News NBA

Calendrier NBA 2022-23 : qui a le programme le plus facile ? Le plus difficile ? C’est l’heure de jeter un œil

TrashTalk Fantasy League

Si vous aimez les graphiques, c’est par ici.

Source image : ici.radio-canada.ca

Sorti la semaine dernière, le calendrier complet de la saison 2022-23 a déjà été analysé en long, en large et en travers par nos soins. Mais on n’avait pas encore eu le temps de se poser sur la difficulté entourant le programme de chaque franchise. C’est désormais chose faite. Alors ne perdons pas de temps pour jeter un œil. 

En NBA, les règles sont les mêmes pour tout le monde concernant le calendrier. Chaque équipe joue 82 matchs au total. Ces 82 matchs sont fixés selon un fonctionnement bien précis : quatre rencontres contre les quatre adversaires de sa propre division (16 matchs), quatre rencontres contre six autres adversaires de sa conférence (24 matchs), trois rencontres face aux quatre adversaires restants de la même conférence (12 matchs), et deux matchs contre chaque adversaire de l’autre conférence (30 matchs), avec au final 41 rencontres jouées à domicile et 41 à l’extérieur. Ceci étant dit, même si la formule ne bouge pas, la difficulté varie d’un calendrier à un autre. Une équipe qui évolue par exemple dans une division particulièrement relevée et dans la conférence la plus compétitive des deux aura un programme plus compliqué par rapport à d’autres franchises. Alors bien évidemment, avant le début de la saison NBA, il est difficile de jauger avec précision la difficulté d’un calendrier, tout simplement car l’intersaison a apporté son lot de mouvements parmi les joueurs (on ne peut donc pas vraiment prendre comme base les bilans de la saison passée) et que l’analyse est basée sur des prédictions concernant la saison prochaine. Mais cela n’a pas empêché un certain Ed Küpfer – spécialiste dans l’analyse des calendriers NBA – de se prêter au jeu, en se basant sur les trois paramètres suivants :

  • bilan des adversaires en utilisant les prédictions de Vegas (en nombre de victoires)
  • jours de repos pour l’équipe en question et son adversaire au moment du match
  • match joué à domicile ou à l’extérieur

Voici ses résultats.

Plus la barre bascule vers la gauche, plus le calendrier 2022-23 de l’équipe est difficile. Inversement, plus la barre bascule vers la droite, plus le calendrier est facile. D’après la méthode Küpfer, le Thunder possède le programme le plus compliqué de la NBA, devant les Spurs. On imagine que ça ne gêne pas trop Oklahoma City ou San Antonio étant donné qu’on parle de deux franchises en mode rebuild qui adoreraient choper le premier choix de la Draft NBA 2023 et un certain Victor Wembanyama. On remarque également que les Warriors, les Blazers et les Wizards possèdent les calendriers les plus équilibrés de la NBA, tandis que Minnesota, les Clippers et Milwaukee sont particulièrement bien lotis. Vous nous direz – à juste titre – que la difficulté d’un calendrier va forcément varier au fur et à mesure que la saison avance. Certaines équipes seront effectivement plus fortes que ce qu’on pouvait attendre au moment des prédictions, d’autres à l’inverse bien plus faibles, la forme de chaque franchise ne sera pas la même selon la période, et les blessures vont évidemment mettre leur grain de sel dans tout ça. Donc oui, c’est toujours à prendre avec des pincettes. Néanmoins cela reste un premier indicateur intéressant pour la campagne à venir. Et si vous désirez aller plus loin, l’ami Ed a également analysé la difficulté du calendrier de chaque équipe par période de la saison. Avant Thanksgiving (24 novembre), avant le début de l’année 2023, avant et après le All-Star Break de février. L’occasion de voir qui démarre avec un calendrier “facile”, et qui termine sa campagne avec un programme de folie (coucou les Sixers).

Vous en faites ce que vous voulez, mais c’est une bonne base pour avoir une vision globale des calendriers au 22 août 2022. Et avec l’analyse franchise par franchise que vous pouvez également retrouver sur TrashTalk, vous avez désormais tout ce qu’il faut pour être au point à la rentrée.

Source texte : @EdKupfer

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top