Jazz

Simone Fontecchio signe pour deux ans avec le Jazz : en voiture Simone, imaginez s’il joue avec Clarkson

Simone Fontecchio 29 juillet 2022

On rigole on rigole mais on a hâte de voir ce que va donner l’Italien en NBA

Source image : YouTube

Dans l’anonymat le plus total, et alors que les regards sont surtout tournés vers l’avenir de Donovan Mitchell, le Jazz a signé l’Italien Simone Fontecchio pour deux ans. L’arrière/ailier, qui évoluait au Saski Baskonia en Espagne l’année dernière, s’était notamment illustré en EuroLeague et avec sa sélection nationale. La période de test commence dans l’Utah, où le bonhomme va donc faire ses débuts en NBA à 26 ans.

Mine de rien, c’est une jolie signature que vient de nous faire le front office du Jazz, en scred. Pour un montant honorable d’environ 6,25 millions de dollars, Simone Fontecchio va s’engager avec Utah pour les deux prochaines saisons. S’il sent bien le début de reconstruction, ce contrat est pourtant loin d’avoir pour seul but de remplir le roster en attendant la Lottery 2023. Et oui, l’Italien ne sort pas de nulle part, et est même scruté par les scouts NBA depuis plusieurs années maintenant. Après neuf saisons passées en première division italienne – il a commencé à 16 ans – ce dernier était parti pour Berlin en Allemagne avant de passer l’exercice 2021-22 au Saski Baskonia en Liga ACB (première division espagnole). Le shooteur avait d’ailleurs été approché pour jouer en NCAA et s’était même inscrit à la Draft 2015, avant de retirer sa candidature. À l’époque, un certain Danny Ainge, aujourd’hui à la tête du Jazz, l’avait reçu à Boston pour des workouts. Comme par hasard… Cette saison, le poste 2-3 cumulait 12,4 points, 3,9 rebonds et 1,7 passe de moyenne à 46,5% au tir dont 41% du parking et 85,1% aux lancers-francs sur la saison régulière. En Euroleague ? Les chiffres sont quasiment les mêmes, preuve que l’adversité n’empêche pas le bonhomme de jouer son jeu. Face à Málaga le 30 avril dernier, Simone a même poussé jusqu’à la barre des 30 points, accompagnée de 6 rebonds, 2 passes, 2 interceptions et 3 contres. Et beh… ça c’est du all-around game. Rapide, adroit et pas le plus mauvais des défenseurs, l’Italien a même progressé sur le plan physique, tiret qui lui faisait défaut lorsqu’il était jeune et l’empêchait de pouvoir joueur dans l’aile.

Si parfois la confiance lui manque encore, le garçon a surtout montré de vraies choses avec l’équipe d’Italie lors des dernières compétitions internationales. Élément moteur des équipes U17 et U20 de son pays, ce dernier s’est véritablement révélé aux yeux du monde à l’occasion des Jeux olympiques de Tokyo en 2021. N’ayant pas participé aux Championnats du Monde en 2019, Fontecchio débarque aux JO revanchard après avoir roulé sur le tournoi de qualification. Au Japon ? Simone va finir septième meilleur marqueur de la compétition, encerclé par Kevin Durant devant et Evan Fournier derrière. En plutôt bonne compagnie donc. Statistiquement, c’est du très haut niveau : 19,3 points, 3 rebonds, 1,5 passe et 1,5 interception à 52,7% au tir dont 45,5% à 3-points (!) et 81,8% aux lancers. Monsieur Propre a donc des cheveux maintenant ? L’Italien éclabousse la compétition de son talent en amenant sa nation décrocher la cinquième place et va donc logiquement attirer les regards. Un an plus tard, le voilà donc qui traverse l’Atlantique pour tenter le rêve américain. On peut au passage noter qu’après une saison discrète du côté des Bucks et des Clippers, Semi Ojeleye va peut-être faire le chemin inverse, lui qui est en pleine négociation avec le Virtus Bologne – club formateur de Simone Fontecchio – selon Sportando. De son côté, l’Italien tentera donc de se faire une place dans une équipe du Jazz qui a clairement entamé sa reconstruction, lui qui, à seulement 26 ans, a encore le temps de progresser et séduire le management de la franchise.

Avec la signature de ce contrat, Simone Fontecchio deviendra donc le troisième joueur de nationalité italienne à jouer en NBA la saison prochaine, rejoignant ainsi Danilo Gallinari et… Paolo Banchero. Reste maintenant à voir si le bonhomme trouvera ses marques dans la grande Ligue, si différente de tout ce qu’il a pu connaître jusqu’à présent. Allez ! En voiture Simone, il est où Jordan Clarkson ?

Source texte : Sportando / Proballers

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top