Le load management et ses dérives en NBA

Depuis les années 2010, certaines équipes rivalisent d’inventivité pour trouver des raisons de mettre leur joueur star dans la liste des absents quelques soirs dans l’année. On appelle cela le load management.

Le meilleur ami de Kawhi Leonard et de LeBron James. Le but du load management, c’est de faire reposer ses stars, histoire qu’elles ne soient pas totalement cramées avant le début des Playoffs NBA. Si quasiment tous les meilleurs joueurs de la Ligue attendent d’être assurés de jouer en postseason et de ne pas trop pouvoir grappiller de places dans le classement pour se reposer, certains joueurs comme le King ou Kawow en bénéficient toute l’année à plus ou moins grande dose. Mais en même temps, quand on a le kilométrage du premier ou le dossier médical du second, ça peut s’entendre.

Alors oui, on voit les vétérans se plaindre de cette nouvelle tendance et dire « c’était mieux avant ». Mais bon, quand toute la NBA s’y met, il vaut mieux suivre le mouvement et éviter que ton poster soit cramé en arrivant au mois de mai. Beaucoup de fans critiquent également le load management, et notamment les ricains qui vont voir les matchs. En même temps, quand tu retire pour PEL pour assister à un Lakers – Clippers et que tu finis par voir un duel entre Jared Dudley et Patrick Patterson, on comprend que tu ressortes du Staples Center un peu dégoûté. Du coup, la NBA essaie de lutter, en infligeant des amendes aux équipes, mais ces sanctions ont à peu près autant d’impact que les premières lettres d’Adopi en cas de téléchargement illégal.

Aujourd’hui encore, les Warriors doivent regretter de ne pas avoir plus ménagé leurs principaux joueurs lors de la saison 2015-16. L’envie de réaliser la meilleure saison de l’histoire (73 victoires) était trop forte et toute cette fatigue accumulée durant la saison régulière s’est peut-être payée au prix le plus fort lors du comeback historique des Cavaliers en Finales NBA. Ce jour-là, Steve Kerr a donc appris une bonne leçon, se convertissant, lui aussi, au load management.

Révise ton alphabet et deviens bilingue en trashtalking avec le Lexique du TrashTalker

Liens utiles dans le lexique :

Source image : NBA League Pass


To Top