Bulls

Ayo Dosunmu et Patrick Williams vont avoir leur chance à Chicago : les jeunots en force pour faire passer un cap aux Bulls ?

williams dosunmu 4.10.22

On l’a vu en Summer League, on devrait le voir en NBA.

Source image : Youtube

Ayo Dosunmu et Patrick Williams sont des jeunes au fort potentiel, qui ont montré que les Chicago Bulls pouvaient compter sur eux. Cette saison, ils devraient tous deux avoir l’opportunité de progresser, et pourquoi pas de faire passer un cap aux hommes de Billy Donovan.

Ces dernières années, le front office des Chicago Bulls a fait dans le très lourd pour faire retrouver à la franchise son succès passé. Zach LaVine, en 2017, était la première pièce du puzzle. Les Bulls ont été patients mais ont accéléré depuis 2021 : DeMar DeRozan, Nikola Vucević, Lonzo Ball et Alex Caruso, entre autres, ont rejoint l’Illinois pour faire de Chicago une place forte de la NBA, ce qu’elle n’a pas été depuis l’époque Derrick Rose. Et la saison dernière cela a fonctionné, même si après un départ canon les Bulls sont quelque peu rentrés dans le rang à cause des blessures, de l’essoufflement et du retour en force d’autres cadors de l’Est. Ils ont tout de même terminé la saison régulière à la sixième place à l’Est, avant d’être éliminés par les champions en titre, les Milwaukee Bucks.

Bref il manque encore un petit quelque chose à cette franchise, et c’est peut-être du côté des jeunes qu’il faut se tourner.

Ayo Dosunmu, drafté à la 38e position par les Bulls en 2021, a montré dès le début de sa saison rookie qu’il aurait pu être sélectionné bien plus tôt. 8,8 points et 3,3 assists en 27 minutes de jeu, ce n’est pas mal pour un petit nouveau cantonné à un rôle de remplaçant en début de saison mais qui a su saisir sa chance quand Lonzo Ball, le meneur titulaire, s’est blessé pour le restant de l’année. Starter dans les 40 matchs suivants, Ayo Dosunmu a su s’épanouir avec plus de temps de jeu. Grand pour un arrière, mais tout de même très vif, il est capable de gros dunks comme de passes à la Steve Nash ou de chasedown blocks qu’on ne voit pas venir. Il a été notamment hauteur de trois grosses performances à plus de 20 points avec une efficacité déconcertante, face à Minnesota, OKC et Boston.

Lonzo Ball étant toujours blessé (il a récemment déclaré ne toujours pas pouvoir courir), Ayo Dosunmu devrait donc continuer à avoir du temps de jeu et à démarrer les matchs au poste 1. Il devrait donc continuer de progresser, et pourra même challenger l’aîné des frères Ball à son retour à la compétition. En attendant, Ayo devrait nous offrir quelques highlights comme il l’a déjà fait en année 1, à base de gros posters et de très bonnes passes.

Patrick Williams est pourtant celui des deux qui a peut-être le plus de potentiel. Drafté en 4è position en 2020, il a également réussi une saison rookie de haut vol : 71 matchs en tant que titulaire, 9,2 points et 4,6 rebonds par match. Mais au-delà des statistiques, Pat Williams est apprécié pour sa défense. Ses qualités athlétiques lui permettent de défendre à la fois au périmètre et à l’intérieur, une versatilité inestimable pour n’importe quelle franchise. Malheureusement, sa saison sophomore a été tronquée par une grosse blessure qui lui a fait manquer 65 matchs de saison régulière. Qu’à cela ne tienne, Patrick Williams est revenu en fin de saison puis en Playoffs et a réussi à se distinguer : 11,8 points et 5,4 rebonds en 30 minutes par match dans la série face aux Bucks, il y a pire come retour à la compétition. De très bon augure pour un joueur sur qui on compte beaucoup à Chicago, comme le confirme son coach Billy Donovan :

« On doit lui faire franchir une marche, et je pense qu’il en est capable. Il a deux ans d’expérience, même si la saison dernière a été tronquée. Mais cet été a été très, très bon pour sa progression. Tout le monde sait qu’il doit être plus agressif. C’est ce qui lui manque, mais il vient de connaître sa première vraie offseason. » – Billy Donovan

A Chi-Town on veut donc l’aider à se développer car son potentiel est énorme, n’est pas 4ème d’une draft qui veut. Le front office vient d’ailleurs d’exercer son option sur la quatrième année de contrat du joueur, preuve s’il en est qu’on n’entend pas s’en séparer de sitôt. Certains le voient même devenir un jour All-Star, voire plus, ce qui est peut-être utopique mais autant y croire. En tout cas, il se donne les moyens de ses ambitions et de progresser puisque cet été, le boug s’est entraîné avec les deux stars de son équipe, Zach LaVine et DeMar DeRozan. Avec DeRozan il a même participé a un two-a-day, c’est à dire deux séances par jour, dont la première commence à cinq heures du matin. Il a travaillé sa musculature, son cardio et son jeu. Et aussi sa résilience et son endurance, tant, selon lui, les exercices de DeMar étaient durs :

« Il m’a fait tout voir, il est vraiment fou. Tout ce qu’il fait devient mental, donc on apprend une manière différente d’approcher le basket mais aussi la vie. J’ai appris beaucoup de sa façon de voir les choses et j’essaye de l’appliquer. » – Patrick Williams

Les deux jeunots des Chicago Bulls sont donc dans une situation comparable : ils vont pouvoir continuer de progresser dans un environnement stable, en étant normalement titulaires et entourés dans le cinq de départ des trois stars de la franchise. C’est peut-être bien eux qui détiennent les clés de la progression des Bulls, qui s’étaient un temps approchés du statut de contender même si on ne croyait pas forcément en eux à l’instant T. Mais cette saison, avec l’apport de ses jeunes, la franchise va peut-être pouvoir franchir un pallier.

Jusqu’où peuvent aller ces Chicago Bulls ? La saison dernière, on pensait les voir un peu plus haut, mais on se doutait que certaines pièces manquaient pour pouvoir les voir devenir de vrais contenders. Ayo Dosunmu et Patrick Williams sont peut-être ces éléments-là. Réponse à partir de bientôt, très bientôt, on en a marre d’attendre.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top