Et prier pour que Nicolas Batum se sorte les doigts.

France - Iran

Source : FIBA.com

France - Iran

Source : FIBA.com

Source image de couverture : CIAMBELLI MATTEO – SIPA

8 Commentaires

8 Comments

  1. Vichman

    4 septembre 2014 à 22 h 26 min at 22 h 26 min

    Mouais un peu facile de rager et de casser du sucre

    Il fait que répondre à une question de journaliste… Vous attendiez quoi qu’il dise quoi?

    • TrashTalk

      5 septembre 2014 à 1 h 57 min at 1 h 57 min

      Le rédacteur en question te répondra de lui-même, mais pour lui en avoir parlé : difficile d'imaginer un leader montrer autant de frustration et à la fois de détermination après une défaite, puis débarquer le lendemain en offrant presque l'inverse des propos tenus la veille ! L'histoire ici est certes très tournée autour de Nicolas, et on est bien d'accord que c'est un sport d'équipe donc tout ne repose pas sur ses épaules, mais en tant qu'un des leaders de cette EDF et après avoir justement montré une vraie envie de mieux faire après la défaite face à l'Espagne, c'était choquant de le voir aussi peu engagé.

      Du coup, face à la question posée hier après la leçon, il n'y avait pas besoin de partir dans des envolées lyriques révolutionnaire du type "ON PEUT PAS LAISSER LES MECS NOUS BALADER COMME CECI" ou "Y'EN A MARRE DE CELA" : il pouvait simplement dire on a été battu par plus fort que nous et on se rattrapera demain en dominant l'Iran. Aurions-nous mal réagit s'il avait justement été soft en sortie de défaite face à l'Espagne ? Peut-être, mais il n'y a rien de pire que d'annoncer un changement d'attitude et de proposer totalement l'inverse.

    • Big D

      5 septembre 2014 à 8 h 13 min at 8 h 13 min

      Je suis d'accord, mais ce n'est pas la première fois que Batum parle à la presse sans assumer derrière.
      L'an dernier "Je veux être le meilleur ailier de l'Euro" -> pas suivi d'actes
      Idem en NBA "Je dois être All Star derrière Durant -> pas suivi d'actes

      Donc quand tu dis que les Espagnols ne doivent pas te bouger, tu peux le penser, très bien. Mais tu détruis les Iraniens derrière pour montrer qui tu es vraiment et que ce ne sont pas des paroles en l'air. Ou au moins tu montres de l'envie et de la détermination. Comme dis en dessous, tu peux aussi répondre que les Espagnols sont une machine de guerre et qu'ils sont plus forts, mais que si on les retrouve on fera tout pour les faire tomber.

      Au bout d'un moment, ce n'est plus possible qu'un joueur qui a un tel talent, avec l'expérience NBA et en EDF, parle autant et se cache ensuite.

      Et ce n'est pas un acharnement personnel, car j'espère vraiment de tout coeur que samedi il va nous sortir un match qui me fera passer pour un con en détruisant les Croates.

      C'est facile de casser du sucre, mais ce n'est pas plaisant. Je t'assure que j'aurais largement préféré chanter ses louanges. Mais c'est aussi facile de parler devant la presse et faire le beau. C'est plus dur de montrer qui est le patron sur le terrain. Ce Mondial, Batum devait nous montrer qu'il avait les épaules pour être le taulier pour l'après Parker-Diaw. Et pour l'instant, ça fait peur, et c'est bien triste.

  2. ghostrider

    5 septembre 2014 à 22 h 06 min at 22 h 06 min

    en meme temps c’est très facile aussi de lui en foutre plein la tronche alors que des qu’on lui demande une interview vous lui parlez de parker ! on s’en fout de parker, il n’est pas la !

    quand au fait de tout tourner autour de batum c’est ridicule étant donné qu’il ne peut pas porter l’équipe a lui tout seul. les autres n’ont qu’a se bouger les miches un peu aussi, Diaw n’est absolument pas dedans depuis 2 matchs, on lui dit quoi a lui ?? soyez réalistes, meme si batum était au dessus il ne pourrait pas sauver l’équipe seul. quant a son jeu, posez vous les bonnes questions … est il blessé ? diminué ?? avant de critiquer , sachez le pourquoi du comment ou allez sur le terrain pour assumer vos critiques infondées .

    le basket est un sport d’equipe, beaucoup ont l’air de l’oublier !

