EuroBasket

Giannis Antetokounmpo roule sur l’Espagne : 31 points – 10 rebonds en 20 minutes, quelqu’un lui rappelle le concept de match « amical » ?

Giannis vs Espagne 10/08/22

Faut pas le chauffer.

Source image : YouTube

Les vacances pour Giannis, c’est bel et bien fini. Quelques semaines avant le début du prochain EuroBasket (1er au 18 septembre), la superstar Grecque commence doucement à préchauffer. Visiblement, pas de retard à l’allumage pour le Greek Freak, puisque le numéro 34 des Bucks a littéralement marché sur l’Espagne mardi après-midi en match de préparation. Une véritable entreprise de démolition avec la victoire au bout. 

Sans doute désireuse d’effacer les mauvais souvenirs des dernières campagnes internationales, la Grèce accueillait l’Espagne afin de préparer au mieux son entrée dans l’EuroBasket. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le peuple grec est déjà chaud bouillant, puisque 15 000 personnes se sont déplacées au Stade Olympique d’Athènes. L’occasion pour tout le monde de voir un certain Antetokounmpo à l’œuvre. Bon, pas Alex puisque le plus jeune des Antetokounbro’s vient d’être écarté de la sélection, victime d’une réduction de la liste des joueurs présélectionnés. Probablement pas Thanasis non plus, puisque ben… vous avez compris quoi. Non, celui que le public attend n’est autre que le double MVP des Bucks, sextuple All-Star et shérif du Wisconsin en chef, monsieur Giannis Antetokounmpo. Le Greek Freak lui, n’attend visiblement personne et profite des premiers instants du match pour donner le ton. L’intérieur gobe un rebond offensif au milieu de trois espagnols et claque un dunk qui fait rugir la salle. La suite est d’ailleurs sensiblement similaire puisque le numéro 34 envoie valdinguer tout ceux l’approchant d’un peu trop près. Fidèle à son style habituel, le Grec joue des coudes dans la raquette et score sans forcer. Trop grand, trop puissant et trop rapide pour des espagnols dépassés, Giannis se permet même de faire jouer les copains, à l’image d’une jolie passe pour trouver Larentzakis dans le corner. À la mi-temps, l’écart a déjà grimpé à hauteur de 13 points en faveur de la Grèce.

Véritable patron de son équipe, le Greek Freak est attendu au tournant en fin de partie et, oh surprise, ne déçoit absolument pas. Mieux encore, son quatrième quart-temps est marqué par une domination totale. Auteur de 11 points dans le money time, Giannis écrabouille l’Espagne quasiment à lui tout seul. No-look pass et finitions tout en puissance, l’intérieur fait étalage de sa large panoplie. Le Daim va d’ailleurs nous gratifier de ce qui ressemble fortement à l’action de la soirée. Après un ballon intercepté, la Grèce file en contre-attaque et envoie son numéro 34 au alley-oop. Antetokounmpo déploie alors ses immenses bras et claque un poster monstre sur le pauvre Yankuba Sima, qui se retrouve les fesses au sol. La Roja vient de subir la foudre de Zeus, et ça pique fort. Finalement, la Hellas s’impose logiquement et largement (86-70), dans le sillage d’un Giannis impérial, qui profite de l’occasion pour établir son nouveau record personnel au scoring avec la Grèce. Bilan des courses ? 31 pions et 10 rebonds à 11/13 au shoot en – accrochez-vous à tout ce qui passe – 20 minutes de jeu. On peut dire sans trop de problèmes que le job est fait.

Après une victoire convaincante face à l’Espagne, la Grèce va devoir continuer de performer pour aller loin lors de l’Euro. Dans un groupe C composé de l’Estonie, l’Ukraine, l’Italie, la Croatie et la Grande-Bretagne, les Grecs ont ce qu’il faut pour espérer faire bonne figure. Une chose est sûre, la Hellas peut compter sur un Giannis déterminé à tout donner pour remplir encore un peu plus une armoire à trophées déjà garnie. 

Sources texte : FIBA

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top