Jazz

Danny Ainge balance sur le Jazz 2021-22 : “Un groupe de joueurs qui ne croyaient pas vraiment les uns en les autres”

Rudy Gobert et Donovan Mitchell

Ah bon ?

Source image : YouTube

Ce n’est plus vraiment un secret : le Jazz s’est lancé ces dernières semaines dans un vaste projet de reconstruction. Exit les joueurs cadres de ces dernières saisons, on dégage tout le monde et on fait un grand nettoyage, les trades de Rudy Gobert chez les Wolves puis de Donovan Mitchell chez les Cavs vont en ce sens. Alors attention, une telle décision ne s’est évidemment pas prise du jour au lendemain, mais l’arrivée de Danny Ainge en tant que directeur général du Jazz a grandement contribué à faire bouger les choses. Pour l’ex-Celtic, quelque chose s’était cassé entre les joueurs et les morceaux ne pouvaient plus être recollés. 

Présent en conférence de presse hier, Danny Ainge a profité de l’occasion pour s’expliquer sur le pourquoi du comment de la reconstruction du Jazz. C’est vrai quoi, la question peut sembler légitime puisque les Mormons disposaient de l’un des effectifs les plus solides de la Ligue, sur le papier en tout cas. Déjà triple All-Star et joueur plutôt sérieux, Donovan Mitchell avait encore sans doute les moyens de progresser encore un peu. Rudy Gobert, l’autre pièce centrale du Jazz, est un défenseur élite en NBA, sur lequel toutes les raquettes ou presque aimeraient pouvoir s’appuyer. Ajoutez à cela que les deux gus étaient quand même entourés par plusieurs role players de luxe, Mike Conley, Jordan Clarkson et Bojan Bogdanovic entre autres, et vous obtenez une équipe a priori taillée pour les Playoffs. Et on dit bien a priori puisque sur le papier, tout cela n’a en fait jamais vraiment cliqué. D’ailleurs, c’est en grande partie pour cela que Danny Ainge a décidé de tout envoyer valdinguer afin de reconstruire. Débarqué en qualité de “directeur général de la franchise” au cours de la saison dernière, le double champion NBA n’a visiblement pas apprécié ce qu’il a vu de ce groupe, et encore plus en Playoffs.

“Ce que j’ai vu quand je suis arrivé, c’est un groupe de joueurs qui ne croyaient pas les uns en les autres. L’ensemble du groupe s’appréciait bien plus que cela a été dit, mais je ne suis pas sûr qu’il s’agissait d’une vraie confiance mutuelle [..] Quand nous sommes arrivés en Playoffs, je me suis dit que cette équipe avait connu des Playoffs décevants et qu’elle attendait peut-être ce moment. Je leur ai laissé le bénéfice du doute, mais il est clair que l’équipe n’a pas été performante, une fois de plus.” – Danny Ainge

Et boom, dans les dents. Finalement, ces déclarations de Danny Ainge ne font que confirmer ce que certains avaient déjà vu : le Jazz version Quin Snyder était incapable ou presque de se transcender en Playoffs. Pour rappel, les mecs n’ont quand même jamais dépassé les demi-finales de Conférence en six saisons. En plus de ces campagnes de postseason décevantes, l’ambiance dans le vestiaire serait devenue parfois délétère, probablement en grande partie à cause de la supposée brouille entre Rudy Gobert et Donovan Mitchell. Bon, ce dernier point n’est que suppositions et vous comme nous n’étions pas cachés derrière la porte pour entendre ce qu’il se dit, mais toujours est-il que le groupe a explosé et Utah s’apprête aujourd’hui à reconstruire loin des bases de ces dernières saisons. Au revoir Rudy Gobert, bye bye Donovan Mitchell ou encore see you later never Quin Snyder, le noyau dur de l’équipe a été totalement désassemblé. Désormais, ce sont les jeunes qui sont au pouvoir et certains cracks comme Collin Sexton ou Talen Horton-Tucker auront à charge de hisser la franchise le plus haut possible. A priori, la saison prochaine ne s’annonce donc pas aussi victorieuse que les dernières, mais le Jazz continue peu à peu d’avancer dans sa reconstruction. Il ne reste plus qu’à transférer certains traînards (Mike Conley, Jordan Clarkson, Bojan Bogdanovic, Rudy Gay) et le compte sera bon.

Après plusieurs années couronnées de plus ou moins de succès, Danny Ainge a finalement décidé de tourner la page Donovan Mitchell / Rudy Gobert. À peine arrivé, le directeur général a saisi le problème à bras le corps et les choses n’ont pas trainées. Désormais il va falloir être patient pour reconstruire bien proprement, avant peut-être de retrouver les sommets de la Conférence Ouest.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top