L'avis du Psy

L’Avis du Psy – Episode 26 : Roy Hibbert plonge les Pacers dans la dépression

Devant la recrudescence des craquages et autres coups de speed des quelques énergumènes qui fleurissent notre belle NBA, cette dernière a décidé cette saison d’engager un psychologue spécialisé dans les cas désespérés. Tout au long de la saison, cette sommité du milieu psychiatrique vous propose chaque semaine l’état des lieux cérébral de nos plus grands foufous. Cette semaine, les pivots et les dirigeants sont à l’honneur. Pour les premiers, entre performances … étonnantes et grosses dépressions, le psy Trashtalk a pris ses plus grandes échasses afin de remettre tout ce petit monde d’aplomb. Pour les seconds, c’est ou tout, ou rien. Certains pleurent leur défaite alors que d’autres crient victoire un peu trop vite… Petite devinette en bonus, un plot en défense s’est caché parmi les patients de la semaine, à vous de le retrouver … Avis du psy, épisode 26 (et oui, déjà), prêts, feu, partez …

Place Joueur Commentaire

1 (rechute)

Roy Hibbert   Roy Hibbert Tout d’abord, le but ici n’est pas d’émettre un jugement basketballistique sur le bonhomme. Nous sommes dans une clinique, nous nous tiendrons donc à une analyse purement psychologique. Et le constat est terrible: la force de caractère du pivot des Pacers est actuellement équivalente à celle d’un bulot. On ne sait pas si ce sont les défenses qui se sont resserrées, si Roy a des soucis dans sa tête, s’il est tout simplement revenu à son niveau normal. Tout ce qu’on sait, c’est qu’il prend actuellement moins de rebonds que Muggsy Bogues en son temps, et ça c’est vraiment moche. Roy se fait bâcher, postériser, humilier. Roy marche, ne saute pas et fait la gueule… Mais bordel que peux t-il bien se passer dans sa tête ? Ne t’inquiètes pas l’ami, à ce rythme-là, dans 1 semaine tu seras en vacances et tu auras tout le temps d’y penser…

2 (nouveau patient)

Masai Ujiri    Masai Ujiri Attention grand malade. Désirant sans doute gagner cette année le prix « Loulou Nicollin » de NBA, le doux dingue a fait péter les Watts à l’occasion de la réception des Nets pour le Game 1. On connaît le résultat, un coup de fouet dans le larfeuille qui devrait lui faire tourner sa langue 7 fois dans sa bouche à l’avenir… Imaginez juste si les Raptors gagnaient la série, s’ils allaient en Finales NBA… Il va nous faire quoi le guerrier Masai ? Danser à poil sur la Statue de la Liberté ? Non franchement, un peu de calme cher ami, la route est longue…

3 (rechute)

Kendrick Perkinskendrick-perkins-angry-face Convocation en urgence pour le pivot du Thunder. Alerté par ses indics, le psy aurait surpris le gros Perk’ en train de se la raconter après sa performance lors du Game 2 face aux Grizzlies. Remise en place directe du toubib : premièrement Kendrick, tes potes et toi avez perdus le match donc on ne devrait même pas t’entendre… Deuxièmement, le ralenti, sous certains angles, nous fait soupçonner qu’au lieu d’une claquette victorieuse, c’est plutôt un rebond qui t’a échappé pour rentrer par inadvertance dans le cercle… Non mais sérieux Perk’, tu croyais vraiment qu’on allait y croire à ton histoire de buzzer ? Comme punition, tu visionneras pendant une nuit entière les highlights de ta saison, histoire de te faire redescendre un peu…

4 (nouveau patient)

Jeff Hornacek050213_jeff-hornacek_600 Ce patient-là, on va le bichonner tout l’été. Car attendant tranquillement chez lui qu’on l’appelle pour lui donner son trophée de Coach Of The Year entièrement mérité, le pauvre homme a appris mardi qu’on lui soufflait la récompense, malgré son énorme saison à la tête des Suns. En effet, c’est donc Gregg Popovich qui lui aura tiré la coupe un peu à la surprise générale. Déjà très marqué par la non-qualification de son équipe pour les PlayOffs après une dernière semaine de compétition mal négociée, c’est un nouveau coup dur pour l’ancien sniper du Jazz. Il ne faudrait pas que ces échecs à répétitions ne brident trop le coach rookie car on tient sûrement avec lui l’un des futurs stratèges de la ligue… Allez sèches tes larmes Jeff, et rappelles toi que tu as déjà vécu bien pire comme désillusion. mais si, rappelle toi, il y a 16/17 ans, un certain MJ

5 (rechute)

