Warriors

Stephen Curry n’a pas changé : 33 points et quelques cours de danse face aux Lakers, on repart sur les mêmes bases !

Curry bague 2 19 octobre 2022

Anthony Davis a notamment appris la salsa.

Source image : NBA League Pass

On l’avait quitté en juin dernier avec le trophée de MVP des Finales NBA dans les mains après une série légendaire face à Boston. On l’a retrouvé cette nuit en train de monter une nouvelle bannière de champion, et avec une grosse performance à la clé face aux Lakers. Pas de doute, Stephen Curry est toujours Stephen Curry.

33 points, 6 rebonds, 7 passes, 4 interceptions, 4 tirs primés et 9/9 aux lancers-francs en 33 minutes. On peut dire que le Chef n’a pas perdu de temps pour lancer sa saison 2022-23. Contrairement à la saison dernière où il avait plutôt galéré au scoring face à ces mêmes Lakers lors du match d’ouverture au Staples Center, Steph a cette fois-ci été égal à lui-même. Certes, il a mis un peu de temps pour enclencher la machine de guerre (ce qui n’a pas empêché Lonnie Walker IV de se prendre un fadeaway bien sale sur la tronche), mais il a compensé ça dans le premier quart-temps par une contribution all-around qui le caractérise de plus en plus. Rebonds, distribution, activité, bref tout ce qui fait également la greatness du bonhomme dans l’ombre de ses immenses qualités de sniper. Ce n’est vraiment qu’à partir de la deuxième partie du second quart que Curry a commencé à trouver son rythme au scoring, profitant notamment des jolis services de ses copains Draymond Green et Jordan Poole sur des cuts bien sentis face au pauvre Austin Reaves. Vous ajoutez à ça deux-trois pénétrations tranchantes et il n’en fallait pas plus à l’autre pour être à nouveau comme un poisson dans l’eau de la Baie de San Francisco.

Tout ce qu’il manque alors, c’est la réussite à 3-points. Et c’est très rare qu’elle fuit Stephen Curry pendant l’intégralité d’un match de 48 minutes. Au milieu du troisième quart, Baby Face trouve la mire du parking sur un service d’Andrew Wiggins, avant d’enchaîner avec un second tir primé juste derrière pour donner 23 points d’avance à Golden State. C’est bon, Steph a retrouvé son adresse de loin et le monde peut à nouveau tourner normalement. Tout cela nous emmène dans le dernier quart-temps, où le MVP des dernières Finales se permet de planter neuf points en l’espace d’exactement 47 secondes (!) : un premier shoot from downtown derrière un écran et après une petite feinte de tir (classic sh*t), un lay-up d’une insolence maximale après avoir donné le tournis à Anthony Davis, et puis un 3+1 dans la tronche de Pat Beverley comme pour lui rappeler que la NBA ne lui appartiendra jamais.

« Quand mes shoots ne rentrent pas, j’essaye d’aller sur la ligne des lancers-francs pour avoir des paniers faciles, de faire circuler le ballon, de continuer à bouger en attaque pour rester une menace même sans ballon. J’ai eu genre trois back-cuts en première mi-temps et ça m’a permis d’obtenir des lay-ups faciles, juste parce que j’ai continué à bouger. »

– Stephen Curry, après le match

Un départ un peu timide mais une fin en boulet de canon, encore une fois Steph Curry a réussi à trouver la solution au grand dam d’une équipe des Lakers qui avait à cœur de gâcher la ring night des Warriors. Peut-être l’année prochaine les gars…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top