Mavericks

Dallas déconne 2 fois en 24h : défaite à Orlando sans Banchero, défaite à Washington sans Beal, les Mavs manquent de sérieux

Luka Doncic

Luka Doncic tête baissée, jamais bon signe pour les Mavs.

Source image : nba league pass

Alors qu’ils pouvaient s’offrir 2 beaux succès en 24h dans des contextes ultra favorables en déplacement, les Mavs se sont fait du mal tout seul et tirent la tronche ce vendredi. La raison ? Dallas a offert deux mauvaises performances, qui soulignent des problèmes actuels et qu’il faudra surveiller de près prochainement.

Sur l’échelle de l’intolérable, on est pas loin du 10.

C’est Luka Doncic lui-même qui en parlait, en conférence de presse d’après-match ce jeudi soir. Comme souvent, prise de responsabilités de la part du All-Star, mais un sentiment de frustration dans la contre-performance de son équipe qui ne peut pas et qui ne doit pas laisser passer ce genre de rencontres. Il y a quelques jours, nous sortions d’un weekend paisible et Dallas s’offrait un beau point d’exclamation : 4 victoires de suite, la 4ème étant face aux Nets de Kevin Durant, finie à domicile et au finish.

À ce moment précis, le ciel était assez rose (spoiler cette couleur ne plait pas aux Mavs) et ce qui se présentait au menu était assez alléchant. Jouer à Orlando sans Paolo Banchero, blessé à la cheville, puis se déplacer à Washington le lendemain pour affronter les Wizards orphelins de Bradley Beal et potentiellement Kristaps Porzingis. Sur le papier donc, deux easy wins, de quoi prolonger la série et permettre à Luka de prolonger sa série de matchs à 30 points dans des victoires.

Easy on a dit ?

Zéro pointé.

D’abord ce mercredi, c’est le Magic de Franz Wagner qui a terrassé Dallas dans un premier match bien bien loupé par les hommes de Jason Kidd. La spéciale de ce début de saison ? Se faire peur, coûte que coûte, donc donner une chance à l’adversaire de l’emporter. Sachant qu’Orlando venait d’abuser totalement à domicile face aux Rockets, c’était un peu le coup de gueule de la jeunesse pour se faire respecter, et respect il y a eu. Défaite 94 à 87 pour Dallas, pas le temps de traîner il faut s’envoler direction la capitale. Et avec la confirmation de l’absence de Porzingis, on ne peut que s’attendre à une victoire… non ?

Non ?

Grâce à un énorme Kyle Kuzma, les efforts de Deni Avdija et le punch de Rui Achimura en sortie de banc, les Wizards sont repartis avec une magnifique win toute rose… et nos amis les Mavs sont repartis avec une deuxième défaite en 24h, sacrément frustrante vu que l’objectif était largement à portée de main. On ne parlait pas d’abattre la Dream Team de Barcelone 92, on parlait de jouer sérieusement et 48 minutes face à deux équipes orphelines de leur joueur principal.

Alors certains vont et peuvent nous dire : calmos les frères, 2 défaites en début de saison, la fatigue tahu, et Christian Wood n’était pas là.

Oui, c’est vrai. Factuellement Christian Wood n’est pas là. Et la fatigue ça peut s’entendre.

Sauf qu’à Milwaukee, quand t’as ni Giannis, ni Jrue Holiday ni Khris Middleton, tu te défonces pour gagner à Oklahoma City, tu trouves.

Sauf qu’à Portland, quand t’as ni Damian Lillard ni Jusuf Nurkic, tu responsabilises les autres pour l’emporter à New Orleans.

L’idée ici n’est pas de comparer les franchises NBA et de dire qui est mieux classé que qui. L’idée, c’est de mettre la lumière sur un potentiel problème, qui est la marge d’erreur de ces Mavs : sur ce début de saison, le sentiment est qu’elle est trop fine. Hop, une blessure, et c’est la prod offensive qui crame. Hop, Luka Doncic qui redescend sur terre, et c’est tout un groupe qui piétine. S’il y a bien une équipe qui s’est fait peur et qui nous a fait peur en fin de match cette année, c’est celle du Texas en bleu et en blanc.

Défaite à Phoenix en ayant mené large, défaite à Washington et Orlando donc sans leur star, défaite à New Orleans sans Zion ni Ingram.

Une courte victoire contre Utah, une courte victoire contre Toronto, un gros coup de chaud contre Brooklyn, et pareil face aux Nets.

Quelque part, il n’y a que la branlée des Grizzlies qui a rassuré (137-96), mais hormis ça c’est quand même un peu tendu. Le souci, c’est que même si Jason Kidd nous dit qu’il ne s’agit que du 11ème match de la saison (c’est vrai), il y a des choses qu’on va devoir surveiller à Dallas. Comme la répartition du travail, au lieu d’être aussi dépendants de Luka Doncic. Non seulement Kidd en a parlé avant le match de ce jeudi soir, soulignant le fait que c’était beaucoup trop jusqu’ici, mais les fans et observateurs d’une manière générale voient bien que c’est bien trop concentré autour du phénomène, aussi doué soit-il. On surveillera aussi le retour de Christian Wood, ainsi que l’effort de l’équipe sur 48 minutes et pas seulement 36.

Dallas n’a pas du tout à sonner l’alarme dans un contexte pareil, ce n’est pas pertinent de le faire aujourd’hui. Cependant, pour une équipe finaliste de conférence dont les ambitions sont élevées, la fameuse Question de la mort posée cet automne revient immédiatement sur la table : est-ce que cette équipe s’est améliorée ou affaiblie ? Well, une chose est sûre, les performances historiques de Luka Doncic nous donnent plus l’impression d’un immense arbre qui cache la forêt plutôt qu’un garçon qui s’amuse dans un wagon quotidien de la victoire aisée. Et il suffit de voir les quelques moments de répit (cette semaine justement), pour que cette impression se confirme.

Avec un gros programme à venir et un statut à faire respecter en haut de l’Ouest, Dallas doit se retrousser les manches. Manque de sérieux pour finir un adversaire en 48 minutes, manque de solutions pour aider Luka Doncic, 2 défaites de suite ce n’est rien ça arrive à tout le monde mais attention à ce que cela ne grandisse pas plus vite prochainement. Sinon, on abordera des questions plus épineuses autour du recrutement fait autour de la star des Mavs.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top