Nets

Les Nets respirent : 128-86 face aux Wizards et Kevin Durant qui aspire l’âme de Daniel Gafford, on reparle enfin de basket à Brooklyn

Daniel Gafford 5 novembre 2022

Regardez bien les enfants, ceci est une PLS.

Source image : NBA League Pass

On ne va pas se mentir, si vous êtes fans des Nets les derniers jours ressemblaient davantage à un chemin de croix qu’à un début de saison régulière. On ne va pas revenir sur ce qui fait l’actu de la franchise de Brooklyn ces derniers jours, mais sachez juste que cette nuit les hommes de… Jacques Vaughn ont mis le baslet sur le devant de la scène, et ça fait du bien parfois.

Les stats maison de la respiration des Nets c’est juste ici !

128-86. 42 pions d’écart, c’est peut-être un détail pour vous mais pour les Wizards ça veut dire beaucoup, puisque c’est tout simplement la plus grosse branlée all-time reçue à domicile par la franchise de Washington. 42 ça fait pas beaucoup c’est vrai, 42 c’est aussi le département d’une équipe de foot qui lutte pour sa survie en Ligue 2 mais ça n’a rien à voir, et 42 c’est aussi le nombre 35 que l’on ajouterait au numéro de maillot de KD, guette la transition de maboule.

KD comme Kevin Durant, franchis player des Nets et cette nuit parachuté seul au monde face aux Wizards puisque manquaient à l’appel Kyrie Irving, Ben Simmons ou encore Seth Curry, potentiellement les trois meilleurs joueurs de sa ligne arrière. Qu’est-ce qu’on fait dans ces cas-là ? Déjà on félicite la perf de Cam Thomas, opportuniste du jour avec ses 17 points, on applaudit également David Duke, un Nic Claxton toujours très vif et très propre et, surtout, un Yuta Watanabe qui prend sa place depuis le début de saison et qui a une fois de plus fait admirer sa polyvalence… et sa joie de vivre sur un cross de mammouth de Kevin Durant, guette la transition de malade.

KD comme Kevin Durant, 28 points, 9 rebonds et 11 passes en 33 minutes, le KD saillant comme on l’aime et le KD qui, ce soir, a aspiré l’âme de Daniel Gafford, sur un cross qui nous a donné l’occasion d’entendre le crissement du parquet du Barclays Center jusqu’à Bourg-en-Bresse. Jugez plutôt, en quelques tweets :


Tous les maux ne sont évidemment pas guéris, mais on imagine pour les Nets que ça doit faire du bien de passer deux heures sans parler de quoique ce soit d’autre que de (beau) basket. Demain c’est loin mais aujourd’hui, KD et les siens étaient au rendez-vous, et ils ont pris une grande et nécessaire inspiration, car la saison s’annonce très longue à Brooklyn.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top