Lakers

LeBron James ne quittera pas les Lakers avant 2024 : l’année de la Draft de Bronny, quel incroyable hasard

LeBron James

Bronny > L.A.

Source image : YouTube

Arrivé en 2018 dans la cité des Anges, LeBron James n’envisage pas de quitter les Lakers avant 2024. C’est en tout cas ce qu’affirme Marc Stein, selon qui le King ne voit pas de raison de déménager à nouveau bien que les deux dernières saisons se soient transformées en véritables échecs sportifs. Pourquoi 2024 ? Peut-être bien parce qu’un certain LeBron James Jr. deviendra éligible à la Draft de cette même année. Comme par hasard.

Pas d’inquiétude chers fans des Purple and Gold, malgré le niveau catastrophique et TRÈS en-dessous des attentes de votre équipe, LeBron James n’exprimerai apparemment pas la moindre envie d’ailleurs. En effet, selon Marc Stein de Substack, BronBron serait « extrêmement heureux à Los Angeles« , et ce même alors qu’il a dû se muer en chef de chantier pendant un an pour gérer les plots qui lui servaient de coéquipiers et les parpaings envoyés par rafales. Depuis son arrivée à L.A. il y a quatre ans, la famille James a aujourd’hui plus que trouvé ses marques, et s’implique très activement dans la communauté locale. Bon, comme LeBron est avant tout un joueur NBA, ses performances sportives comptent également dans la balance. L’exercice 2021-22 ? Et bien c’est simple, le King le bouclera en 30/8/6 à 52,4% au tir dont 35,9% du parking, le tout sur 56 matchs et alors qu’il a eu 37 ans en décembre dernier. Alors oui on va encore se répéter, mais bordel ça n’est pas normal. À quel âge pourra-t-on enfin dire : « non LeBron c’est fini là, il faut prendre ta retraite« . Car dans cette équipe des Lakers où Anthony Davis et Russell Westbrook font également partie de l’effectif, c’est bien LBJ le meilleur joueur, et de loin.

D’ailleurs, en parlant de rester à Los Angeles, n’y a-t-il pas un petit palier que James s’apprête à franchir l’année prochaine ? Dans le viseur du cyborg, le record de 38 387 points inscrits en carrière par Kareem Abdul-Jabbar est au premier-plan. Avec 37 062 unités, LeBron n’est plus qu’à 1 325 puntos de la légende des… Lakers. Forcément, passer premier au classement all-time des scoreurs sous le même maillot que celui que tu pourchasses depuis presque 20 ans – et peut-être même devant les mêmes fans – c’est la classe. Concrètement, pour passer Kareem, James n’aurait par exemple besoin « que » de 49 matchs à 27,1 points de moyenne. On ne va pas nous faire croire que ça n’est pas dans les cordes du King, dont on n’attend évidemment pas qu’il joue 82 rencontres cette saison, puisque cela n’est pas arrivé depuis la campagne 2017-2018. Et puis pour en revenir à cette histoire de départ, il faut dire que tous les chemins mènent donc à cette fameuse année 2024, où LeBron choisira sans aucun doute la franchise dans laquelle il réalisera son ultime rêve : jouer avec son fils.

Éligible à la Draft 2024 donc, Bronny ne pourra pas choisir la ville dans laquelle il atterrira. Toutefois, une chose est sûre, son papounet accourra pour le rejoindre. Encore récemment en interview pour The Athletic, le King l’a répété : « je jouerai ma dernière année avec mon fils. Où qu’il se retrouve, ce sera où j’irai. Je ferais n’importe quoi pour jouer avec mon fils le temps d’une saison. L’argent ne rentre même plus en compte à ce stade. » Et bien voilà qui est clair, d’autant plus que la situation contractuelle de LBJ va très rapidement être éclairée sur les intentions du bonhomme. Éligible à une extension dès le 4 août, LeBron aura plusieurs possibilités : ne rien faire, signer une extension d’un an, signer une extension one-plus-one. Dans l’impossibilité de signer une extension de plus de deux ans en raison de la Over-38 rule – mais aussi car cela dépasserait la date de 2024 à laquelle Bronny débarquera en NBA –, James n’a donc aucunement l’envie de jouer sa dernière saison pour les Lakers en 2022-23. Tous les signaux sont au vert pour que le King signe une extension d’un an, qui lui ferait ainsi toucher 91,2 millions de dollars sur les deux prochaines années. Effectivement, c’est assez pour n’en avoir rien à cirer du potentiel dernier contrat qu’il signera en NBA.

LeBron James file actuellement une splendide histoire d’amour avec Los Angeles, que seule l’envie de jouer avec son fils Bronny semble en capacité de briser d’ici deux ans. Dans quelques jours, nous en serons probablement plus sur ce qu’il adviendra à l’été 2024. En attendant, on reste focus sur la Californie où notre petit doigt nous dit que le King n’a pas fini de nous étonner.

Source texte : RealGM / Substack

2 Commentaires

2 Comments

  1. Dawa

    30 juillet 2022 à 13 h 10 min at 13 h 10 min

    Avec cette annonce LBJ fait du tampering 3.0 : il biaise automatiquement la draft24 car l’équipe qui choisira LBJ Jr obtiendrait en bonus LBJ au minimum vet… Cela devrait faire artificiellement grimper le fiston dans les picks (rank 25th ce jour sur nbadraftroom) et accessoirement lui assurer de meilleurs contrats potentiels.

  2. Smoule

    31 juillet 2022 à 0 h 13 min at 0 h 13 min

    +1000 rien a dire de plus…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top