Lakers

Rui Hachimura, une bonne signature pour les Lakers ?

Rui Hachimura

Un bon choix ?

Source : YouTube

Les Lakers ont officiellement lancé les hostilités hivernales en matière de transfert hier soir, via la récupération de Rui Hachimura en provenance de Washington contre l’envoi de Kendrick Nunn et plusieurs seconds tour de Draft chez les Wizards. Passé le temps de la surprise, posons nous pépouze pour analyser un peu ce que le Japonais peut apporter dans à La La Land. 

Bang ! Rui Hachimura chez les Lakers, done deal. Sur le papier, les Lakers ont réalisé un joli coup, car ils se séparent d’un Kendrick Nunn qui n’aura pas rendu son passage chez les Purple and Gold inoubliable, loin de là même. En faisant venir le natif de Toyama dans la cité des Anges, Rob Pelinka peut être content d’une chose : il tient un renfort pour le rôle de combo forward.

En difficulté du côté de Washington où aucun contrat ne lui avait été proposé l’été dernier et où Kyle Kuzma avait pris solidement la place de titulaire au poste 3, l’avenir s’annonçait bien sombre pour un joueur tout de même 9e de sa cuvée en 2019. Il envoie 13 points, 4,3 rebonds et 1,2 passe à 48,8% au tir cette saison, des pourcentages en légère hausse malgré seulement 30 matchs joués. C’est là aussi l’une des interrogations concernant M’sieur huit en japonais : 95 matchs manqués sur ses trois premières saisons. Il faudra qu’il soit constant pour vraiment impacter les Lakers.

Venons en maintenant aux avantages d’un tel apport dans le groupe des Angelinos. En premier, vu les cannes en mousse d’Anthony Davis… un renfort sur le poste 4 n’est jamais de trop. Hachimura retrouvera par la même occasion Thomas Bryant, son ancien collègue de Washington. Idéalement ? Davis en pivot, Hachi en ailier-fort et LeBron James dans l’aile. Une composition qui règlerait les problèmes au poste 4 des Lakers, qui ont tantôt essayé Juan Toscano-Anderson, tantôt Wenyen Gabriel sur ce rôle sans qu’aucun ne tienne vraiment sérieusement le job.

Responsabiliser Rui pourrait lui permettre de passer un cap individuellement ainsi qu’en faire passer un aux Lakers collectivement. Avec un tir à 3-points pas parfait mais pas non plus immonde, doublé d’un petit jumper à mi-distance correct, le bonhomme à les cartes pour apporter numériquement. À 24 ans, l’ailier peut s’imposer comme une solution pour cette saison mais aussi les prochaines.

Puis bon, en échange d’un Kendrick Nunn très peu impactant, la signature d’Hachimura est un vrai bon steal sur le papier. Reste désormais à voir ce que cela va donner et comment les Lakers gèreront le contrat du garçon, qui possède une qualifying offer la saison prochaine et est restricted free agent. Même si Rob Pelinka venait à ne pas le prolonger, la perte de Kendrick Nunn n’aura pas été significativement mauvaise.

Rui Hachimura, bienvenue en Californie du Sud ! Le climat est plus doux qu’à D.C. mais le basket qui s’y pratique est – parfois – tout aussi bordélique. Objectif ? Apporter de la stabilité et de la constance à un poste qui pourrait être la clé de la fin de saison des Lakers.

Sources : The Athletic, ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top