Derrick White (Celtics) : “J’étais prêt à perdre toutes mes dents pour ce titre NBA”

Le 18 juin 2024 à 16:54 par Nicolas Meichel

derrick white
Source image : NBA League Pass

Champion NBA avec les Celtics la nuit dernière, Derrick White a quitté le TD Garden avec une dent en moins mais une bague en plus. Et il n’échangerait les deux pour rien au monde.

“Oooooh, t’es bien moche mon gars.”

Alors que les Celtics filaient tranquillement vers leur 18e titre NBA, Jaylen Brown n’a pas pu s’empêcher de vanner Derrick White, qui venait de perdre une partie de sa dent après avoir mangé le mythique parquet du TD Garden. On vous remet la séquence, attention ça fait mal.

Oh la violence… pic.twitter.com/Jnc9bXJ1AL

— TrashTalk (@TrashTalk_fr) June 18, 2024

On en connaît beaucoup qui ne seraient pas revenus dans le match, notamment l’auteur de cet article. Derrick White, lui, est retourné sur le banc, a enlevé le sang figurant sur sa bouche avec une serviette, et a demandé à rentrer à nouveau sur le terrain. Parce qu’il est comme ça : un battant, un dur. Il a terminé le match avec 14 points, 8 rebonds, 1 passe, 2 interceptions et 1 contre en 38 minutes, avec 4 tirs primés au compteur.

“J’étais prêt à perdre toutes mes dents pour ce titre NBA” – Derrick White lors de la cérémonie de remise du trophée

Rien ne pouvait empêcher Derrick White et les Celtics de soulever le trophée la nuit dernière. Pas après tout ce qu’ils ont traversé, pas après la saison historique qu’ils ont réalisée.

Une saison historique durant laquelle ce bon Derrick a tout simplement joué le meilleur basket de sa carrière (15,2 points, 4,2 rebonds, 5,2 passes, 1,2 contre et 1 contre de moyenne, 46% au tir, 39,6% de loin, 90% aux lancers-francs), passant pas loin d’une sélection au All-Star Game et nommé pour la deuxième fois de suite dans la NBA All-Defensive Second Team.

"I'd lose all my teeth for a championship."

Whatever it takes for Derrick White 🏆 pic.twitter.com/cbtdpRVOCM

— NBA (@NBA) June 18, 2024

Celui qui est arrivé à Boston en février 2022 contre… Josh Richardson, Romeo Langford et un pick de premier tour de draft (et des pick swaps) est devenu l’un des grands acteurs de l’ascension des Celtics vers les sommets de la NBA.

On a tendance à l’oublier mais quand il est arrivé, Boston n’était que 7e de l’Est avec un bilan tout juste positif. Son apport a été précieux d’entrée, notamment pour fluidifier l’attaque des Celtics et apporter du spacing à un groupe qui en avait besoin aux côtés de Jayson Tatum et Jaylen Brown. Son sens du collectif, ses qualités du connecteur et son apport en défense ont aidé Boston à franchir un puis plusieurs caps. Dans l’histoire de la NBA, certains des meilleurs transferts n’impliquent pas forcément une star. En voici l’exemple parfait.

Sous le maillot des Celtics, Derrick White a connu les Finales NBA 2022, il est presque devenu le nouveau héros local avec son buzzer beater en Finales de Conférence 2023 à Miami, et a finalement remporté le titre suprême en 2024. Il est passé de remplaçant à titulaire indiscutable, de recrue à chouchou du TD Garden, de simple role player à champion NBA.

Ça valait bien le coup de perdre une dent.


Dans cet article