Celtics

Robert Williams pourrait revenir pour le Christmas Day : 110 kilos au pied du sapin, comme si les Celtics n’étaient pas déjà assez gâtés

Robert Williams

Du renfort là où il n’y en a absolument pas besoin. Faites croquer un peu.

Source image : NBA League Pass

Si Boston revêt déjà son habit de fête, c’est que la ville a une excellente raison de fêter Noël. D’après les infos d’un insider dans le milieu du basket-ball américain, le référencé mais peu connu Adrian Wojnarowski, Robert Williams troisième du nom serait parti pour retrouver les parquets fin décembre. Comment mieux commencer son jeudi ?

On vous présentait cinq recettes pour correctement préparer le repas de Thanksgiving, voici en exclusivité une sixième recette : vous prenez la meilleure équipe de NBA, en tête de la Conférence Est avec 14 victoire pour seulement 4 revers, et vous y ajoutez l’un de ses role players majeurs, qui n’a pas encore disputé une seule minute cette saison. Le résultat ? Un groupe bâti pour aller chercher la bagouze en juin prochain. L’info nous vient d’Adrian Wojnarowski, auquel l’agent du joueur a confié « qu’il s’attendait à ce que Robert Williams soit de retour pour Noël ». L’insider d’ESPN poursuit avec une analyse plus personnelle. « Cela lui donne encore un mois. Il progresse bien dans sa rééducation. C’est un joueur qui a subi deux interventions chirurgicales au cours de la dernière année civile. Les Celtics veulent certainement prendre leur temps ». Dans le mille Adri ! Avec dix victoires sur leurs onze derniers matchs, les hommes de Joe Mazzulla sont la bête féroce de ce début de saison régulière. Contrairement à la saison passée, ils n’ont pas attendu le mois de janvier pour se mettre les doigts dans la prise. Aucune raison de presser le pas donc, car comme dit l’adage : « Mieux vaut un Robert en forme qu’un Patrick épuisé ! ». Aucun adage n’a jamais dit ça ? Possible.

Petit rappel statistique pour nos lecteurs nés à l’été 2022 d’une union entre deux êtres épris l’un de l’autre : Robert Williams sur le dernier exercice, c’est 10 points à 74% au tir (meilleur pourcentage de la NBA), 9,6 rebonds, 2 assists et 2,2 blocks en 30 minutes de moyenne. Il fait partie de ces garçons qui ne prennent un tir – « un dunk » serait plus juste – que lorsqu’ils sont sûrs de le mettre. Vrai bonhomme de l’ombre, Ro’ Williams s’apprête à réintégrer une raquette excellement gérée par Al Horford et Grant Williams en son absence. Un steak de plus dans la bouche d’un lion déjà rassasié, qui ne dit toutefois pas non à un peu de rab (métaphore catastrophique). Le 25 décembre au soir, les Celtics recevront les Bucks, actuels dauphins de la Ligue. Si Robert Williams doit revenir à cette occasion, il sortira probablement du banc histoire de se refaire les dents. Et ce pendant quelques matchs, jusqu’à ce qu’il soit en pleine possession de ses capacités et puisse racoler le cinq de départ en cours de route.

« Les gens ne comprennent pas à quel point Rob est précieux et important pour notre équipe. Il ne marque pas beaucoup de points, mais sa présence aux deux extrémités du terrain nous rend encore meilleurs. C’est presque impressionnant ce que nous faisons sans Rob. » – Jayson Tatum le week-end dernier, à propos de Robert Williams

 

1 Comment

1 Comment

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top