Warriors

Retour sur l’exceptionnelle saison de Jordan Poole, ou autrement dit… : la naissance du troisième Splash Brother

Encore une belle histoire made in Golden State

Source : NBA League Pass

Un premier titre de champion à 22 ans, pas mal comme début de carrière NBA non ? Et Jordan Poole n’a pas été qu’un figurant dans le film magnifique du quatrième titre de la dynastie des Warriors. Petit rewind sur sa très bonne saison qui aurait même pu lui valoir un titre de MIP.

Personne n’attendait Jordan Poole à ce niveau-là cette saison, mais là il n’y a pas de coïncidence : le garçon a été drafté dans la bonne franchise au bon moment. Après quelques piges en G League le garçon a ainsi pu s’épanouir à Golden State durant la convalescence de Steph Curry et de Klay Thompson. Mais lors de sa saison rookie en 2019, où il tourne au final à 8 points de moyenne à 27,9% du parking après des débuts… compliqués, l’arrière ne convainc pas la sphère NBA, notamment la rédaction. “Jordan Poole est nul” : oui, c’est bien marrant de ressortir une masterclass pareille trois ans plus tard. Car pendant ce temps le garçon a du cran, et continue d’apprendre sans relâche aux côtés du meilleur tireur de loin de l’histoire de la Ligue. Après ses 12 points de moyenne lors de sa saison sophomore, le voilà cette saison à 18,5 puntos par match à 36,4% de réussite de loin. L’ancien de Michigan est étincelant, le petit poussin est devenu grand, et la Poole Party est enfin lancée du côté de San Francisco. Lors de ces Playoffs, le minot ne s’efface pas pour laisser la place à l’expérience des Splash Brothers mais montre qu’il a les qualités pour rejoindre cette bande mythique. Star sur le premier tour avec une perf’ à 30 points dès le premier match de postseason, il reste constant sur la fin des Playoffs et sur ces Finales. Son apport face à Boston est constant, efficace : voilà le role player constant qui a permis aux Warriors d’aller choper un nouveau titre de champion. Le garçon a tout donné pour les premiers Playoffs de sa carrière, avec la consécration ultime au bout qui était l’un de ses plus grands rêves.

 

Le môme des Warriors faisait déjà étincelles à la fac, notamment avec son buzzer beater légendaire lors de la March Madness face à Houston en 2018, et si vous n’avez pas vu ce tir, on vous le remet ici. Jordan Poole montrait déjà qu’il ne se transformait pas en poule mouillée sur les grands évènements, et Golden State a donc bien aimé à l’époque ce qu’il a pu produire sur un tel rendez-vous. Le potentiel était présent, et les baby-sitters de JP3 sont des as dans son domaine de prédilection. Les Splash Brothers ont trouvé en bébé Poole leur petit protégé qu’ils ont ensuite amené au rang de shooteur d’élite. The Microwave, oui c’est l’un de ses surnoms référencés, est devenu cette saison le leader de cette nouvelle génération de jeunes Warriors. A ses côtés, les rookies Jonathan Kuminga et Moose Moody réalisent une très belle première saison en NBA et n’oublions pas James Wiseman, blessé cette saison, mais qui lui aussi avait réalisé une excellente saison rookie, même si le contexte entre ces deux années est totalement différent. On pourrait même espérer que les jeunots effectuant leur deuxième saison l’année prochaine puissent suivre le même chemin ascendant que Jordan Chicken. 

Jordan Poole sort d’une saison folle qui l’a propulsé sur le devant de la scène, et cela ne peut annoncer que du bon pour l’année prochaine. JP3 fera-t-il encore mieux en atteignant les 20 pions de moyenne, restera-t-il sur sa lancée aux côtés de ses Splash Bros ? On ne lui souhaite pas de se reposer sur ses acquis la saison prochaine en tout cas, vu comment il nous a fait kiffer cette année.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top