Celtics

L’état de santé de Robert Williams III, plus gros facteur X des Finales NBA ? Time Lord est peut-être celui qui détient la clé de la série

Robert Williams

Le Game 4 de cette nuit se déroulera seulement 48 heures après le Game 3. Quel impact sur le niveau de RWIII ?

Source image : NBA League Pass

Quand on réfléchit aux joueurs des Celtics capables de faire basculer les Finales NBA 2022 en faveur de Boston, son nom n’est pas forcément celui auquel on pense en premier. Mais s’il y a bien un truc qu’on a remarqué sur ces Playoffs, c’est que l’équipe de Beantown est beaucoup plus redoutable à chaque fois que Robert Williams III est en jambes. Connaissant des hauts et des bas à cause de son genou douloureux, Time Lord détient peut-être la clé de cette série entre les C’s et les Warriors.

Dans la hiérarchie des joueurs les plus impactants du Game 3 joué il y a deux jours à Boston, Robert Williams III possède clairement une place de choix. À tel point qu’on a fait un focus sur le bonhomme dans un article dédié. 8 points, 10 rebonds, 3 interceptions et 4 contres, bonjour le chantier, mais les chiffres ne lui font pas justice. Car l’impact de Time Lord, il dépasse le cadre des stats quand il joue avec l’intensité et l’énergie déployées dans la troisième manche. Menace verticale en attaque, protecteur de cercle élite en défense, RWIII symbolise en quelque sorte la supériorité athlétique et physique des Celtics face aux Warriors. Stephen Curry l’a dit et vécu lui-même, « Williams peut sortir de nulle part » pour bâcher n’importe quelle tentative. C’est déjà galère de pénétrer dans la raquette au vu de la solidité du reste de la défense de Boston, mais c’est peut-être encore plus dur de scorer quand vous avez ce monstre athlétique de 2m06 et 108 kilos qui traîne pour dégager tout ce qui bouge. En matière d’intimidation, on est plutôt pas mal. Sauf que ce joueur-là, on ne le retrouve pas à tous les matchs. Dans le Game 2 par exemple, largement remporté par Golden State, Time Lord n’a pas eu l’impact espéré (2 points, 2 rebonds, 2 contres en 14 minutes). Idem dans le Game 7 face au Heat en Finales de Conférence Est (2 points, 3 rebonds). Le Robert Williams dominant qui pèse, on le retrouve en gros un match sur deux, la faute à un genou gauche capricieux qui est plus douloureux à certains moments que d’autres. Pour rappel, RWIII a été opéré en mars dernier pour une déchirure du ménisque et s’il essaye de serrer les dents au maximum à chaque fois qu’il est sur le terrain, il y a clairement des soirs où c’est compliqué de faire face à la douleur.

Si on parle de Time Lord aujourd’hui, c’est parce que pour la première fois sur ces Finales NBA 2022, les deux équipes ont eu droit à un jour de repos en moins entre deux matchs. Le Game 1 a eu lieu jeudi dernier, le Game 2 dimanche, et le Game 3 mercredi. La quatrième manche est quant à elle déjà prévue pour ce vendredi, et du coup on peut légitimement se demander comment répondra le genou de Robert Williams III. « Les jours de repos en plus, ça aide » a déclaré le pivot des Celtics hier en conférence de presse, malheureusement il n’aura pas ce luxe pour le Game 4 de ce soir. Alors évidemment, il fait tout pour être au mieux physiquement de match en match : de la glace, du repos, un peu de vélo, des massages… Mais comme il le dit lui-même, Time Lord est revenu vite de sa blessure au ménisque pour pouvoir jouer les Playoffs, bien plus vite que si l’opération avait eu lieu en plein milieu de la saison régulière. Donc il y a des jours plus durs que d’autres, c’est inévitable.

Vous l’avez compris, la question qu’on se pose pour ce soir est la suivante : à quelle version de Robert Williams III aura-t-on droit ? Celle du Game 3 où il a été huge pour son équipe ? Ou celle où il galère à bouger dès qu’il se retrouve sur le parquet ? Selon la réponse à cette interrogation, l’équation n’est pas tout à fait la même pour les Celtics et les Warriors. Moins athlétique et plus en difficulté pour bouger latéralement quand son genou grince, RWIII peut vite devenir inutilisable aux yeux d’Ime Udoka face au mouvement incessant de l’attaque de Golden State, surtout quand les Warriors sortent Kevon Looney du cinq pour mettre plus de spacing et de rythme offensif. On surveillera donc particulièrement l’état de santé de Time Lord dans ce Game 4 crucial des Finales ce soir, car c’est notamment sur ce point-là que se joue peut-être une bonne partie de la série. La bonne nouvelle côté Celtics, c’est que visiblement Robert Williams III s’est réveillé en forme jeudi après sa grosse perf de la veille. Un bon signe en vue de cette nuit ?

« Je me sens bien ce matin [jeudi, ndlr.]. C’est l’un de mes meilleurs jours. Comme je l’ai déjà dit, ça varie pas mal, mais je me sens bien. »

Forfait pendant sept matchs depuis le début des Playoffs et régulièrement listé comme incertain sur l’injury report, Robert Williams III refuse aujourd’hui de laisser ses coéquipiers alors que les Celtics sont si près du but. Au contraire, il se sent porté par l’énergie des Finales NBA, et tentera une nouvelle fois d’être un difference-maker cette nuit.  

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top