Kings

Les Kings enchaînent : 6ème victoire de suite, leur première série de 6 wins depuis janvier 2005..!

Les Kings enchaînent : 6ème victoire de suite

De’Aaron Fox et Marvin Bagley qui se croisent, tout un symbole…

Source image : nba league pass

En harmonie collective et poussés par un énorme public, les Kings sont dans une grande forme. Une forme historique même, puisqu’en ayant battu les Pistons ce dimanche soir (137-129), les potes de De’Aaron Fox ont validé la première série de 6 victoires de suite de Sacramento depuis près de 20 ans…!

Merci Detroit, vous avez participé à un des plus beaux délires de la NBA en ce moment.

Déplacement compliqué pour les kids de Dwane Casey, les Pistons se rendaient à Sacramento pour tenter de freiner l’incroyable machine grise et violette dirigée par Mike Brown. Sur 5 succès de rang, les Kings espéraient prolonger leur belle lancée et ces derniers devaient impérativement battre Detroit. Pourquoi ça ? Et bien tout simplement car faire autant d’efforts et de progrès pour chuter face à des Pistons orphelins de Cade Cunningham, ça aurait été so bad.

Et quelque part, ça aurait été so Kings.

Sauf que ces Kings de 2022-23 ne sont pas comme les autres, et ils l’ont prouvé une nouvelle fois cette nuit. Alors que le scénario cauchemar évoqué se pointait en toute fin de rencontre, la bande à Domantas Sabonis trouvait enfin la solution pour sortir de ce drôle de piège. La solution ? En un nom, Kevin Huerter. Bouillant au tir à distance depuis le début de saison, l’ancien des Hawks et nouveau propriétaire de bandeau prenait le match à son compte, scorant 13 de ses 24 points dans l’ultime période. D’un public tendu, crispé, pensant que la soirée allait mal se terminer, on est passés à l’orgie made in Sacramento, avec des supporters en transe et une grosse teuf sur le parquet.

Merci Marvin Bagmey pour les souvenirs, embrassade avec De’Aaron Fox, mais les temps ont changé par ici.

Une série de 6 victoires consécutive ? Ce n’était pas arrivé depuis janvier 2005…

Janvier 2005 ? Les Kings disposaient des Cavs pour leur 6ème win de suite, un match remporté grâce à Chris Webber (27 points), bien entouré par Mike Bibby, Brad Miller, Peja Stojakovic et Cuttino Mobley. Il fallait bien ça pour battre Cleveland, l’époque d’un certain LeBron James accompagné par Drew Gooden et Zydrunas Ilgauskas. Et oui, à l’époque on savait déjà se marrer dans la région.

Comment ne pas apprécier ces Kings, qui veulent tout faire pour mettre un terme à leur série de saisons sans Playoffs ?

C’est peut-être la série la plus frustrante de toute la NBA, pas de Playoffs depuis 16 ans. Pour éviter une 17ème, Malik Monk et sa bande donnent tout, et cela nous offre un super spectacle chaque soir, que ce soit au Golden 1 Centre ou en déplacement. Petit rituel pour celles et ceux qui suivent de près les Kings en ce moment, le faisceau lumineux déclenché après une victoire est devenu une des plus belles images de ce début de saison, en lien justement avec la belle période vécue par la franchise californienne. En effet, après chaque win, un joueur est prié d’allumer le faisceau (“Light the Beam !“) devant une foule en délire. Cette nuit, c’était pour Sabonis, mais la prochaine ce sera pour qui ?

Sacramento se positionne actuellement dans le Top 6 de l’Ouest, après un petit mois de compétition. En sachant que d’autres franchises vont potentiellement se réveiller (Warriors, Wolves), et que d’autres pourraient nettement augmenter leur niveau de jeu dans les semaines à venir (Grizzlies, Clippers, Pelicans), l’heure est au fait de profiter de cette belle entame et de poser les bases d’une saison réussie. Pour peu que les dieux des blessures laissent ces Kings peinards, et qu’ils fracassent justement des équipes autour, qui sait ? Peut-être, peut-être qu’on reviendra sur cette série en se disant qu’elle était annonciatrice de choses historiques.

Prochains déplacements à Memphis, Atlanta puis Boston ? De bonnes chances pour que le faisceau s’éteigne, mais l’important n’est pas là. Sacramento est sur la bonne voie, et dans un groupe qui vit bien l’impossible semble accessible : les Kings en Playoffs, on veut y croire.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top