Dwight Howard Dwight Howard A la vue du premier quart-temps de D-12 face aux Blazers lors du Game 2, le psy s’est arraché le peu de cheveux qui lui restait depuis le début de son travail avec le pivot des Rockets. Car après avoir tenté toute l’année, sans réussite, d’apprendre ne serait-ce qu’un move à son patient, quelle ne fût pas sa surprise quand il vit Dwight réaliser un festival de 15 minutes, une mixtape à faire passer Hakeem Olajuwon, Kareem Abdul-Jabaar et le Shaq pour de vulgaires Andris Biedrins… Une démonstration de grâce (si si on vous jure) et de puissance pour assassiner la raquette de Portland. Bon, manque de bol, en face sévissait ce soir là un certain LaMarcus, également au dessus du soleil en ce mercredi soir de printemps… Le psy a donc donné rendez vous à son poulain ce week-end, en espérant pouvoir débriefer une nouvelle grosse performance de sa part. MVP. MVP. MVP.

6 (nouveau patient)

James Dolan James Dolan En accueillant l’homme aux 11 bagues, on pensait les Knicks capables de revenir sur le devant de la scène. Ce sera peut être le cas, mais ça ne se fera pas sans quelques éclats de voix… Ainsi, quelques semaines après l’arrivée de Jax’ à NYC, James Dolan a donc commencé à mettre des bâtons dans les roues de son « président des opérations basket ». Le Psy a tenu à rappeler au proprio des Knicks l’étendue des dégâts au sein de sa franchise en lui conseillant grandement de laisser faire un homme qui possède dans un doigt plus que l’ensemble du savoir de « Dolan le magnifique »… Et il propose quoi Dolan d’ailleurs ? On garde Woodson ? On prend Jennings à la mène ? PLEASE SHUT UP et laisse les gens travailler…

7 (nouveau patient)

James HardenJames Harden Si le psy Trashtalk ne s’occupe pas rapidement de son cas, en voilà un qui pourrait rapidement partir s’isoler 2 mois dans la jungle amazonienne, loin de toute forme de vie humaine. En cause, une mise au ban nationale et internationale après ses 2 premiers matches de PlayOffs. Non content de remplir sa couche 2 soirs de suite et d’être un leader comme Beno Udrih est un dunker, il a aussi rajouté à son dossier l’accusation de « plot défensif », la vidéo de ses exploits tournant même sur la toile depuis 2 jours. Cible de toutes les critiques depuis quelques jours, le Game 3 sera pour lui l’un des matches les plus importants de sa carrière. S’il domine, on lui offrira un peu de répit. S’il réitère ses exploits, au revoir le potentiel MVP, bonjour le nouveau Gilbert Arenas… James « back-door » Harden…

8 (nouveaux patients)

Les Spurs     San Antonio Spurs v Golden State Warriors Première visite cette saison pour les, habituellement, si sérieux Spurs de San Antonio. C’est à la vue du Game 2 face à Dallas que le psy a voulu rencontrer un à un les joueurs de Gregg Popovich. Pour savoir ce qu’il pouvait bien se passer dans la tête de ces mecs. Pour savoir s’ils pensaient vraiment arriver à être champions avec ce genre de performance… Une fois ça va, deux fois bonjour les dégâts et notre spécialiste n’a pas su déterminer si ce faux-pas venait d’une quelconque surdose de confiance ou bien si tout simplement les Mavericks étaient peut être plus qu’un simple apéritif pour Toni Pi et ses pin-co… On aura un oeil attentif sur le Game 3 demain soir, histoire de voir si la fessée du psy aura eu l’effet escompté…

9 (rechute)

Al Jefferson  Al Jefferson On avait très peur pour les minous dans cette série face au Heat. Et même avec un Big Al au top de sa forme, nombreux sont ceux qui prévoyaient un bon coup de balai pour les hommes de Steve Clifford. Alors quand le gros chat s’est abîmé dès le premier match de la série, on a éteint notre PC et on préfère ne pas voir à quelle sauce les Bobcats seront dévorés… Par contre, le psy a quand même tenté d’expliquer à Al Jefferson qu’il était inutile d’insister à rester sur le terrain alors que sa vitesse de pointe est désormais de 1 km/h… Repose-toi mon chat, vas pas non-plus t’abîmer pour rien puisque de toute façon tu ne gagneras pas un match cette année en PO. On veut bien louer le courage des joueurs dans certaines situations mais là c’est juste de la bêtise pure et simple…

 

Voila Messieurs Mesdames vous venez de consulter le dernier rapport psychologique du service NBA. N’hésitez pas à réagir, à nous envoyer de nouveaux patients on en est friand chez TrashTalk… Rendez-vous la semaine prochaine avec peut être des changements sur les bancs, des sursauts, des retours, des départs, en somme tout ce qui rythme la vie d’une belle clinique comme la nôtre…

Et pour consulter les archives du psy, rendez-vous ici…

image: mrconservative.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top