One-on-One

Que sont ils devenus – Chris Duhon : quand un ancien joueur NBA revient à son premier amour… la NCAA

Chris Duhon 29 juillet 2022

J’avais même oublié à quoi il ressemblait.

Source image : YouTube

La NBA est le théâtre parfait pour réaliser des rêves de gosse, mais la NBA a également pour particularité de parfois éteindre la lumière plus vite encore qu’elle ne l’a allumée. Période creuse oblige, on se penche cet été sur des noms qui nous sont familiers, certains plus que d’autres, des noms qui nous « disent quelque chose » mais qui ne font plus vraiment les premiers titres. Des histoires qui ramènent à une douce mélancolie. Cold Case Affaires classées mais version NBA, avec l’ambition de vous donner quelques nouvelles de ces mecs qui ont fait partie fut un temps de notre quotidien. Cinquième épisode ? Un ancien Dukie tombé dans l’oubli le plus total : Chris Duhon.

Wow. C’est à peine si son nom nous évoque encore quelque chose. Après une carrière universitaire bien fournie et une décennie passée en NBA, Chris Duhon a totalement disparu de la circulation. Pourtant, ce dernier ne cherchait pas particulièrement à se cacher : nous avons juste oublié de prendre de ses nouvelles. Il est donc temps de changer ça.

Si vous suivez la NBA depuis seulement quelques petites années, il est très probable – et absolument personne ne vous en voudra – que vous ne connaissiez même pas son nom. Et pour cause, Chris Duhon n’a jamais été un joueur flamboyant, mais plutôt un role player de luxe, toujours prêt à diriger la second unit. Enfin… si. Ne soyons pas vaches, il y a bel et bien une équipe dans laquelle le meneur d’1m85 a réalisé une carrière plus que réussie : Duke. Arrivé chez les Blue Devils en 2000 à 18 ans, le natif de Mamou en Louisiane va débuter en tant que back-up de Jay Williams. Très vite, le point guard titulaire va être décalé au poste 2 pour former une paire d’arrière distributeurs avec Chris. Cette saison-là, les joueurs de Coach K iront d’ailleurs remporter le titre face à Arizona. De son côté, Christopher Nicholas Duhon – son nom complet – va rester le plus longtemps possible dans cette équipe où il excelle dans son rôle. Lorsqu’il la quitte par obligation en 2004, il y laisse avant tout une empreinte encore très visible aujourd’hui. Malgré les années qui se sont écoulées depuis, Duhon est toujours le meilleur intercepteur de l’histoire de la prestigieuse université avec 300 steals, son deuxième meilleur passeur avec 819 assists et le deuxième jugador à avoir passé le plus de temps sous le maillot bleu et blanc avec un total de 4 813 minutes. Pas de regrets, il est donc temps de se tourner vers la NBA, où notre héros du jour vient d’être drafté en 38ème position par Chicago.

On ne va pas se mentir, la carrière du garçon dans la Grande Ligue n’a rien de transcendante. Ayant chronologiquement navigué pendant neuf saisons entre Bulls, Knicks, Magic et Lakers, le cousin de Jarrett Jack – oui oui – aura surtout passé l’essentiel de son temps à diriger le banc grâce à ses qualités de playmaker, et plus particulièrement de passeur. À New York toutefois, il aura pu s’essayer au rôle de starter. Lors de la saison 2008-09, sa meilleure en carrière, il tourne environ à 11 points, 3 rebonds, 7 passes et 1 interception de moyenne en 37 minutes de jeu sur 79 matchs. Scoreur médiocre, il s’agira de sa seule campagne au-dessus des 10 points de moyenne. Coupé par Los Angeles au cours de l’été 2013, Chris ne parvient pas à retrouver une franchise prête à lui offrir un contrat, et un malheureux événement ne va pas arranger son cas. Le 15 octobre de la même année, après une altercation verbale dans un parking souterrain, Duhon se fait percuter par une voiture. S’il ne se souvient pas de l’accident en raison du choc qu’il subit à la tête contre le pare-brise du véhicule, ce dernier n’enregistre toutefois pas de blessures graves. Déjà gêné par plusieurs bobos les années précédentes, la fragilité du corps du bonhomme est au cœur des débats, et aucune équipe ne prendra le risque de signer celui qui est alors agent-libre. En février 2014, une mini-Woj Bomb – déjà – révèle qu’il est parvenu à décrocher un contrat à la Juve Caserta, en Italie, pour se relancer. Oui mais en fait non. Puisqu’en réalité, il quitte le club… quelques heures plus tard. WTF nous direz-vous. La raison ? Sa femme Andrea vient d’accoucher de jumeaux, qui ont plus que jamais besoin d’avoir leur père près d’eux. Sans hésitation, Chris décide alors de mettre un terme à sa carrière de joueur pour se concentrer sur son rôle de papa. C’est beau.

