Heat

Les 10 bonnes raisons de suivre le Miami Heat sur la saison NBA 2022-23 : on vous a déjà parlé du nouveau look de Jimmy Butler ?

Comment ne pas cliquer ?!?

Source image : YouTube

Qui dit reprise de la saison NBA dit besoin de motivation. Et qui dit besoin de motivation dit…? Trouver des bonnes raisons ! Pour chaque équipe de la saison 2022-23, on a voulu se montrer utiles, serviables, et un peu drôles si le sujet le permet. Voici donc les 10 bonnes raisons de suivre le Miami Heat sur les prochains mois, du nouveau look de Jimmy Butler à la dernière danse d’Udonis Haslem.

#1 – Jimmy Butler et son nouveau look

Oui, c’est bien Jimmy Butler.

#2- Masterclass d’Erik Spoelstra à venir

Aussi incroyable que ça puisse paraître, Erik Spoelstra n’a toujours pas décroché le moindre titre de Coach de l’Année depuis qu’il est arrivé sur le banc de Miami en 2008. Est-ce que c’est pour cette année ? Why not, mais en tout cas on peut compter sur Spo pour sortir de nouvelles masterclass. Quand il s’agit de poser des ajustements, de sortir de son chapeau des mecs dont on n’a jamais entendu parler, et surtout de maximiser le potentiel de son groupe même quand il y a des absents, on ne connaît pas beaucoup de coachs qui peuvent véritablement regarder Spoelstra dans les yeux.

#3 – Les coups de chaud de Max Strus

41% de réussite à 3-points et près de 200 tirs primés marqués la saison dernière, pas de doute Max Strus a fait cramer de la ficelle. On se souvient notamment de son festival sur le parquet des Celtics où il a planté neuf missiles dans une… défaite de 30 points fin janvier. On l’a vu aussi lâcher un magnifique 8/11 face au Magic, et cinq autres perfs à minimum six 3-points rentrés. Même si lors des derniers Playoffs la réussite n’était pas toujours au rendez-vous, le coup de poignet de Max Strus sera une nouvelle fois une raison légitime de cliquer sur Heat cette saison.

#4 – Tyler Herro qui prend feu

Après une saison sophomore pas tip top, Tyler Herro a parfaitement redressé la barre l’an passé en lâchant une saison à pratiquement 21 points de moyenne avec un titre de Sixième Homme de l’Année à la clé. Mérité pour un mec qui a sorti une bonne vingtaine de matchs à minimum 25 points en sortie de banc, avec plusieurs gros cartons en cours de route (35 points contre Charlotte, 33 contre Phoenix, 32 contre Washington…). Désormais auréolé d’un nouveau contrat de 120 millions de dollars sur quatre ans, Herro pourrait bien intégrer le cinq majeur d’Erik Spoelstra mais même s’il reste dans le rôle de joker de luxe, les explosions offensives ne devraient pas manquer.

#5 – Les passages en force provoqués par Kyle Lowry

Si la première saison de Kyle Lowry à Miami n’a pas forcément plu à son boss Pat Riley, il reste le maestro quand il s’agit de se mettre en travers du chemin de l’adversaire. Les passages en force, c’est LA spécialité de Calorie, à tel point qu’il en provoque même en plein All-Star Game. Un jour, on verra Lowry jouer un pick-up game à 50 ans dans lequel il se retrouvera avec ses grosses fesses au sol après avoir pris une charge.

#6 – Jason Jackson et Eric Reid qui nous accueillent tous les soirs

“Welcome to another Miami Heat NBA adventure”, “Kaboom”, “Udonis, U did it !”. Que vous soyez fan du Heat ou pas, vous avez sans doute déjà entendu ces petites expressions sortir de la bouche d’Eric Reid, l’excellent commentateur de Miami qui gère le play-by-play depuis 1991. Il est aujourd’hui accompagné par John Crotty, et bien évidemment Jason Jackson qui régale depuis tant d’années en tant que courtside reporter. L’un de nos crew favoris de toute la NBA.

#7 – Bam Adebayo et ses mixtapes défensives

Si Bam Adebayo peut parfois faire les montagnes russes en attaque, de l’autre côté du parquet par contre y’a pas grand-chose à redire. Régulièrement cité parmi les candidats au titre de DPOY, Bam fait partie de ces rares phénomènes capables de défendre le cercle (coucou Jayson Tatum) tout en pouvant tenir dans le périmètre face à des extérieurs censés pouvoir profiter d’un mismatch. C’est simple, avec Bam, il n’y a jamais vraiment de mismatch, lui qui est cœur du système défensif de l’une des équipes les plus solides de la NBA dans sa propre moitié de terrain.

#8 – Le transfert de Duncan Robinson à venir ?

En août 2021, Duncan Robinson signait une extension de contrat de 90 millions de dollars après s’être imposé comme un membre important de la rotation de Coach Spo grâce à son poignet diabolique (39% de réussite à 3-points en carrière). Aujourd’hui, son avenir à Miami s’écrit en pointillé après une régulière où toutes ses stats ont baissé et surtout une campagne de Playoffs en mode chauffeur de banc. Alors forcément, on se demande si un transfert vers une équipe en recherche désespérée de spacing n’est pas dans les cartons.

#9 – Caleb Martin qui devient la nouvelle pépite locale

Chaque année, on voit des joueurs de l’ombre arriver dans la lumière à Miami. Et cette année, ça pourrait bien être Caleb Martin. S’il a déjà montré la saison dernière qu’il pouvait être précieux en sortie de banc (9,2 points, 3,8 rebonds, 1 interception en 23 minutes à 51% au tir dont 41% de loin), le départ de P.J. Tucker pourrait lui permettre d’avoir un rôle encore plus important, voire même de devenir titulaire sur le poste 4. Erik Spoelstra kiffe l’énergie qu’amène Martin tous les soirs, et ses progrès au tir extérieur lui permettent d’être utile offensivement. Hâte de voir l’évolution du bonhomme !

#10 – La dernière saison d’Udonis Haslem

20 ans sous le même maillot, ils ne sont que trois à l’avoir fait dans l’histoire de la NBA : Dirk Nowitzki, Kobe Bryant et… Udonis Haslem. Oui, UD va disputer sa vingtième saison avec le Heat, et accessoirement sa cinquième en tant qu’assistant coach. On est taquin mais Udonis est clairement l’une des plus grandes figures de la franchise floridienne, lui qui représente la Heat Culture haut la main jour après jour. Avant de raccrocher définitivement les sneakers, le daron de 42 ans sera là comme d’habitude pour lâcher quelques gueulantes quand c’est nécessaire et jouer les gardes du corps de Jimmy Butler.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top