Suns

La prolongation de Deandre Ayton à Phoenix : ce que ça change dans le dossier Kevin Durant

Kevin Durant 6 juillet 2022

Un plan à l’eau ?

Source image : NBA via TNT

Le dossier Kevin Durant est une giga taupinière. Qu’est-ce qu’une giga taupinière ? Tu pousses à un endroit, et ça ressort quelques mètres plus loin. Sur cette Free Agency 2022 – la faute à ce grand dadet – tous les dossiers corrèlent entre eux : « Je pense qu’il signera là-bas si l’autre part de là-bas, à moins que la franchise ne souhaite garder celui-ci, auquel cas l’autre pourrait débarquer à la place de lui, mais là-bas ».

Quoi, encore lui ? Même quand l’actualité appartient à Deandre Ayton, Kevin Durant s’en empare. Avec la prolongation du 1er choix de la Draft 2018 à Phoenix – à hauteur de 133 millions sur quatre ans – les chances de voir Kevin Durant débarquer dans l’Arizona ont… dégringolé. Comment cela se fait-ce ? Les Suns étaient l’une des deux équipes données par Kevin Durant à Sean Marks, au moment de demander son trade. Pourquoi Phoenix ? Primo, les Suns statuent parmi les favoris pour remporter une bagouze, atout que Kevin Durant met rarement de côté dans son processus de sélection. Deuzio, la franchise d’Arizona était l’unes des plus à même de proposer un package sérieux à Sean Marks. Avec un Deandre Ayton sur le départ – en froid avec Chris Paul et Monty Williams, mais surtout demandeur d’un contrat max – l’hypothèse d’un échange dans lequel le first pick prenait la direction de Brooklyn tenait debout. Jusqu’à hier soir, au moment où les Suns ont décidé de matcher avec l’offre faite par les Pacers à Ayton, et donc de prolonger l’intérieur de 23 ans moyennant une somme record. Il devient désormais très compliqué pour les Suns d’échanger un package permettant l’accueil du All-Star, sans que Brooklyn ne crie au hold-up, tout en conservant une masse salariale décente.

Il est pas bête ce monsieur Sidery. Pas bête, mais quelque peu utopiste. Les Suns ont effectivement de quoi envoyer Mikal Bridges, Cam Johnson, des barres de cacahuètes et des tours de draft à Brooklyn. Dans la masse salariale, moyennant des calculs poussés et l’éviction de quelques role players, ça pourrait le faire. Mais sur le papier, les Nets ne sont probablement pas prêts à accueillir un package sans All-Star. Et à Phoenix, bien que l’association entre Chris Paul, Devin Booker, Kevin Durant et Deandre Ayton fasse rêver plus d’un gosse nourri à la Gatorade depuis le berceau, fonctionnerait-elle sans lieutenants capables de tenir la casbah ? Bon, cette question appartient aux Suns. Il ne fait d’ailleurs aucun doute qu’en cas de proposition des Nets dans laquelle Chris Paul et Booker sont épargnés, James Jones accepterait. Il faut convertir cette belle génération arizonienne avec que le niveau de CP3 ne dégringole. Mais la balle est dans le camp de Brooklyn, or, pas sûr qu’un meilleur package – moins tiré par les cheveux – ne soit pas dispo ailleurs. En cherchant bien.

Les Raptors et le Heat sont toujours à l’affût, tandis que Phoenix lâche du lest dans cette course à la grande vipère. Rien n’est fait, tout reste à faire, mais si avec tout le raffut médiatique, Kevin Durant reste à Brooklyn, là ça va barder.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top