Warriors

Klay Thompson va vivre sa première saison complète depuis trois ans : comment gérer son temps de jeu pour les Warriors ?

Klay Thompson est prêt.

Source image : Youtube

Klay Thompson est revenu de blessure en deuxième partie de saison l’année passée, et a tout de suite été très bon, de la saison régulière jusqu’aux Playoffs et son quatrième titre de champion NBA. Cette saison, l’objectif reste le même, mais pour y arriver, il va falloir rester en bonne santé.

Klay Thompson n’a plus connu une saison complète avec les Golden State Warriors depuis 2019. Trois ans donc, trois longues années marquées par les blessures et les déceptions. Mais trois années peut-être oubliées, en tout cas derrière lui, depuis son nouveau titre de champion. Chaque saison, le but est d’arriver en forme en Playoffs. Les minutes jouées en saison régulière sont comptées, calculées pour gagner sans dépenser plus d’énergie que nécessaire. C’est le fameux load management et ça existe évidemment à travers la Ligue. La saison passée, cela a fonctionné pour les Warriors et Klay Thompson : 36 minutes de jeu et 19 points par match en postseason, il était entré dans ses Playoffs le plus frais possible et forcément, ça a donné de belles choses, avec quelques victoires et quelques record à la clé.

Oui mais voilà cette année la donne n’est plus la même : il y a toute une saison régulière à gérer et la différence est énorme. C’est bien plus compliqué que de jouer quelques semaines, deux ou trois mois maximum, pour arriver en postseason en pleine possession de ses moyens, prêt à foutre le feu depuis la ligne à 3-points. Et puis, à l’été, quelques vieux fantômes ont ressurgi pour Klay Thompson. Il a lui-même déclaré n’avoir joué presque aucun pickup games, ces fameux cinq contre cinq avec d’autres joueurs NBA ou non, dont on voit les image apparaitre à droite à gauche tout l’été. Il a évoqué un blocage mental, qu’il essaye de dépasser, non sans mal. En effet, c’est en pickup qu’il s’est blessé gravement à l’été 2020, et la perspective d’une nouvelle blessure lui fait peur.

Les Warriors ont donc décider de le ménager, et on est déjà sur du load management dès les matchs de présaison. Il n’y a rien de bien étrange à économiser ses joueurs sur des matchs qui comptent pour du beurre, mais ne pas les faire jouer du tout, c’est aller un peu plus loin. C’est peut-être inquiétant pour Klay, même s’il a fait sa première apparition vendredi très tard ou samedi très tôt face aux Nuggets. Et cette gestion de son temps de jeu, elle devra s’effectuer également en saison régulière. Les Warriors pouvaient se le permettre largement par le passé, tout simplement car ils gagnaient leurs matchs dans le troisième quart et reposaient leurs stars dans le quatrième. Mais c’est Steve Kerr qui le dit, Golden State n’a plus ce luxe. D’ailleurs, le temps de jeu de Steph Curry a augmenté ces deux dernières années par rapport aux saisons des premiers titres, avec deux minutes en plus de moyenne. Le coach des Warriors n’a donc pas donné de réponse ferme quand au temps de jeu de ses vétérans, et notamment Klay, indiquant simplement qu’il s’adapterait à la saison. Il est néanmoins impatient de voir le nouveau Klay Thompson (attention podcast en anglais).

“Il a passé un très bon été, il ne pourrait pas être plus heureux. Je m’attends à ce qu’il soit plus régulier cette année, puisqu’il a pu se préparer et être en bonne santé […] Nous n’arrêtons pas de lui dire qu’il sera meilleur que la saison passée.” – Steve Kerr

Et si Steve Kerr avait raison, qu’est-ce que cela pourrait donner ? Comparons ses stats entre sa dernière saison complète, il y a trois ans, et la saison dernière. On passe de 21,5 points à 46% au tir et 40% à 3-points, à 20,4 points à 42% au tir et 38% à trois points. Un écart qui peut paraître assez petit mais qui est un gouffre en NBA. Surtout, cet écart dénote le manque de régularité dont a fait preuve Klay Thompson sur la demi-saison qu’il a joué. C’était le principal reproche qui lui était adressé, même si les critiques restaient modérées, circonstances atténuantes oblige. En 2022-23, l’enchaînement des matchs, même avec un temps de jeu réduit si les résultats le permettent, devrait remédier à ce manque de régularité. Et tout ça, ça pourrait donner du grand Klay Thompson, au moins All-Star comme il a l’habitude de l’être.

Klay Thompson est de retour pour de bon, pour une vraie saison, et on a hâte de voir ce que ça donne. Élément à surveiller, son temps de jeu pourrait varier selon les résultats de son équipe. Il est sûr qu’on ne prendra aucun risque, pour gagner suffisamment et arriver en Playoffs en pleine forme.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top