Draft NBA

Qui sera la pépite de la Draft NBA 2022 ? L’avis de la rédaction, et de grosses barres de rire garanties dans un an

table discussion rédaction rookie mvp

Et vous ? Vous votez pour qui ?

Source image : TrashTalk

Chaque année, c’est l’une des questions qu’on se pose au moment de la Draft : mis à part les prospects annoncés tout en haut, qui sera la pépite de la cuvée ? Quel est LE joueur qui sera bientôt considéré comme un steal ? Les grands Hexperts sont légion chez TrashTalk, alors on a voulu se mouiller et donner nos avis avant la grande cérémonie. A sauvegarder pendant un an !

Nicolas : Blake Wesley

Projeté aux alentours de la 20e place dans la plupart des mock drafts, le guard formé à Notre Dame pourrait bien se transformer en steal de la Draft NBA 2022. Ses qualités ? On parle d’un joueur dynamique, scoreur, athlétique, capable de faire mal en transition et qui joue avec une énergie contagieuse. Avec son 1m96 et son envergure qui approche les 2m10, il possède aussi un potentiel défensif intéressant sur le backcourt et est capable de couper les lignes de passe en deux-deux. Alors clairement, il devra prendre un peu de coffre pour réussir à se faire son trou en NBA mais le potentiel est là et j’ai hâte de voir ce qu’il peut apporter dès sa première année chez les grands. Vrai playmaker, il est parfois comparé à Bones Hyland (et pas que pour la dégaine) voire Tyler Herro.

Giovanni : Ismaël Kamagate

Quoi de mieux quand on veut l’ouvrir que de parler d’un mec qu’on a vu jouer des dizaines de fois en direct. On a eu la chance cette année d’assister au développement (à l’explosion) du gaté en France, on parle tout de même du meilleur défenseur du championnat (devant Presnel Kimpembe, oui oui), à 21 ans, et surtout – ça c’est pour le potentiel – d’un freak incroyable comme la NBA les aime. Attention car il shoote comme ma tante Dominique, mais je vous jure que quand il monte au contre il saute vachement plus haut qu’elle. Absolument fan du featuring possible entre Kama et la NBA, et déjà pressé de claquer les pires jeux de mots du monde toute la saison prochaine. Oui ma gaté, le Kama Sutra sur un parquet c’est pour bientôt.

Clément : Jaden Hardy

Jaden Hardy est le genre de pétard ambulant que j’affectionne grandement. Capable de prendre feu comme de réurbaniser une ville entière, pour sa carrière NBAon va partir sur la première option quand même. Lui qui a fait ses armes en G-League, il s’est étoffé physiquement et a pu taffer sa sélection de shoot qui est certes encore à perfectionner. Il n’est pas attendu très haut mais à la manière d’un Chris Duarte la saison passée, il peut sortir une saison bien chiffrée en sortie de banc. Hardy devrait être appelé par Adam Silver en deuxième partie de premier tour, et l’équipe qui le récupèrera pourrait bien faire une véritable affaire en termes de scoring pur. Véritable machine à tirs n’ayant pas peur d’un volume de shoots élevé, il est de la trempe des joueurs qui peuvent faire basculer un match par son énergie et sa fougue. Il est le potentiel chouchou de pas mal de franchises, reste à savoir qui va franchir le pas.

Alexandre T : Ochai Agbaji

Les one and done c’est bien gentil mais j’ai toujours été adepte des cursus longs et des joueurs NBA ready. Ochai Agbaji est typiquement le profil qui va me faire de l’œil dans le Top 20. Profil du 3&D par excellence, polyvalent défensivement et capable de briller sans ballon (41% de loin en dernière année universitaire), l’ailier de Kansas n’aura (selon moi) pas besoin d’une période d’adaptation trop longue pour se rendre utile au sein d’une équipe. Son plafond reste incertain car il a déjà 22 ans mais je crois qu’il y a vraiment moyen de le voir devenir à terme un joueur très complet au sein de la Ligue. Pourquoi pas un profil à la Khris Middleton dans quelques années.