    • TrashTalk

      6 septembre 2014 à 1 h 19 min at 1 h 19 min

      Hello ghostrider.

      Non, nous n'oublions pas que le basket est un sport collectif. Par contre, oui, Nicolas Batum semble oublier les propos qu'il tient à la presse : notre soucis n'est pas de savoir quel niveau peut apporter l'ailier sur cette compétition, tout le monde a le droit de se foirer ou de réussir. Notre problème, c'est surtout lorsqu'un joueur dit qu'il veut être un leader, scande dans les médias qu'il mérite d'être All Star à l'Ouest derrière Kevin Durant, et derrière n'assume pas ses propos.

      Encore une fois, si Batum faisait ce genre de matchs mais ne disait rien avant ou après, on dirait bon bah il est ainsi c'est pas grave on va se concentrer sur Diaw ou Lauvergne par exemple. Le problème, c'est que tu ne peux pas t'énerver un mercredi soir en disant aux caméras faut se bouger le cul, et le lendemain tu traines des pieds. C'est contradictoire, non ?

    • Big D

      6 septembre 2014 à 14 h 27 min at 14 h 27 min

      Personnellement, je m'en fous de Parker, il n'est pas là, point.
      Bien sûr que Batum n'est pas le seul en dessous de son niveau. Mais le problème n'est pas qu'il soit moins bon – tout le monde peut passer au travers, ca arrive – mais qu'il n'est pas en accord avec ce qu'il dit. Si tu dis que tu ne dois pas te faire bouger contre l'Espagne, derrière tu dois au minimum te montrer agressif contre l'Iran. Or, il a été transparent. Premier quart, la France est en difficulté, c'est à lui – en partie – de tirer le groupe vers le haut, ou au moins de tenter de le faire. Résultat il est transparent et ne tente rien. C'est ça le problème. Pas qu'il rate, une fois encore ça arrive, mais qu'il ne tente pas. Idem dans le 4ème quart.

      Alors oui, Diaw doit aussi faire plus, mais contrairement à Batum, il ne l'a pas ouvert après l'Espagne. Et on a aussi régulièrement critiqué Babac en équipe de France (et même en NBA) quand il ne tirait pas le meilleur de ses capacités en préférant jouer l'extra passe plutôt qu'être agressif.

      Le basket est un sport collectif, on ne l'oublie pas puisqu'on met aussi les autres dans le même bateau, et même Vincent Collet si tu lis l'article. Mais dans une équipe, il faut des leaders, et ceux qui réclament les responsabilités doivent les assumer ensuite. Tout le contraire de Batum qui peut et doit faire beaucoup mieux étant donnés son talent et sa grande bouche

  3. timal23

    10 septembre 2014 à 5 h 31 min at 5 h 31 min

    Nicolqs étais blesse depuis l échauffement est a demander a sortir. Si vous avez vraiment regarde le matchvous auriez vu ça

    • Big D

      10 septembre 2014 à 21 h 59 min at 21 h 59 min

      Non, je n'ai pas regardé le match, j'avais juste envie de critiquer Nicolas Batum, tu as raison. La prochaine fois, je le ferai, promis, et je demanderai même à Vincent Collet de pouvoir être dans l'intimité du vestiaire pour savoir si Batum a pu faire son caca correctement le matin avant la rencontre, histoire d'être sûr que tout va bien.

      Nicolas a toujours une bonne excuse pour se cacher. S'il est vraiment blessé et qu'il ne peut pas jouer, il reste sur le banc. Sinon, il est en état de faire un minimum d'efforts qu'il n'a pas fourni.
      Il était aussi blessé l'an dernier à l'Euro pour passer au travers ? Il est toujours blessé en NBA pour ne jamais élevé son niveau de jeu ?

      Tu veux lui trouver des excuses, c'est ton choix. Personnellement, je pense qu'un joueur qui est talentueux et qui doit être un leader (et qui demande à l'être) doit savoir passer outre les petits pépins physiques. Un mec comme Parker le fait. Mais pas Batum… CQFD

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top