Pour autant, selon Mister Duhon, ce n’est pas une raison pour complètement arrêter de travailler. Et comme il lui est impossible de s’éloigner du monde de la balle orange, ce dernier va alors entamer une carrière d’entraîneur. En avril 2014, soit tout de suite après sa retraite, Chris va devenir assistant-coach de Marshall en NCAA, en charge du développement des joueurs et de la coordination de l’attaque. Une opportunité permise par la relation très étroite qu’il entretient avec Dan D’Antoni, lui-même assistant de son petit frère Mike à New York ET Los Angeles, lui qui vient d’être nommé head coach de l’université. C’est le début d’une nouvelle vie… dont le garçon va complètement foirer le départ. Fin novembre 2015, retrouvé inanimé au siège conducteur de sa Ford Escape, Chris Duhon est arrêté pour conduite en état d’ivresse, deux fois et demi au-dessus du taux d’alcoolémie autorisé, et immédiatement suspendu par les Thundering Herds. Il ne sera réintégré à l’équipe qu’en février 2016, avant d’être définitivement viré en janvier 2017 pour avoir conduit… sans permis, puisque ce dernier lui avait été retiré après les événements passés. C’est la crise chez Chris, qui doit donc repartir à zéro.

Forcément, avec un passif comme celui-là, on ne retrouve pas un taf en deux jours. Après moult recherches, l’ancien meneur va finalement décrocher un nouveau poste d’assistant à l’université d’Illinois State en juin 2018. Duhon est notamment recruté pour son profil mélangeant expérience de joueur/champion NCAA et capacité à être très proche des jeunots en raison de son âge (36 ans à ce moment-là). Là-bas, il s’occupe toujours de la coordination de l’attaque, mais travaille plus spécifiquement avec les guards. Cependant, encore une fois, l’aventure est de courte durée, se terminant dès 2019. Pour se montrer et espérer à nouveau avoir sa chance, il participe en décembre 2020 au programme de formation des assistants-coachs aux côtés de Jerry Stackhouse ou encore Monty Williams. Interrogé à propos de cette expérience, Duhon reviendra plus tard sur le site de la NBA ce qu’elle permet d’apporter, notamment pour ceux ayant le même profil que lui :

« Je pense que c’est un programme qui bénéficie énormément aux anciens joueurs pour comprendre ce que cela implique d’être un coach et ce qu’ils vivent jour et nuit. La préparation aux entraînements et aux matchs, vos responsabilités en tant qu’assistants, l’apprentissage de différentes parties du jeu que vous ne compreniez peut-être pas autant en tant que joueur… cela vous donne juste l’opportunité de devenir capable de faire de multiples choses. Habituellement, quand les anciens joueurs entrent dans le monde du coaching, ils s’occupent uniquement du développement des joueurs. Nous avons appris à faire cela, mais nous avons aussi appris les compétences techniques requises par le coachingpréparer des présentations, parler devant un groupe, rédiger des scouting reports et bien d’autres choses. »

Les mois s’écoulent alors sans que rien ne change, et on commence vraiment à se deman… Bingo ! En septembre 2021, le bonhomme est engagé par l’université Bryant, toujours en première division de NCAA. Le défi est même tout nouveau pour Christopher, qui est désormais nommé à la tête du programme de scouting et d’analyse vidéo. On oublie donc le développement des joueurs, où notre gaillard était visiblement claqué au sol, et on dit bonjour au travail de minutie et d’expertise. Cette saison ? Les Bulldogs ont enregistré le meilleur bilan de leur histoire (22-10) en terminant premier de la Northeast Conference, malgré une élimination prématurée dès le Final Four. On ne dit pas que c’est uniquement grâce à la nouvelle recrue du staff, mais il est clair que c’est le genre de résultats qui pousse à garder l’organisation telle quelle. Et la stabilité, Chris Duhon ne l’a plus connue depuis… Duke ? Dans un rôle totalement invisible aux yeux du grand public, ce dernier a donc peut-être trouvé le poste qui va lui permettre de s’installer durablement dans le coaching universitaire, après de nombreuses années d’échec. Allez Chris, s’il y a bien un moment où faut pas déconner, c’est celui-ci.

Entachée par des affaires pas malines du tout, plusieurs échecs sur le plan sportif et des prises de parole pas toujours très inspirée comme ce jour il raconta une anecdote un peu bidon sur Kobe, l’après-carrière de Chris Duhon n’a pas vraiment démarré de la plus belle des façons. Aujourd’hui, dans un rôle nouveau et une situation pour l’instant stable, l’ancien meneur a l’occasion de faire table rase du passé et repartir de plus belle, lui qui n’a que 39 ans. Et puisque son envie d’un jour intégrer un banc NBA n’est un secret pour personne, on peut quant à nous espérer entendre un peu plus souvent parler du Dukie à l’avenir, maintenant que nous en savons plus sur ce qu’il devient.

Source texte : Bleacher Report / Yahoo Sports / ESPN / Sporting News / Real GM / Providence Journal

2 Commentaires

2 Comments

  1. mytro

    30 juillet 2022 à 15 h 55 min at 15 h 55 min

    Jason Williams de Duke, ce n’est pas le White Chocolate (il jouait à Florida, et jouait déjà en NBA quand Duhon était à Duke), mais celui qui s’est fait appeler ensuite Jay Williams (drafté juste derrière Yao Ming, sa carrière a été fauchée par un accident de moto).

    • Arsène Gay

      30 juillet 2022 à 16 h 17 min at 16 h 17 min

      Salut ! Merci pour la précision, je viens de corriger tout ça !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top