Nico V : Nikola Jovic

Alors non, je ne le choisis pas car c’est le quasi homonyme de Nikola Jokic hein. Enfin si, un peu parce que c’est rigolo quand même. Dans son basket en tout cas, Nikola Jovic est loin de blaguer. Ailier-fort de 2,08 mètres, le bonhomme est déjà capable de distribuer les ballons comme un chef. Dis donc, c’est qu’ils savent y faire en Serbie niveau transmission du cuir orange. Rajoutez-y une sacrée dose de mobilité, des qualités de dribbles bien européennes et une solide vision lui permettant de prendre le jeu pour lui. Offensivement, les scouts ont bien relevé son appétence pour la finition au cercle. Vous mettez tout ça dans un poste 4, et bonjour les dégâts en NBA. Si les équipes sélectionnant entre dix et quinze ont fait l’effort de le voir jouer, ça pourrait donner une sacrée belle pioche potentielle. Puis bon, les serbes aux zétazouni… vous commencez à connaître.

Loan : AJ Griffin

En étant fan de Duke depuis presque une décennie désormais – ouais ça ne me rajeunit pas tout ça – on pourrait dire que la nana prêche pour sa paroisse. Mais j’en ai vu des matchs de sa part cette saison, et je peux vous assurer que le minot est prêt pour la grande Ligue. À 18 piges, presque 2m de haut et un peu plus de 100 kilos, le garçon a déjà des bras de père de famille. Et avec un papa assistant de Nick Nurse à Toronto, il a la vision de jeu d’un lieutenant de la Ligue aux douze saisons NBA dans les pattes. Dans la mentalité, la polyvalence défensive, le QI basket, AJ est un vrai trentenaire au service du collectif avec un profil de 3&D très alléchant. Oui, 3 parce qu’à côté du mindset défensif, le Blue Devil sait artiller du parking à haut volume (44,7% cette saison). Si les blessures l’épargnent en 2022-23, AJ Griffin pourra faire la différence dès son année rookie dans une franchise qui manque vraiment d’un poste 3. Un Jimmy Butler en devenir qui peut clairement être un steal s’il est drafté en dehors du Top 10 jeudi.

Valentin : Jalen Duren

Je pense que Jalen Duren sera une des surprises de cette Draft. Le gars n’est pas attendu dans le top 10 après avoir livré une saison assez irrégulière en NCAA. Et pourtant… Le potentiel est immense ! Déjà parce qu’il a seulement 18 ans, mais surtout parce que le pivot a tout ce qu’il faut en magasin pour devenir un protecteur de cercle élite : c’est un beau bébé (2m10, 113 kgs), un vrai athlète avec des qualités physiques assez exceptionnelles pour son âge et en plus, le gars a déjà pris l’habitude de distribuer les gifles à l’Université (2,1 contres). Vous l’avez compris, on a affaire à quelque chose de potentiellement monstrueux défensivement, mais pas que. Même s’il a encore beaucoup de progrès à faire pour contribuer régulièrement d’un point de vue offensif, sa puissance près du cercle risque de faire des dégâts si on le sert correctement. En travaillant les moves au poste et en développant un petit shoot à mi-distance encore trop irrégulier, il peut devenir un problème pour les défenses. Bref, avec un potentiel défensif monstrueux et des qualités à développer en attaque, on se retrouve avec un potentiel Robert Williams III (on a vu que ça pouvait servir en Playoffs), voire un Evan Mobley si ça tourne bien. Pas forcément de quoi en faire ton franchise player mais pourquoi pas une pièce importante d’une bonne équipe. Il y a du boulot mais le gars est jeune et déterminé, alors j’y crois.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Phivos

    22 juin 2022 à 21 h 05 min at 21 h 05 min

    Pour avoir vu Jovic à l’euroleague U18 il y a 2 ans à Valencia, je confirme qu’il a tout d’un futur grand… avec une petite greffe de viande à l’américaine et une petite sauce popovic en par-dessus, et il deviendra top 10 NBA a ses 27 ans

  2. Le scout de 14 ans

    23 juin 2022 à 18 h 17 min at 18 h 17 min

    C’est vrai à mon avis le meilleur fit pour Nicola Jovic c’est les spurs.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top